Une première mi-temps historique des Raptors pour disposer du Jazz

130-110

Pascal Siakam et ses 35 points ont une nouvelle fois mené les Raptors à la victoire. (Photo: Chris Young)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Après une victoire dans la douleur sur le parquet d’Orlando vendredi (83-90), les Raptors de Toronto retrouvaient l’Aréna Scotianbank ce dimanche pour débuter une série de trois grosses affiches. En entrée, le Jazz du Utah était au menu avant de goûter au Miami Heat en plat de résistance mardi et les Rockets de Houston en dessert jeudi.

Le moins que l’on puisse dire c’est que les Raptors avaient faim. Ils ont croqué tout cru une équipe d’Utah dépassée en première mi-temps. À la pause l’écart était de 40 points pour les locaux, un record historique. Les joueurs de Quin Snyder ont à leur tour écrit l’histoire en se réveillant en troisième quart, où ils ont inscrit 49 points. Mais c’était trop peu trop tard. Toronto a géré tant bien que mal son avance s’imposant au final de 20 points (130-110).

Le fil du match

Marc Gasol profite de l’attention concentrée sur Siakam pris à deux systématiquement en début de match et de la volonté de Rudy Gobert de protéger la peinture, pour s’illustrer. L’Espagnol inscrit deux tirs primés, sert parfaitement Siakam sur une passe lobée et signe même un dunk. Les Raptors mènent 13-9 après 5 minutes 30 de jeu. La défense torontoise est imperméable en ce premier quart, pendant que celle des visiteurs ne trouve pas la solution pour stopper Gasol (11 points) et Siakam (12). Toronto compte rapidement 17 points d’avance (28-11) et conserve cet écart au terme du premier quart (37-20).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur leur lancée, les Raptors sont inarrêtables en deuxième quart. Rondae Hollis-Jefferson fait le spectacle. VanVleet distribue le jeu et se montre adroit de loin. Anunoby est infranchissable en défense. Toronto prend 25 longueurs d’avance (52-27).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les champions en titre concluent ce cavalier seul en première mi-temps sur le score de 77 à 37! À la pause, les hommes de Nick Nurse affichent un incroyable 13/19 à 3-points (68%) et tirent avec une réussite globale de 60%. Pascal Siakam compte déjà 26 points au compteur. L’écart de 40 points constitue un record dans l’histoire de la franchise à la mi-temps.

Un quart temps historique

Les Raptors se relâchent totalement en défense au retour des vestiaires. Ils encaissent pas moins de 42 points en 10 minutes. Le Jazz retrouve des couleurs en attaque et revient à 95-79 avec encore 14 minutes à jouer. Heureusement pour les Torontois, l’attaque reste dans une bonne dynamique. TO encaisse finalement 49 points sur cette troisième période (record sur un quart dans l’histoire du Jazz), mais en inscrit tout de même 30 pour garder une avance confortable (107-86).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Jazz revient en quatrième quart avec un cinq exclusivement composé de remplaçants, avec la première apparition sur le terrain de Dante Exum et Georges Niang. Si dans un premier temps ce mouvement paraît être un signe de résignation de l’entraîneur visiteur, cette formation parvient à revenir à -16.

Il faudra finalement le retour de Siakam, VanVleet et Gasol face à ceux de Conley et Gobert pour que Toronto fasse baisser les armes à Quin Snyder avec un retour à +22 qui scelle définitivement le sort du match (118-96). Les Raptors s’imposent finalement sur le score de 130-110.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les champions en titre font désormais partie du groupe très fermé des équipes de NBA n’ayant pas perdu à domicile en compagnie de Philadelphie, Boston et Miami. Ils restent sur une série de 7 victoires consécutives et occupent seuls la deuxième place de la conférence de l’est (15 victoires et 4 défaites) derrière les Bucks de Milwaukee (17-3).

Réactions

Pascal Siakam (ailier des Raptors): « J’étais fou. J’étais fou contre moi-même (après sa contre-performance à Orlando). En tant que compétiteur, j’ai toujours été comme ça. Tu comprends qu’il y a des mauvais matchs et que les tirs ne vont pas rentrer dans ces mauvais matchs. Avec cette mentalité, tu as cette envie d’y retourner et d’être à nouveau sur le terrain. Moi, je voulais rejouer dès hier. Je le voulais à ce point. Ça fait partie du jeu, je continue à apprendre, à grandir. Dans les matchs où tu n’arrives pas à marquer, tu dois trouver d’autres façons d’aider l’équipe. Et tant que nous gagnons, ça nous va. »

Rudy Gobert (pivot du Jazz):

View this post on Instagram

Rudy Gobert après Raptors Jazz (1/12/19)

A post shared by Mike Laviolle (@mikelaviolle) on

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur