Un premier discours en langue autochtone au Parlement

langue autochtone

Robert Falcon-Ouellette a saisi l’occasion pour faire un premier discours aux Communes en cri, avec interprétation simultanée dans les deux langues officielles. Sur cette photo tirée de sa page Facebook, le député de Winnipeg-Centre est en compagnie de l’interprète du jour, Kevin Lewis, professeur à l’Université de la Saskatchewan.


31 janvier 2019 à 12h36

Les règles adoptées et la mécanique en place, le député Robert Falcon-Ouellette n’a pas attendu pour faire le premier discours en langue autochtone interprété devant les parlementaires. Dès la rentrée du 28 janvier aux Communes, «le premier jour où c’était permis, je ne voulais pas attendre», a déclaré le libéral de Winnipeg-Centre

«Nous avons mis le système d’interprétation en place dans la nouvelle Chambre et nous avons le droit de l’utiliser selon les règlements adoptés en décembre», souligne Robert Falcon-Ouellette. «Alors j’ai décidé de me prévaloir de mon droit. On a changé le cours de l’histoire pour les langues autochtones du Canada.»

Il avait aussi parlé en cri à la Chambre l’an dernier, mais aucun service d’interprétation n’étant en place, le geste était symbolique:

Au moment de s’exprimer cette semaine, le député dit avoir pensé à ses ancêtres et à ses enfants. «J’avais le sentiment de répondre aux demandes et attentes des ancêtres. J’ai une responsabilité d’assurer la survie de la culture et une partie de la culture, c’est la langue. On fait ça aussi pour nos jeunes enfants de toutes les communautés autochtones.»

Ce fut une belle journée pour l’élu manitobain. «J’ai essayé de ne pas trop penser au moment historique, mais de faire mon travail comme il faut, de bien parler. Quand j’ai commencé, j’étais très nerveux, mais il y avait plus de plaisir à la fin.»

Textes préparés pour les interprètes

Le texte interprété en anglais par le professeur Kevin wâsakâyâsiw Lewis, de l’Université de la Saskatchewan, a simultanément été présenté en français par le personnel de la Chambre. Le processus n’a rien d’improvisé.

«Deux interprétations, ce n’est pas idéal», reconnait le jeune député. «Mais ce qu’on a fait, c’est d’avoir les textes préparés pour les interprètes. On s’est assuré que tout soit bien fait.»

Le geste de Robert Falcon-Ouellette en aurait surpris plusieurs. «C’était un peu ‘wow!’ que j’aie fait ça si vite. Mais tout le monde était fier de ça. J’ai reçu plusieurs tapes dans le dos et des poignées de mains.»

Le député manitobain reconnait l’appui de plusieurs élus dans l’avancement du dossier, en particulier des neuf Autochtones au sein du caucus libéral, mais pas exclusivement: il insiste sur le rôle de son collègue David Graham (Laurentides-Labelle). «Il est Juif, marié à une Philippine. Il n’avait rien à gagner électoralement, mais il a travaillé tous les jours pour faire avancer cette cause.»

Un nouveau droit linguistique

Le droit de parler dans l’une des 60 langues autochtones parlées au pays étant acquis, il resterait à normaliser les interventions non seulement en Chambre, mais aussi en comités. Le service d’interprétation possèderait une liste pancanadienne d’interprètes compétents dans plusieurs langues autochtones. La plus répandue est le cri.

Pour la transcription du 28 janvier, note le député, «je viens de parler avec les responsables des rapports de la Chambre et la traduction sera publiée dans les comptes-rendus officiels dans quelques jours. C’est un travail plus long que normalement.»

Robert Falcon-Ouellette a l’intention de continuer à s’adresser à la Chambre en cri, mais le geste ne sera pas spontané. «Il faut établir un moment pour parler, donner deux jours d’avis et soumettre un texte. Ça deviendra de plus en plus facile et possible de le faire tous les jours.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur