Vers la fin de l’ALENA?

Qu’adviendra-t-il de la plus grande zone de libre-échange au monde?


18 octobre 2017 à 15h09

2017 marque le 30e anniversaire de l’Accord de libre-échange (ALE) signé entre le Canada et les États-Unis, devenu ALENA en 1994 avec l’intégration du Mexique. Premier accord commercial en son genre, l’ALENA représentait alors un modèle, plaçant le Canada et les États-Unis à l’avant-garde du libéralisme économique et commercial.

30 ans plus tard, le traité est plus menacé que jamais, devenu le bouc émissaire des déçus de la mondialisation.

L’ALENA a permis de créer la zone de libre-échange la plus vaste au monde. À son origine se trouve le premier ministre canadien de l’époque, Brian Mulroney, qui signera en 1987 l’ALE entre le Canada et les États-Unis. Le traité visera à éliminer les droits de douane dans la circulation des biens et des services.

Louis Bélanger
Louis Bélanger

L’heure du bilan

L’accord de libre-échange a rempli sa promesse d’un point de vue commercial et économique.

Le commerce trilatéral a plus que triplé en valeur depuis 1993 pour atteindre 1000 milliards $ américains en 2015, et près de 80% des exportations de marchandises canadiennes sont aujourd’hui destinées aux États-Unis et au Mexique.

En outre, un emploi canadien sur six serait lié aux exportations.

Pour Louis Bélanger, professeur en science politique à l’Université Laval à Québec, «l’accord a permis de sécuriser un marché de plusieurs centaines de millions de consommateurs alors que le Canada était une petite économie».

Régionalisation de l’économie

Au-delà de son impact commercial, l’ALENA a eu un «effet structurant majeur sur l’économie canadienne» pour le spécialiste. Ainsi, des industries gourmandes en main d’œuvre, comme le textile, ont été abandonnées au profit d’industries spécialisées, telles que l’aviation, l’automobile et le transport.

Par exemple, Bombardier possède des ateliers au Mexique, des chaînes d’assemblage aux États-Unis et conserve son siège social au Canada. «L’ALENA a permis de régionaliser la chaîne de production», résume M. Bélanger.

Toutefois, conséquence de cette restructuration, un grand nombre d’entreprises ont délocalisé vers le Mexique, fournisseur d’une main d’œuvre meilleur marché. Aussi la désindustrialisation de l’économie se retrouve-t-elle au cœur des critiques de l’administration Trump qui en avait fait un thème-clé de campagne électorale, séduisant les laissés-pour-compte de la Rust Belt.

Gilbert Gagné
Gilbert Gagné

Un traité en sursis

Plus que jamais, le président américain incrimine l’ALENA, coupable selon lui d’une balance commerciale déficitaire et du chômage.

Pour Gilbert Gagné, professeur en politique et relations internationales à l’Université Bishop’s de Sherbrooke, «ce que dit Trump est mensonger parce qu’il se focalise sur le commerce des biens manufacturiers, sans prendre en compte les transactions de services, de droits d’auteur et de propriété intellectuelle pour lesquelles les États-Unis sont grands gagnants».

Le président américain, à l’origine des négociations sur le renouvellement de l’ALENA enclenchées en août dernier, n’y va pas de main morte avec ses exigences: abrogation du chapitre 19, clause crépusculaire, contenu américain, accès au secteur laitier canadien…

Exclu du traité, le marché du lait est hautement convoité par les États-Unis qui espèrent en ouvrir les portes à l’issue des négociations. François Dumontier, porte-parole des producteurs de lait du Québec, avertit: «Pas de raison de faire des concessions. Les Américains sont protectionnistes avec leur secteur laitier et on n’aurait pas le droit de se protéger? Leur demande d’avoir accès à notre marché est injustifiable.»

Bouc émissaire

D’après Gilbert Gagné, si les États-Unis avancent des demandes aussi «irrecevables», c’est parce que «le vrai objectif est de ramener les emplois industriels», une démarche anti-libre-échangiste mais populaire. Pour le politologue, la seule issue pourrait venir «d’une levée de boucliers du Congrès et des dirigeants d’entreprises».

Si l’ALENA a mauvaise presse à cause de la désindustrialisation, «les difficultés vécues par les États-Unis sont en fait dues à la mauvaise redistribution de la richesse», selon Gilbert Gagné.

L’ALENA serait même devenu «un gros mot dans le vocabulaire politique américain» pour Louis Bélanger, notamment au sein de la frange protectionniste de la droite républicaine qui «instrumentalise l’accord dans un discours politique populiste».

Bien que Trudeau reste diplomate, les négociations pourraient échouer: «L’abandon de l’ALENA est vraiment envisageable», pressent Gilbert Gagné.

Les dates de l’ALE et de l’ALENA

3 octobre 1987 : Accord de libre-échange (ALE) signé par le Canada et les États-Unis

1er janvier 1989 : Entrée en vigueur de l’ALE

7 octobre 1992 : Signature de l’ALENA par le Canada, les États-Unis et le Mexique

1er janvier 1994 : Entrée en vigueur de l’ALENA

bado_alena

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un quatrième album pour l’humoriste Hunter Collins

Hunter Collins
Pas de sujets tabous pour cet homme blanc hétéro...
En lire plus...

23 juin 2018 à 12h00

Les aires protégées qui ne sont pas protégées

Objectif 2020 : 17 % des terres émergées et 10 % des océans
En lire plus...

23 juin 2018 à 10h00

CRISPR : émoi autour du mot « cancer »

Le «ciseau génétique» provoquerait une «contre-attaque»
En lire plus...

23 juin 2018 à 7h00

Charme industriel entre les briques rouges de la Distillerie

La Distillerie
La Distillerie est bien un quartier de Toronto où le paysage industriel rencontre l’art moderne. Les gens y viennent pour venir se restaurer dans...
En lire plus...

22 juin 2018 à 19h00

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur