Une entreprise de sac à mains luxueux aide les femmes vulnérables

Des masques sanitaires pour les refuges

Un sac à main de Piper & Skye
Partagez
Tweetez
Envoyez

En temps normal – et à plus forte raison pendant l’alerte à la CoViD-19 – Joanna MacDonald tend la main aux femmes victimes de violence conjugale ou de la prostitution, par le biais de Piper & Skye, une entreprise de sac à main de luxe créé en 2015,

Depuis 3 ans, Piper & Skye travaille auprès de refuges anti-trafic et de lutte contre la violence familiale à travers le pays. Avant la pandémie, l’entreprise confectionnait des taies d’oreiller, des couvertures et des pyjamas.

Les pyjamas que Piper & Skye fabriquent pour les refuges.

Piper & Skye s’est mis récemment à fabriquer des masques sanitaires qu’elle redistribue dans 20 refuges canadiens, notamment Aurora House à Toronto et Hope Mission à Edmonton, ainsi que quelques endroits aux États-Unis.

Et l’entreprise continue d’apporter son aide aux refuges d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale afin de leur trouver des logements de transition à long terme.

Les masques.

Intérêt philanthropique

Originaire de Winnipeg au Manitoba et désormais installée à Toronto, Joanna MacDonald a étudié la conception de sacs à main au London College of Fashion.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Puis, elle a travaillé pour une entreprise fabriquant des sacs à main qui s’impliquait dans la cause des victimes de violence conjugale et la traite d’êtres humains.

D’où l’intérêt de la créatrice de Piper & Skye pour les personnes vulnérables, un engagement qui n’a fait qu’évoluer et se renforcer.

Piper & Skye

Les matériaux utilisés pour la fabrication des sacs à main de Piper & Skye sont des peaux d’alligators américains et de pirarucus, le plus gros poisson d’eau douce en Amérique du Sud.

Joanna MacDonald, souligne que ces espèces exotiques d’animaux sauvages sont en surpopulation et qu’ils ont une signification particulière pour l’entreprise. «En provenant de la nature, elles viennent à nous avec des marques de beautés et des imperfections».

«Piper & Skye honore et chérit ces marques de beauté, et elle croit à la beauté de la parfaitement imparfaite», affirme la styliste.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cette idée est reliée aux causes philanthropiques soutenues par Piper & Skye. En effet, les personnes les plus vulnérables de la société sont souvent maltraitées. «Alors qu’ils vivent des situations de vie imparfaites, ils sont parfaitement humains comme tous les êtres vivants sur cette planète», souligne Joanna MacDonald.

Joanna MacDonald, la fondatrice et styliste de Piper & Skye.

Une trentaine de couturières

Présentement, les refuges passent plus inaperçus qu’en temps normal, mais ils ont autant et même plus besoin de soutien de la part de la population, que ce soit financier, matériel et de compassion, afin qu’ils ne sentent pas seuls.

Ainsi, Joanna MacDonald s’est entourée de plusieurs professionnels du milieu de la mode, tout en rassemblant et en mettant à l’emploi une trentaine de couturières travaillant à domicile pour fabriquer des masques sanitaires et lavables.

«À ce jour, nous avons cousu et donné plus de 2000 masques faits à la main, et le nombre continue d’augmenter.»

Production des masques sanitaires par une couturière embauchée par Piper & Skye.

Masques conformes aux critères

Également, en partenariat avec Heather Shaw, une couturière résidant à Edmonton, les deux femmes ont fourni à chaque couturière, une trousse de couture comprenant ce qu’il fait pour réaliser les masques.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plus précisément, elle contient du coton, des filtres et des bandes élastiques, ainsi que du matériel didactique et des modèles de masques conformes aux critères du centre hospitalier universitaire bostonnais, le Beth Israel Deaconess Medical Center.

De plus, Piper & Skye offre 20% de la valeur nette de chacun de ses produits vendus en ligne pour produire des masques sanitaires.

«L’objectif a été de faire tout ce que nous pouvons faire pour être utiles. Nous croyons que la meilleure façon d’avoir un impact mondial est de commencer localement. Il n’y a pas de limite à l’impact que ces initiatives peuvent avoir», souligne Joanna MacDonald.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur