Un peu d’histoire du Pérou

Gabriel Racle

Le Pérou avant les Incas, Flammarion, 2017, relié, 28x23 cm, 300 illustrations, 224 pages. En couverture, au centre et en relief, Aiapec, une des plus importantes divinités du monde Mochica.


29 avril 2018 à 10h00

Le Pérou a fait rêver bien des pays européens après que les conquérants espagnols aient dépouillé ce pays de tout l’or qu’ils ont pu y trouver. Cela s’est passé à partir de 1531, lorsque les troupes de Francisco Pizarro ont envahi l’Empire inca, en vue de christianiser ses populations, tout en assassinant l’empereur inca Atahualpa (1532).

Gabriel Racle
Coupe décorée à l’intérieur p. 159.

Eldorado

La christianisation était un prétexte. Une légende que connaissait l’inculte et illettré Pizarro circulait chez les Espagnols, celle de l’Eldorado (l’homme doré).

«Quelque part, dans la grande forêt, au lac de Gustavia (près de Bogotá, en Colombie), les Indiens Chibchas pratiquent chaque année une cérémonie qui excite les imaginations et aiguise les appétits: couvert de poudre d’or, le monarque s’immerge dans le lac tandis que ses sujets y jettent des trésors pour honorer le dieu Soleil.»

N’ayant encore rien trouvé, malgré l’invasion du Mexique, Pizarro décide d’aller plus au Nord et se porte à la conquête de l’Empire inca, le Pérou. Malgré l’infériorité numérique de ses troupes, il bat celles des Incas et part à la recherche de l’or.

En quelques mois, ses hommes rapportent cinq tonnes d’or et dix d’argent, qui devaient servir de rançon pour la vie sauve de l’empereur. Une partie du métal – le cinquième du butin – est fondue puis mise sur des galions qui repartent vers l’Espagne. Le reste est remis aux soldats qui le gaspillent.

Gabriel Racle
Personnage avec masse rabattue, 250-500 de notre ère, Mochica moyen, p. 121.

L’Empire inca

Du XVe au XVIe siècle, l’Empire inca était le plus vaste empire de l’Amérique précolombienne, c’est-à-dire antérieur à la découverte européenne de l’Amérique du Sud par Christophe Colomb en 1482.

Rappelons, pour éviter une confusion fréquente, que les Vikings avaient découvert l’Amérique du Nord vers les débuts de l’an 1000. Le territoire des Incas s’est étendu, lors de son extension maximale, sur près de 4 000 km, de l’actuelle Colombie, au Nord, jusqu’à l’actuel Chili, au Sud.

Le pays connu maintenant comme le Pérou avait ainsi été envahi une première fois par les Incas. Les origines des Incas sont à la fois légendaires et historiques. Il s’agirait des membres d’une tribu guerrière du sud de cette chaîne de montagnes désignée maintenant sous le nom espagnol de sierra.

Entre 1100 et 1300, les Incas se sont déplacés peu à peu vers le nord de la région, en soumettant les peuples qui s’y trouvaient et finissant pas constituer un empire, l’Empire inca, ayant à sa tête un véritable empereur, l’Inca, révéré comme un dieu et se croyait invincible, jusqu’à l’arrivée des envahisseurs espagnols, aguerris et mieux armés, dotés d’un animal inconnu des Incas, le cheval.

Gabriel Racle
Pectoral formé de cinq rangées de plaques trapézoïdales, Lambayeque tardif.

Avant les Incas

Mais avant les Incas, ces régions étaient habitées pas des civilisations dont on ne peut ignorer l’existence puisqu’elles ont lassé des traces, des souvenirs, des vestiges de leur existence. Et les édictions Flammarion ont consacré au Pérou un ouvrage très illustré pour nous en faire part: Le Pérou avant les Incas.

L’ouvrage comporte six sections ou chapitres qui décrivent divers éléments historiques et culturels des civilisations qui existaient avant l’invasion des Incas. Des textes rédigés par des spécialistes du sujet abordé sont accompagnés de plusieurs pages de reproductions d’objets ou de personnages, tous aussi surprenants que révélateurs de leur perfectionnement artistique. Ces reproductions sont souvent en pleine page.

Gabriel Racle
Bouteille à anse-goulot en étrier représentant un prêtre aveugle en prière. p. 85.

De riches civilisations

«Avant les Incas il y a eu de très riches civilisations qu’on redécouvre aujourd’hui», déclarait Paz Nuñez-Regueiro, conservatrice au musée du Quai Branly à Paris, responsable des collections «Amériques». Et il en est bien ainsi avec cet ouvrage. Autrement il y a 6 200 km en ligne droite entre Toronto et Lima, capitale du Pérou.

Quelques titres ouvrent des perspectives révélatrices qu’illustrent de très belles reproductions. «L’architecture comme symbole du pouvoir, Le pouvoir féminin sur la côte nord préhispanique, Le pouvoir de fa femme dans la société lambayeque (vallée de la côte nord du Pérou), Les seigneurs mochicas et le pouvoir semi-divin à Sipan (mochicas, population de la côte nord du Pérou, Sipan, agglomération du nord du Pérou).»

On ne saurait donner ici tous les titres ni énumérer toutes les illustrations, si nombreuse pour nous faire découvrir ces anciennes civilisations. Plusieurs sont en pleine page, réparties dans les 224 pages de cet ouvrage.

«Le Pérou avant les Incas témoigne avec science et clarté de ces trésors du patrimoine culturel péruvien mis au jour par les archéologues : remarquables céramiques, ornements ouvragés en or, cuivre et argent. Dans la facture de ces pièces et dans leurs fonctions se lisent des pratiques sociales, des relations de pouvoir, des croyances que l’ouvrage questionne de manière passionnante. Par l’analyse de l’architecture se dessine la trame de sociétés sans lesquelles les Incas n’auraient sans doute pas atteint le degré de développement et d’innovation qui fut le leur.» (Quatrième de couverture)

Gabriel Racle
À gauche: l’empire inca des années 1400-1500. Son dernier bastion a été conquis par les Espagnols en 1572. À droite: le Pérou actuel.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur