Un weekend pour s’entredéchirer

La nouvelle comédie montée par Les Indisciplinés de Toronto

Cécile Dadi et Lucie Deniau en répétition pour "J’aime beaucoup ce que vous faites", le nouveau spectacle des Indisciplinés les 3, 4, 10 et 11 juin.

31 mai 2016 à 10h43

Les Indisciplinés de Toronto adaptent la pièce de Carole Greep, J’aime beaucoup ce que vous faites, qui raconte l’histoire de deux couples d’amis qui vont se déchirer au cours d’un week-end à la campagne.

La pièce aborde les relations humaines dans la société moderne dans le style de Francis Veber, Matthieu Delaporte ou Alexandre de la Patellière.

La troupe de théâtre communautaire franco-torontoise la présente dans l’auditorium de l’école élémentaire Gabrielle-Roy, les soirs des 3, 4, 10 et 11 juin.

L’Express a rencontré récemment le metteur en scène David Café-Fébrissy, l’assistante à la mise en scène Claire Got, ainsi que les actrices Cécile Dadi et Lucie Deniau.

Quelle est votre vision pour cette pièce?

David Café-Fébrissy: Nous voulons récréer une situation de vie normale. Les personnages restent dans le salon pour presque toute la pièce. Le début se passe dans une voiture. Comme notre budget n’est pas énorme, nous essayons de représenter ces situations sous des angles différents.

Nous avons eu la chance d’avoir une équipe de bénévoles qui nous à crée des meubles dont un plan de cuisine pour l’espace.

L’idée c’est de rester simple tout en étant très évocateur. On veut faire travailler l’imagination. On joue aussi avec des objets modernes.

Et puis, on veut que les gens se reconnaissent dans les personnages. Ils sont très caricaturaux, mais on peut trouver un peu de soi dans chacun d’eux.

Qui préfère jouer ou diriger?

Cécile Dadi: Je prends beaucoup de plaisir à jouer. Dans les précédentes productions, j’étais dans la régie et ça m’a manqué.

David Café-Fébrissy: Bah tu vois, moi j’ai envie de jouer! On peut faire les deux, mais c’est compliqué d’avoir la tête sur le texte et même temps d’être assez critique envers soi-même pour modifier son jeu. Il faut un peu plus d’expérience. C’est ma première fois! (Rires)

Donc c’est une pièce dans l’air du temps?

David Café-Fébrissy: Oui, elle a été écrite en 2003. Les thèmes et l’espace restent très familiers pour tous. Une seule leçon dans cette histoire: faire attention à ce qu’on dit et bien verrouiller son téléphone. On ne fait pas plus moderne!

On ne peut jamais prévoir, mais nous avons joué un extrait de la pièce à Franc’Open Mic, et l’accueil a vraiment été positif. Beaucoup de gens ont acheté des billets depuis.

Lucie Deniau: On dit qu’il y a une bonne énergie pour la première! Ça dépend du public, de l’âge, du sujet.

Cécile Dadi: Par exemple, nous avons présenté Rhinocéros l’automne dernier à des jeunes, et les blagues plus simples avaient plus de succès. Les jeunes n’abordent pas le texte de la même manière. Cela change les représentations… La pièce n’est jamais la même.

Lucie Deniau: Tu as aussi ceux qui ont l’habitude d’aller au théâtre et qui vont comprendre les petites subtilités…
David Café-Fébrissy: C’est pas évident tous les jours, mais on essaye de se marrer et avoir du plaisir. Les gens payent, donc il faut être au top… Mais aussi avoir du fun!

Pourquoi Les Indisciplinés?

David Café-Fébrissy: Pour des gens qui viennent s’installer à Toronto, faire partie d’une troupe de théâtre communautaire est parfait pour l’intégration. Il y a un vrai esprit de groupe chez Les Indisciplinés.

Pour la plupart, nous ne sommes pas à Toronto depuis très longtemps. Claire, depuis huit mois seulement.

Claire Got: Et au niveau des acteurs, la troupe est très ouverte. Ce n’est pas une troupe d’acteurs, mais une troupe de théâtre. Si vous parlez français et que vous voulez jouer un texte, vous êtes les bienvenues.

David Café-Fébrissy: La troupe fait un «appel d’offres» et tout le monde peut participer. Il y a deux pièces par an, au printemps et à l’automne. Nous ne sommes pas une communauté qui se replie sur elle-même. Il y a toujours du changement, des nouveaux venus à découvrir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quand les enfants partent de la maison: dépression ou libération?

famille depart de la maison
Partir, rester en contact, revenir, repartir, déprimer, s'envoler...
En lire plus...

16 décembre 2017 à 13h00

Des courants océaniques sur Europe

Europa, une des lunes de Jupiter. (Photo: NASA)
De la vie microbienne?
En lire plus...

16 décembre 2017 à 11h00

L’énergie sombre et ses fantômes

Notre ciel étoilé. (Photo: kimi kao / Flickr / Creative Commons)
L’univers en expansion finirait par se «déchirer»
En lire plus...

16 décembre 2017 à 10h00

La tache rouge de Jupiter: 350 km d’épaisseur

La sonde Juno mesure des micro-ondes radio naturelles émanant des  nuages de la tache rouge de Jupiter. (Photo: NASA)
Mais elle rapetisse
En lire plus...

16 décembre 2017 à 9h00

La pie qui fait la toilette du wapiti

La «personnalité» joue un rôle important dans l'interaction des animaux. (Photo: Robert Found de l'Université de l’Alberta)
La «personnalité» joue un rôle important dans l'interaction des animaux
En lire plus...

La cyberdépendance encore méconnue

Comme pour les drogues ou le jeu: obsession, perte de contrôle, répercussions. (Photo: Federico Morando / Flickr / Creative Commons)
Comme pour les drogues ou le jeu: obsession, perte de contrôle, répercussions
En lire plus...

15 décembre 2017 à 16h57

Funérailles nationales pour l’ex-roi Michel en Roumanie

Le cercueil du roi Michel au palais royal à Bucarest.
Visite à Toronto en 1992
En lire plus...

15 décembre 2017 à 10h47

L’impôt foncier annuel de CAH passe de 350 000 $ à… zéro!

L'édifice à logements pour aînés francophones Place St-Laurent, des Centres d'Accueil Héritage.
Nouvelle flexibilité financière pour le centre pour aînés francophones de Toronto
En lire plus...

13 décembre 2017 à 17h59

Bye Bye 150e grandiose à Ottawa

La patinoire de la Colline du Parlement. (Photo: Patrimoine canadien)
Patinage, hockey, musique, danse et culture autochtone d'ici à janvier
En lire plus...

13 décembre 2017 à 13h51

Au Café bilingue de FrancoQueer: une ambiance «inclusive» pour apprendre le français

glad-day-francoqueer
La langue française pose des défis aux LGBT
En lire plus...

13 décembre 2017 à 12h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur