2018 sous le signe du commerce France-Canada

Lancement de la nouvelle Chambre de commerce à Toronto

AECG CETA Chambre de commerce France-Canada
Cinq parlementaires français en compagnie de Riva Walia, présidente de la nouvelle Chambre de commerce France-Canada à Toronto (à g.), Stephen Green, auteur du rapport 'Ocean Apart' (6e), Sonjay Tugnait, président de la Chambre (7e), et le consul général Marc Trouyet (à d.).
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le commerce France-Canada a de beaux jours devant lui, surtout depuis l’adoption de l’AECG (Accord économique et commercial global ou CETA en anglais) entre le Canada et l’Union européenne (UE) l’an dernier.

C’est ce qu’on a fait valoir, jeudi soir dernier, à l’occasion du premier événement organisé par la nouvelle Chambre de Commerce France-Canada, basée à à Toronto (à ne pas confondre avec la Chambre de commerce française au Canada, basée à Montréal).

Ce lancement, dans les locaux des conseillers en numérique Cap Gemini, avait aussi pour but d’inaugurer les récentes recherches de la Chambre sur l’AECG, en présence de cinq parlementaires français, tous de La République en Marche, le parti du président Emmanuel Macron, en plus du consul général Marc Trouyet.

Cet accord de libre-échange Canada-Europe, malgré les différentes oppositions, représente un moyen pour les deux pays de s’ouvrir aux investissements et aux nombreuses possibilités de travail dans les deux pays.

Publications mensuelles

La Chambre vient de prendre ses quartiers dans les bureaux de Cap Gemini, rue University. Son dossier de 24 pages sur l’AECG, Canada and France: Oceans Apart But Closer Than Ever, est le premier de publications mensuelles, indique la directrice générale Riva Walia. «C’est aussi un moyen pour avoir plus de visibilité sur le travail que nous faisons et montrer la valeur que cela apporte à un grand nombre d’entreprises», dit-elle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Toronto était la troisième étape de la visite des cinq députés français, après Montréal et Ottawa. Pour Hervé Berville, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française, cette réunion est aussi l’occasion «mettre des visages sur des entreprises qui commencent à bénéficier de l’AECG, mais aussi sur des autorités en terme de garantie sanitaire ou environnementale et surtout de démystifier beaucoup de choses sur l’AECG».

Le modèle canadien d’immigration

Les élus français se sont aussi intéressé au modèle canadien d’immigration. «On va préparer un projet de loi asile/immigration qui va être présenté en mars/avril au Parlement et on va essayer de reprendre les très bonnes idées du modèle canadien» nous dit M. Berville.

Enfin, cette rencontre était aussi une occasion de comprendre les failles du système français et «pourquoi les entreprises préfèrent s’installer à Toronto plutôt que d’aller à Paris»…

Selon le Consulat de France, cette nouvelle Chambre de Commerce française représente un «réel besoin» à Toronto. Il existe de «vraies opportunités commerciales en Ontario, car c’est un gros marché: 40% du PIB du Canada. Toronto à elle seule c’est 20%; il y a beaucoup de richesse, d’énergie.»

2018 sera donc une année de prospérité pour la nouvelle Chambre du commerce et pour la relation économique franco-canadienne, qui voit son nombre d’entreprises partenaires augmenter. Comme le dit Riva Walia, «les membres ramènent d’autres membres».

AECG CETA Chambre de commerce France-Canada
Première activité de la Chambre de commerce France-Canada à Toronto, avec des parlementaires français.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur