Valoriser l’esprit critique chez nos jeunes

Une mission du Salon du livre de Toronto

Natasha Pilotte, artiste illustratrice, raconte une histoire à l'aide de marionnettes qu'elle a elle-même confectionnées au Salon du livre de Toronto, qui a débuté mercredi et se termine samedi au 2e étage de la Bibliothèque de réference.


1 décembre 2017 à 17h46

De plus en plus de jeunes adhèrent à des théories du complot, trouvées sur Internet, selon Valery Vlad, président du Salon du livre de Toronto, qui a lieu jusqu’à samedi à la grande Bibliothèque de référence, sur Yonge au nord de Bloor.

«Quand on regarde le monde aujourd’hui, on se rend compte que l’ignorance et l’intolérance gagnent du terrain», explique-t-il d’un ton grave. «Si l’on ne fait rien, on rencontrera bientôt chez nous les mêmes problèmes que nos voisins américains.»

Développer l’esprit critique des jeunes, c’est un défi qu’on a lancé urbi et orbi au Salon jeudi dernier, lors d’une activité spéciale dédiée aux bibliothécaires scolaires.

Valéry Vlad, président du Salon du Livre, et Paul Savoie, directeur
Valéry Vlad, président du Salon du livre, et Paul Savoie, directeur général.

Points de vue et opinions

D’après le directeur du Salon du livre, Paul Savoie, un auteur qui est aussi enseignant, les élèves sont de plus en plus gênés quand on leur demande de donner leur point de vue sur, par exemple, leurs interprétations propres des œuvres qu’ils lisent dans leurs cours.

Ils ne comprennent parfois pas l’intérêt d’une telle question.

On propose donc de créer des groupes composés de psychologues, d’enseignants et de bibliothécaires, dont la mission serait d’aller dans les écoles présenter aux élèves une sélection de livres qui, selon eux, peuvent aider à développer l’esprit critique et le libre-arbitre des jeunes.

Plus de questions que de réponses

«Comment le livre peut venir en aide aux jeunes? Comment peut-il être plus efficace?», demande Valéry Vlad. Selon lui, «lire ne suffit plus, il faut que le livre apporte quelque chose aux jeunes.»

Ce projet qu’ils ont en têtes depuis deux ans se concrétise doucement.

À des enfants de quel âge s’adresse ce projet? Comment seront organisées ces présentations? Quelle sélection de livres? Ces questions restent en suspend, mais le projet du Salon du livre est en voie de concrétisation, puisqu’ils ont déjà trouvé des partenaires comme le Centre de la Francophonie des Amériques, qui accepte de mettre à leur disposition 500 000 titres numériques en français libres de droits.

TFO, Radio Canada et le Conseil scolaire public Viamonde seraient également parties prenantes du projet, qui a reçu un accueil chaleureux des bibliothécaires et enseignants présents.

Recto verso

Par ailleurs, les professionnels de l’éducation et des bibliothèques ont pu assister à ce 25e Salon du livre de Toronto à des présentations des sorties littéraires automnales du Regroupement des éditeurs franco-canadiens (RECF) et de Bayard Canada.

Bayard Canada a un projet pour les jeunes élèves en école d’immersion: la collection Oser Lire, pas encore sur le marché.

Le but est de proposer aux anglophones de 12 ans et plus, en apprentissage du français, des romans adaptés à leur niveau de langue: phrases simplifiées, typographie augmentée, mise en page non justifiée pour loger une phrase par ligne…

Mais surtout, la particularité des livres de la collection Oser Lire est qu’ils contiennent deux parties, recto et verso. La première, Oser, est la version courte et simplifiée du roman. La seconde, Lire, la version complète, dans laquelle se plongera le jeune qui aura «osé» lire la première partie.

Enfin, le directeur général du REFC a présenté la nouvelle peau de son organisme: un nouveau nom plus inclusif (autrefois le Regrouprement des éditeurs canadiens-français, RECF), et un nouveau slogan: «Lire sous la couette, d’un océan à l’autre».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur