Un livre pour encourager les enfants à rêver

Diya Lim, auteure de La Petite fille qui ne rêvait jamais.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Rêver, Diya Lim n’a aucun problème avec ça. Avec son nouveau livre La Petite fille qui ne rêvait jamais, l’auteure franco-ontarienne souhaite encourager nos bambins à laisser libre court à leur imagination.

Le récit, illustré par Ninon Pelletier, raconte l’histoire d’une petite fille qui vit isolée dans une immense bibliothèque abandonnée. Entourée par tous ces livres qui sont devenus ses uniques amis, elle parcourt tout ce savoir et devient très intelligente.

Grâce à ses lectures, elle sait tout faire: cuisiner, coudre, se soigner… Mais arrive un beau jour où elle découvre qu’elle a épluché tous les livres mis à sa disposition et elle commence à s’ennuyer.

C’est alors qu’elle décide d’inventer des histoires mais elle se rend vite compte que malgré tout son savoir, elle n’arrive pas à faire fonctionner son imagination. C’est alors qu’intervient une petite souris aux lunettes rondes, incarnation de la créativité de la petite fille, qui la guidera dans son processus de création.petitefille_diya lim

C’est le dixième ouvrage de Diya Lim, qui utilise ses observations et ses expériences de la vie de tous les jours comme sorte d’inspiration. «Quand je vais dans les écoles, je vois que des enfants ne sont pas capables de laisser aller leur imagination. Ils sont bloqués, ils ont peurs», dit-elle à L’Express. Le savoir a pris le pas sur l’imagination. Pourtant les enfants ont besoin des deux pour s’éveiller pleinement.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Idéal donc pour les enfants qui commencent à rédiger de courts récits à l’école et qui doivent apprendre à faire confiance en leur imagination. Les illustrations de Ninon Pelletier encouragent aussi les plus petits à parcourir l’ouvrage.

La Petite fille qui ne rêvait jamais est «un livre sur les livres, une forme d’hommage au savoir», explique l’auteure née à l’Île Maurice et établie à Toronto depuis plusieurs années, après des études supérieures en France.

«Le savoir et l’imagination sont complémentaires. Il faut que les enfants comprennent qu’il est bon de rêver, d’utiliser sa fibre artistique. Un jour, dans une école, j’ai demandé aux élèves comment ils s’imaginaient le travail des scientifiques. Tous m’ont parlé d’éprouvettes et de tests, mais aucun n’a commencé par l’évidence: les scientifiques utilisent d’abord leur imagination. Il va falloir inventer des choses qui n’existent pas encore et donc user de sa pensée créative.»

Le livre d’une trentaine de pages sera disponible dès le mercredi 19 avril sur Internet et dans les trois librairies francophones de la grande région torontoise. Diya Lim souhaite que La Petite fille qui ne rêvait jamais soit mis à la disposition des enfants dans les bibliothèques municipales et dans les écoles, mais aussi que son récit soit traduit dans d’autres langues… un rêve qui pourra peut-être se réaliser!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur