Yvon Malette parfois en avance sur son temps

Franco-Ontarien de naissance et de cœur

essai

Yvon Malette, Entre le risque et le rêve. Une brève histoire des Éditions David, récit, Ottawa, Éditions David, 2018, 364 pages, 27,95 $.


21 août 2018 à 13h30

À travers les rues où il a vécu et à travers divers ouvrages qu’il a édités, Yvon Malette raconte sa vie de Franco-Ontarien de naissance et de cœur, puis la vie des Éditions David qu’il a fondées 25 ans passés. Entre le risque et le rêve est l’ouvrage d’un homme fier de ses origines, toujours en quête d’excellence, parfois en avance sur son temps.

Dans un long préambule, Malette décrit le contexte de la société canadienne-française en Ontario au début des années 1950. «Tout était commandé par un sentiment d’appartenance à une même communauté, appelée paroisse, tricotée serrée et unie par un même respect, une même crainte des autorités religieuses, de l’enseignement de l’Église.»

À 71 ans, je suis quatre ans plus jeune que l’auteur et j’ai aisément retrouvé mon enfance, mon adolescence et mes premières années à l’Université d’Ottawa en lisant son parcours mouvementé. Nous avons eu plusieurs professeurs en commun, notamment à la Faculté de philosophie dans les années 1960.

L’Ordre de Jacques-Cartier

Au Petit Séminaire d’Ottawa, le jeune Yvon Malette apprend rapidement à se «méfier de certaines gens qui profitaient indûment, parfois scandaleusement, de leur autorité».

Quand on veut l’enrégimenter dans l’Ordre de Jacques-Cartier, en 1962, Yvon se rend compte qu’il n’est pas fait pour obéir à des ordres qui ne se discutent pas. «La Patente» a défendu à sa manière les droits des Franco-Ontariens, mais Yvon Malette était déjà rendu plus loin.

L’auteur souligne comment il a appartenu à une génération privilégiée, «celle arrivée à un moment charnière dans le système d’éducation». On cherchait des profs de français au secondaire, au collégial, à l’université, et chaque fois il sautait sur l’occasion pour se démarquer.

La seconde partie du livre raconte la petite histoire des Éditions David à partir d’une quinzaine de livres phares. Pas de chronologie de la gestion, de la programmation, de la promotion, plutôt une réflexion sur des auteurs et des manuscrits qui ont fait une différence.

Claude Forand et les 14/18

L’un d’eux est Ainsi parle le Saigneur, de Claude Forand (Markham). C’est avec ce titre que David inaugure la collection 14/18 (pour les ados), ce qui «marque le début d’une nouvelle orientation à la maison d’édition». Ce créneau jeunesse compte aujourd’hui pour un tiers des ventes annuelles de la maison.

En donnant une place de choix aux haïkus et en publiant l’anthologie Haïku sans frontières, entre autres, les Éditions David sont devenues au fil des ans «le chef de file incontesté dans le domaine du haïku francophone tant à l’étranger qu’au Québec et au Canada francophone».

Ces deux exemples – ados et haïkus – illustrent bien comment une institution franco-ontarienne a su se tailler une place de choix dans la littérature d’expression française.

Le lancement d’Entre le risque et le rêve aura lieu à La Nouvelle Scène d’Ottawa le mercredi 29 août.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur