Voyage artistique et initiatique pour les jeunes du village natal d’Étienne Brûlé

Le procès d'Étienne Brûlé chez les Hurons, dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne sur la scène de l'Alliance française de Toronto le 29 avril. (Photo: François Bergeron)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Trois ans après avoir rêvé de monter un spectacle sur le coureur des bois Étienne Brûlé, mythique au Canada mais pratiquement inconnu en France, des jeunes de son village natal de Champigny-sur-Marne, aujourd’hui une ville multiculturelle à l’est de Paris, l’ont présenté cette semaine à Toronto dans le cadre d’une visite historique.

Leur spectacle musical Sur les traces d’Étienne Brûlé était à l’affiche de l’Alliance française de Toronto samedi soir, devant un public admiratif qui lui a réservé une belle ovation. Il a aussi été présenté dans quelques écoles, dont l’école secondaire Étienne-Brûlé lundi.

Les Hurons de la Baie Georgienne vus par les collégiens de Champigny sur Marne. (Photo: François Bergeron)
Les Hurons de la Baie Georgienne vus par les collégiens de Champigny sur Marne. (Photo: François Bergeron)

Les jeunes Français s’y étaient déjà rendus vendredi soir, en spectateurs cette fois, pour voir la comédie Jeune femme cherche homme désespérément montée par l’enseignant Luc Bernier et sa classe de théâtre. Ils se prenaient en photos devant le nom de l’école ou la statue du héros de la Nouvelle-France dans le hall d’entrée.

Également au programme de cette visite, appuyée par la Société d’Histoire de Toronto: la tour CN, les chutes Niagara et la Huronie (la région de la Baie georgienne) où Étienne Brûlé a guidé Samuel de Champlain en 1615.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Leur enseignante Caroline Baudou, qui les accompagne depuis le début dans ce voyage artistique initiatique, était fière de ses élèves samedi soir sur la scène du théâtre Spadina de l’AFT.

Le chant, la musique et la danse sont à l’honneur dans leur spectacle qui relate les ambitions, les aventures et la fin tragique du jeune coureur des bois, dont ces collégiens Français revendiquent aujourd’hui une filiation spirituelle.


À lire aussi dans L’ExpressÉtienne Brûlé: coureur de bois ici, marchand en France

L'enseignante Caroline Baudou fière de ses élèves. (Photo: François Bergeron)
L’enseignante Caroline Baudou fière de ses élèves. (Photo: François Bergeron)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur