Une idée «dialogique» pour la future université franco-ontarienne


10 mai 2016 à 9h28

La future université franco-ontarienne, voulue par le mouvement associatif et dont le principe est accepté par les trois grands partis politiques, sera-t-elle une institution traditionnelle – une «usine» à diplômés, sans doute compétents dans leur domaine mais isolés les uns des autres – ou acceptera-t-elle de considérer d’autres paradigmes pédagogiques?

Pourrait-elle s’ouvrir à des méthodes d’enseignement moins conventionnelles, moins passives, comme celle des «rencontres dialogiques» participatives développées par le professeur canado-américain Norman Cornett?

Les lecteurs de L’Express ont déjà croisé cet expert de Lionel Groulx, traducteur en anglais de Naïm Kattan, prof de science des religions pendant 15 ans à McGill jusqu’en 2007, année où l’université montréalaise a mis fin à son contrat, sans explication, au grand dam de ses collègues et de ses étudiants.

La documentariste de l’ONF Alanis Obomsawin a relaté cet épisode dans un long-métrage intitulé Professeur Norman Cornett: «Depuis quand ressent-on l’obligation de répondre correctement au lieu de répondre honnêtement?», sorti en 2009.

Le titre du film fait directement référence à sa philosophie de l’enseignement, «qui encourage les étudiants à exprimer leur opinion plutôt qu’à essayer de deviner celle que le prof veut entendre», explique le Dr Cornett en entrevue à L’Express la semaine dernière.

«La seule mauvaise question est celle qu’on n’ose pas poser», résume-t-il.

Modèle interactif

Constamment invité par plusieurs universités canadiennes, américaines et européennes à animer des «rencontres dialogiques» et à expliquer sa méthode, M. Cornett, qui habite toujours Montréal, affirme s’intéresser au projet d’université franco-ontarienne, «car ce n’est pas tous les jours qu’on parle de créer une nouvelle université».

Et malgré ses déboires avec McGill, il se dit optimiste face à l’évolution de l’enseignement supérieur dans nos sociétés, constatant que de plus en plus de pédagogues cherchent à intéresser et impliquer davantage les jeunes dans leur propre apprentissage, notamment au moyen de pratiques interactives ou ludiques.

C’est un véritable Who’s Who culturel, politique et scientifique qui a défilé dans ses cours pour discuter avec ses étudiants, puis dans ses «rencontres dialogiques» pour interagir avec le public. Mentionnons les ex-premiers ministres Paul Martin et Lucien Bouchard, les chefs Ed Broadbent et Preston Manning, l’ancien juge de la Cour suprême Charles Gonthier et le célèbre avocat Julius Grey, les écrivains Antonine Maillet, Roch Carrier, Jacques Godbout, Neil Bissoondath, des musiciens comme Winston Marsalis et R. Murray Schafer.

Renaissance

Norman Cornett rêve d’une décompartementalisation des études universitaires, qui seraient pluridisciplinaires plutôt qu’hyperspécialisées, pour former des Léonard de Vinci, qui était artiste, ingénieur, scientifique…

«Le modèle actuel est le même depuis la création des premières universités au Moyen-Âge à Bologne, Paris (la Sorbonne) et Oxford: un maître qui parle en face de dizaines ou de centaines d’étudiants, avec peu d’interaction.»

M. Cornett prône davantage une «renaissance» qu’une «révolution», puisqu’il préfère le modèle de l’Antiquité grecque où le professeur marchait et discutait avec ses étudiants. En politique, en art et en science, on a appelé «Renaissance» le moment où on est sorti du Moyen-Âge pour chercher à faire «renaître» les civilisations grecques et romaines dont une partie du savoir avait été perdue.

Son modèle, qu’il compare volontiers à l’improvisation en jazz, où il faut penser vite et se faire confiance, suppose que le prof apprend et sort grandi lui aussi de sa relation avec les étudiants. «L’éducation est un phénomène communautaire où une pluralité de voix doivent s’exprimer», dit-il. «Ça ne doit pas reposer sur une série de monologues.»

Le jeu et la créativité sont également au coeur de sa méthode. «Les jeunes peuvent passer des heures à jouer, mais s’embêtent rapidement dans un cours magistral, surtout les plus intelligents», souligne-t-il.

D’ailleurs, «l’adulte se perçoit intérieurement comme un enfant», croit-il. «L’enfant (en nous) est donc la pierre de touche de l’éducation.»

La création d’une université franco-ontarienne serait «une occasion en or de faire les choses autrement», pense-t-il. «Vous avez carte blanche!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur