Uplica: à mot inventé, genre inventé

Partagez
Tweetez
Envoyez

La compagnie de danse torontoise Coleman Lemieux présente, du 16 au 25 octobre à sa salle du 304 rue Parliament, une création intitulée Uplica – A Silhouette Of Doubt, mettant en vedette les danseuses Laurence Lemieux et Erin Poole.

La chorégraphie de Ofilio Sinbadinho et Apolonia Velasquez, de la compagnie Gadfly, utilise la musique de John Gzowski pour révéler des mouvements rapides, athlétiques et hypnotiques, sur le thème de deux personnalités opposées.

«C’est nouveau pour nous ce mélange de danse moderne et de hip-hop», indique Lawrence Lemieux en entrevue à L’Express. «C’est inspiré de la danse urbaine, un genre en pleine transformation, très différent de ce que nous faisons habituellement.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La musique s’apparente toutefois davantage à la musique de film qu’au hip-hop, selon elle. Quant au titre Uplica, ce serait un mot inventé par le duo de Gadfly.

Laurence Lemieux est originaire de Québec, mais elle est établie à Toronto depuis plusieurs années. Elle a dansé sous des chorégraphes tels que David Earle, Patricia Beatty, James Kudelka, Margie Gillis et Jean-Pierre Perreault. Avec son mari Bill Coleman, elle a créé The Citadel, leur atelier et salle de spectacle (une soixantaine de places) du quartier Regent Park, en 2012.

La Torontoise Erin Poole, de son côté, a été formée à l’Académie méditerranéenne de danse à Marseille et a travaillé avec des artistes comme Allen Kaeja, Hanna Kiel, Courtnae Bowman, Guillaume Côté, Robert Glumbek et Roberto Campanella. C’est la deuxième fois qu’elle danse avec Coleman Lemieux.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur