17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

Droit de prêt public

écrivains
Le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs livres dans les bibliothèques publiques du pays.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs livres dans les bibliothèques publiques du pays. Pour l’exercice financier 2018-2019, ce sont 17 255 écrivains canadiens qui se partagent 12 282 712 $.

Les sommes sont versées pour des ouvrages dans les catégories suivantes: essai, fiction, poésie, théâtre, littérature jeunesse et ouvrage savant.

Pour être admissibles, les livres doivent figurer dans une bibliothèque publique. Le DPP échantillonne sept catalogues de bibliothèques pour chaque langue officielle.

Pas plus de 25 ans

Le nombre d’écrivains récompensés a légèrement chuté cette année, passant de 17 553 à 17 255. Cela s’explique par le fait que les titres admissibles doivent maintenant avoir été publiés depuis pas plus de 25 ans; ce n’est plus un programme à vie.

En revanche, la somme allouée au DPP est passée cette année de 9 765 635 $ à 12 282 712 $. La grille de paiement devient dès lors plus généreuse.

Un livre inscrit entre 0 et 5 ans rapporte 58,90 $ chaque fois qu’il est trouvé (au lieu de 50,75 $) et un titre inscrit entre 16 et 25 ans rapporte 29,45 $ chaque fois qu’il est trouvé (au lieu de 25,38 $).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le paiement minimum se chiffre toujours à 50 $, mais le maximum est maintenant fixé à 4 123 $. Tout versement de plus de 500 $ est accompagné d’un relevé d’impôt T4A. Coïncidence ou non, les chèques sont toujours envoyés à la mi-février, peu après la Saint-Valentin!

Livres audio

Cette année, le programme de DPP commencera à ajouter les livres audio. Il est prévu que le financement total du DPP continuera d’augmenter jusqu’en 1921 pour atteindre 15 millions $.

La Commission du DPP, créée sous l’égide du Conseil des Arts du Canada, établit les politiques et les critères du programme. Elle regroupe des auteurs, des traducteurs, des bibliothécaires et des éditeurs. Chaque membre est nommé pour un mandat de quatre ans.

L’écrivaine Genni Gunn, de Vancouver, préside actuellement la Commission. Le poète Charles Leblanc, de Saint-Boniface, représente les écrivains francophones hors Québec.

Tout nouveau titre admissible, publié au cours des 5 dernières années, peut être inscrit entre le 15 février et le 1er mai 2019. Info: droitdepretpublic.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur