101 ans après Vimy, la mémoire des soldats canadiens résonne encore

Commémoration au cénotaphe de Toronto dimanche

Commémoration Vimy
La place de l'ancien l'Hôtel de ville en pleine commémoration.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La crête de Vimy est et restera le symbole de bravoure des soldats canadiens pendant la Première Guerre mondiale. Du 9 au 12 avril 1917, quatre divisions du Corps canadien ont donné leurs vies à ce combat. 101 ans après, les Torontois commémorent toujours «ceux qui se sont sacrifiés pour la paix».

Ce dimanche 8 avril, ils étaient réunis malgré le froid devant le cénotaphe de Toronto à l’appel de l’Union des Français de l’Étranger et de Français du Monde.

Autour du monument au mort de toutes les guerres, la mémoire des Canadiens morts à Vimy était encore présente. En plus de cette bataille, 2018 représente aussi le centenaire la fin de la Première Guerre mondiale.

Commémoration Vimy
Drapeaux européen, canadien et français.

La communauté rassemblée

L’événement était soutenu par le Consulat général de France à Toronto, en présence des deux conseillers consulaires Francine Watkins et Marc Albert Cormier. La nouvelle Fédération tricolore était aussi sur le parvis, représentée par son président Olivier de Bregeas.

La police de Toronto participait également à l’événement, avec un des chevaux portant le nom de la bataille.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les mélodies des hymnes français et canadiens résonnaient devant le palais de justice, grâce à l’orchestre de la Toronto French School.

Commémoration Vimy
L’orchestre de la TFS

Un héritage générationnel

Présence très importante aussi des anciens combattants canadiens, ainsi que des soldats du Royal Canadian Military Institute. Pour la consule générale adjointe Anne Takennit-Coat, c’est d’ailleurs une grande importance et un symbole que de réunir ces deux générations.

L’émotion présente lors de la commémoration n’était pas sans oublier la présence des anciens combattants, dont la Métisse Alis Kennedy. Certains descendants de soldat étaient aussi présents dans l’assemblée.

Après le dépôt des gerbes sur le monument aux morts, Gérard Poupée, le président de Français du Monde, a pu souligner l’importance de toujours commémorer la mémoire de ces combats. D’autres guerres font toujours rage ailleurs, et on doit maintenant «penser aux générations futures».

Commémoration Vimy
Joanne Sutherland, fille d’un ancien combattant, et Gérard Poupée, président de Français du Monde, avec des policiers montés de Toronto.

Une mémoire en poésie

Après une minute de silence devant des drapeaux inclinés, deux élèves de la TFS ont pu lire des poèmes. Le premier avait choisi La Rose et le Réséda, le célèbre poème de Louis Aragon.  Un texte qui évoquait l’union sacrée de la France et du Canada «au coeur du commun combat».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le second élève avait choisit le poème Au champ d’honneur écrit par le lieutenant-colonel canadien John McCrae. «Les coquelicots parsemés de lot en lot» mentionnés dans le poème restaient, plus de cent ans après, portés en mémoire de ceux qui ont gardé «au fond de l’âme le goût de vivre en liberté».

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur