Écoterroristes et assassinat numérique

Jean-Jacques Pelletier

Jean-Jacques Pelletier, Deux balles, un sourire, roman, Montréal, Éditions Hurtubise, 2017, 448 pages, 24,95 $.


4 mars 2018 à 9h00

Dans Deux balles, un sourire, de Jean-Jacques Pelletier, trois dirigeants de compagnies minières, le vice-président aux paradis fiscaux d’une grande banque canadienne et un ex-ministre des Ressources naturelles, devenu lobbyiste pour l’industrie minière, trouvent la mort selon un plan savamment orchestré avec des indices dignes d’un Arthur Conan Doyle.

Le Sherlock Holmes, ici, est Henri Dufaux, inspecteur-chef et directeur d’une unité spéciale au Service de Police de la Ville de Montréal. Il est le narrateur du polar et demeure toujours accompagné de Sarah la blonde, Sarah la rousse et Sarah la noire.

Comme dans son précédent roman, Bain de sang, Pelletier remet en scène la directrice du Service canadien du renseignement de sécurité… dans un autre bain de sang. Puisque ce polar inclut une liste et une description des personnages, on sait qu’il y en a 43 et qu’au moins cinq d’entre eux seront assassinés.

Pour pimenter son intrigue, l’auteur imagine des écoterroristes d’un groupe appelé Vert Demain, ce qui n’est pas sans rappeler les Bérets blancs de Gilberte Côté-Mercier et le journal Vers demain (1939) du Crédit social, et des meurtres signés d’une pièce de cinquante dollars en or laissée dans la bouche.

Les thrillers de Jean-Jacques Pelletier abordent toujours des thèmes comme l’embrigadement idéologique, la manipulation des individus et des foules, ainsi que les différentes formes d’exploitation de l’homme par l’homme. Selon lui, tout le monde a quelque chose à cacher à la police, même les innocents. Tous donnent «du faux» lors des interrogatoires menés par l’inspecteur Dufaux.

Il se boit beaucoup d’alcool dans ce roman. Dufaux penche vers la bière Mad & Noisy, tandis qu’une des Sarah déguste le vin saint-estèphe. Les goûts ne se discutent pas, bien entendu. Ce qui peut varier aussi, c’est la priorité que la police accorde au droit du public… de savoir vs d’être protégé.

Le personnage Henri Dufaux jouit d’un traitement assez particulier dans ce polar où des victimes sourient après avoir reçu deux balles dans la tête. L’inspecteur-chef fait l’objet d’un «assassinat numérique». À un moment de l’intrigue, son identité disparaît complètement: carte de santé, permis de conduire, comptes bancaires, cartes de crédit… Il a même droit à un certificat de décès!

Jean-Jacques Pelletier sait doser son récit d’ingrédients aussi variés que la rivalité/hostilité de collègues policiers, les magouilles de la haute direction et le harcèlement informatique, voire l’intervention d’une équipe SWAT (Special Weapons And Tactics) contre l’inspecteur-chef. La description des faits est souvent épicée, mais l’arôme de l’intrigue demeure toujours enivrant. On ne s’ennuie jamais avec cet as du triller québécois.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur