Alimentation: que la lumière soit!

La lumière peut mesurer la qualité de la nourriture en temps réel

La technologie de P&P Optica en action.

La technologie de P&P Optica en action.


11 juillet 2017 à 15h21

Une lumière appropriée ne fait pas que mettre en valeur la salade que vous vous apprêtez à manger. Elle peut vous dire si votre salade est de bonne qualité.

Avec la bonne technologie, il est possible d’utiliser la lumière pour mesurer la qualité de la nourriture en temps réel. Dans le domaine de la transformation des aliments, elle peut aider à rendre les systèmes de production plus efficaces et à réduire le gaspillage.

P & P Optica, de Waterloo, a fait breveter un système permettant d’intégrer une technologie d’imagerie hyperspectrale dans un milieu de transformation alimentaire où le rythme est rapide.

«Nous avons développé ce que nous appelons le PPO Smart Imaging, un processus qui utilise la lumière pour analyser la composition chimique d’un produit alimentaire précis», explique Kevin Turnbull, vice-président des ventes chez P & P Optica.

«La science nous permet de voir quels produits sont conformes aux normes de catégories et quels produits n’y sont pas conformes. En intégrant la science dans un système de production alimentaire, on peut aider les transformateurs à améliorer l’efficacité de leurs activités de classement et de tri», dit-il.

Variations de couleur

L’imagerie hyperspectrale (aussi appelée imagerie chimique) consiste à éclairer un objet avec une lumière vive. Des caméras spéciales captent des centaines de variations de couleur différentes lorsqu’un objet passe sous la lumière – les caméras classiques grand public fonctionnent à un niveau de beaucoup inférieur – puis elles génèrent des données à partir de ces couleurs.

À leur tour, ces données indiquent de quoi est fait l’objet et quelle est sa qualité.

M. Turnbull et ses collègues, de concert avec un transformateur d’épinards local, Ippolito Produce Ltd., et le collège Conestoga, travaillent actuellement à rendre leur technologie opérationnelle dans un environnement de travail. Une technologie similaire a été utilisée par P & P Optica dans les domaines du recyclage et des sciences biomédicales, mais c’est la première fois qu’une telle technologie est employée dans la sphère de l’alimentation.

Réduire le gaspillage

L’un des grands avantages de cette technologie, selon M. Turnbull, est qu’elle permet de réduire considérablement le gaspillage alimentaire.

«Le tri manuel est soit inefficace, soit impossible. Les transformateurs utilisent donc souvent des technologies limitées comme la vision primitive, les rayons X ou les détecteurs de métaux», dit-il.

«Pourtant, la contamination par des déchets et des matières étrangères persiste. Par ailleurs, de bons aliments sont envoyés dans la pile de déchets et des matières étrangères sont susceptibles d’atteindre le consommateur. Notre système règle ces problèmes.»

Bien que M. Turnbull ne connaisse pas encore l’incidence exacte qu’aura la méthode conçue par son entreprise, il dit s’attendre à une «réduction importante du gaspillage».

«Même si seulement 25% moins d’épinards étaient jetés, cela se traduira par des centaines de milliers de dollars en économie chaque année», ajoute-t-il.

À l’essai à Burlington

Le prototype de P & P Optica a été installé récemment à l’établissement d’Ippolito à Burlington. Les entreprises collaborent dorénavant de façon étroite pour mettre activement le système à l’essai et le perfectionner.

Selon M. Turnbull, l’objectif est d’améliorer le système afin qu’il soit possible de le proposer aux autres transformateurs d’aliments – y compris les entreprises qui mènent des activités de transformation de viandes et de produits d’origine animale – comme une solution viable pour classer les aliments sur la chaîne de transformation tout en garantissant leur salubrité.

Même si les essais sur le terrain ne doivent prendre fin que plus tard au cours de l’année, M. Turnbull déclare que ses collègues et lui-même observent déjà un engouement croissant à l’égard de la technologie.

«Riga Farms, un producteur de carottes du Holland Marsh, et Earth Fresh Foods, une entreprise de transformation de la pomme de terre de Burlington, sont également partenaires dans le projet. Lorsque nous avons présenté une demande à Cultivons l’avenir 2 (un programme fédéral-provincial) pour notre projet, les gens ont embarqué et ont contribué au projet à même leurs propres ressources», dit-il. «Ils soutiennent ce projet avec enthousiasme depuis le début.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Lave-auto Mobile Léandre Rossignol

preview1
Chez Lave-Auto Mobile Léandre Rossignol, votre voiture c’est notre passion. Que ce soit pour un lavage intérieur, extérieur, pour un cirage ou pour un reconditionnement de peinture, nous nous...
En lire plus...

HP ELITEBOOK 8460P I5-2540M 2.60GHZ USB 3.0 WEBCAM WIN 10 FR

IMG_7651
– Hp elitebook 8460p – Processeur intel core i5-2540M – 2.60ghz max 3.30ghz – Moniteur 14.1’’ – 4gb ram mémoire – 320gb HDD disque dur – Licence WINDOWS 7...
En lire plus...

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur