Une taxe spéciale sur les boissons à sucre ajouté?

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’imposition d’une taxe spéciale sur les boissons sucrées comme les boissons gazeuses permettrait d’en réduire la consommation et de combattre l’obésité chez les enfants et les adultes, disent les auteurs d’un article paru dans le New England Journal of Medicine.

Pour Kelly Brownell, de l’Université Yale, et le docteur Thomas Frieden, commissaire à la santé pour la Ville de New York, une taxe d’un cent l’once (28 millilitres) sur les boissons contenant du sucre pourrait réduire la consommation de ce type de produits de plus de 10%. Cela s’appliquerait non seulement aux boissons gazeuses traditionnelles, mais aussi aux thés, boissons énergisantes et boissons destinées aux sportifs contenant du sucre ajouté, de même qu’aux boissons à saveur de fruits.

Selon M. Brownell, le directeur d’un centre sur les politiques alimentaires et l’obésité établi au Connecticut, les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables aux stratégies de promotion qui présentent ces boissons aux marques populaires comme « sexy », « athlétiques » ou « cool ».

En fait, disent les auteurs du texte, ces boissons représentent maintenant entre 10 et 15 pour cent des calories consommées par les enfants et les adolescents. Les auteurs soulignent qu’une étude menée en 2001 concluait que chaque canette ou verre supplémentaire de boisson sucrée consommée par jour haussait le risque d’obésité des enfants de 60%.

Mais la p.-d.g. de l’Association américaine des boissons, Susan Neely, a répliqué en faisant valoir que l’ajout d’une taxe sur les boissons sucrées n’aurait aucun effet sur la réduction du taux d’obésité, et ne ferait qu’aggraver la situation financière des familles en haussant le coût du panier d’épicerie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur