Un weekend pour s’entredéchirer

La nouvelle comédie montée par Les Indisciplinés de Toronto


31 mai 2016 à 10h43

Les Indisciplinés de Toronto adaptent la pièce de Carole Greep, J’aime beaucoup ce que vous faites, qui raconte l’histoire de deux couples d’amis qui vont se déchirer au cours d’un week-end à la campagne.

La pièce aborde les relations humaines dans la société moderne dans le style de Francis Veber, Matthieu Delaporte ou Alexandre de la Patellière.

La troupe de théâtre communautaire franco-torontoise la présente dans l’auditorium de l’école élémentaire Gabrielle-Roy, les soirs des 3, 4, 10 et 11 juin.

L’Express a rencontré récemment le metteur en scène David Café-Fébrissy, l’assistante à la mise en scène Claire Got, ainsi que les actrices Cécile Dadi et Lucie Deniau.

Quelle est votre vision pour cette pièce?

David Café-Fébrissy: Nous voulons récréer une situation de vie normale. Les personnages restent dans le salon pour presque toute la pièce. Le début se passe dans une voiture. Comme notre budget n’est pas énorme, nous essayons de représenter ces situations sous des angles différents.

Nous avons eu la chance d’avoir une équipe de bénévoles qui nous à crée des meubles dont un plan de cuisine pour l’espace.

L’idée c’est de rester simple tout en étant très évocateur. On veut faire travailler l’imagination. On joue aussi avec des objets modernes.

Et puis, on veut que les gens se reconnaissent dans les personnages. Ils sont très caricaturaux, mais on peut trouver un peu de soi dans chacun d’eux.

Qui préfère jouer ou diriger?

Cécile Dadi: Je prends beaucoup de plaisir à jouer. Dans les précédentes productions, j’étais dans la régie et ça m’a manqué.

David Café-Fébrissy: Bah tu vois, moi j’ai envie de jouer! On peut faire les deux, mais c’est compliqué d’avoir la tête sur le texte et même temps d’être assez critique envers soi-même pour modifier son jeu. Il faut un peu plus d’expérience. C’est ma première fois! (Rires)

Donc c’est une pièce dans l’air du temps?

David Café-Fébrissy: Oui, elle a été écrite en 2003. Les thèmes et l’espace restent très familiers pour tous. Une seule leçon dans cette histoire: faire attention à ce qu’on dit et bien verrouiller son téléphone. On ne fait pas plus moderne!

On ne peut jamais prévoir, mais nous avons joué un extrait de la pièce à Franc’Open Mic, et l’accueil a vraiment été positif. Beaucoup de gens ont acheté des billets depuis.

Lucie Deniau: On dit qu’il y a une bonne énergie pour la première! Ça dépend du public, de l’âge, du sujet.

Cécile Dadi: Par exemple, nous avons présenté Rhinocéros l’automne dernier à des jeunes, et les blagues plus simples avaient plus de succès. Les jeunes n’abordent pas le texte de la même manière. Cela change les représentations… La pièce n’est jamais la même.

Lucie Deniau: Tu as aussi ceux qui ont l’habitude d’aller au théâtre et qui vont comprendre les petites subtilités…
David Café-Fébrissy: C’est pas évident tous les jours, mais on essaye de se marrer et avoir du plaisir. Les gens payent, donc il faut être au top… Mais aussi avoir du fun!

Pourquoi Les Indisciplinés?

David Café-Fébrissy: Pour des gens qui viennent s’installer à Toronto, faire partie d’une troupe de théâtre communautaire est parfait pour l’intégration. Il y a un vrai esprit de groupe chez Les Indisciplinés.

Pour la plupart, nous ne sommes pas à Toronto depuis très longtemps. Claire, depuis huit mois seulement.

Claire Got: Et au niveau des acteurs, la troupe est très ouverte. Ce n’est pas une troupe d’acteurs, mais une troupe de théâtre. Si vous parlez français et que vous voulez jouer un texte, vous êtes les bienvenues.

David Café-Fébrissy: La troupe fait un «appel d’offres» et tout le monde peut participer. Il y a deux pièces par an, au printemps et à l’automne. Nous ne sommes pas une communauté qui se replie sur elle-même. Il y a toujours du changement, des nouveaux venus à découvrir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’identité linguistique canadienne sur les bords de la Tamise

colloque
Parmi les universitaires britanniques spécialistes du Canada, une quinzaine pourraient se dire «québécistes».
En lire plus...

25 septembre 2018 à 7h00

Le Club Richelieu Toronto honore Denis Rioux

Club Richelieu Toronto
Ce dimanche, le Club Richelieu de Toronto rendait hommage à Denis Rioux, désormais ex-président, et célébrait la passation des pouvoirs au nouveau président, Michel...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 17h01

Anciens combattants : délais plus long pour les francophones et les femmes

Anciens combattants Canada
Lenteur à répondre aux demandes d’aide médicale des vétérans: 19 semaines pour les demandes en anglais, 52 pour le français!
En lire plus...

24 septembre 2018 à 15h00

CSI : Éléphants

Les braconniers opèrent surtout au Gabon, au Congo et en Tanzanie.
En lire plus...

24 septembre 2018 à 14h00

Proposez des candidatures au 10e Gala Trille Or

Adieu les prix masculin et féminin : le Trille Or «Artiste solo» récompensera le ou la meilleur.e artiste tous genres confondus
En lire plus...

24 septembre 2018 à 12h00

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur