Un livre d’art et de paix

L'Art de la paix, Paris Musées, octobre 2016, collectif, relié toile, 30x24 cm, 250 illustrations, 336 pages.

L'Art de la paix, Paris Musées, octobre 2016, collectif, relié toile, 30x24 cm, 250 illustrations, 336 pages.


19 juin 2017 à 16h44

L’adage romain Si vis pacem, para bellum («Si tu veux la paix, prépare la guerre») est bien connu, même si on ignore ses origines. Il a été cité et même utilisé à titre justificatif très souvent en Europe et aux États-Unis.

Cet axiome pose pourtant une question fondamentale, à savoir la paix dépend-elle réellement des armes? Dans son recueil Petite Flore latine, Pierre Larousse (1817-1875) répond par la négative: «Cette maxime toute romaine est peu philosophique… Il est paradoxal de dire que les gros bataillons assurent la paix. Les peuples sont de grands enfants: quand on a de si belles armes, il se trouve toujours des fous qui brûlent de les essayer.»

Mais nous avons peut-être l’occasion de trouver une réponse en parcourant Ie livre que le Petit Palais a publié récemment sous le titre L’Art de la paix, à l’occasion d’une exposition portant le même nom, qui s’est tenue dans ses locaux.

Double sens

L’ouvrage, comme l’exposition, joue sur le double sens de ce titre, qui peut concerner la paix et l’art de la préparer ou de l’obtenir, tout autant que le traitement artistique dans les présentations d’artistes. Il n’est ensuite que de réfléchir à ce thème, la paix dans tous ses états – et entre les États – toujours d’une grande actualité.

Il vaut la peine de citer la quatrième de couverture de ce superbe ouvrage, car les caractéristiques de cette publication s’y trouvent présentées de façon claire et explicite:

«L’art de la guerre ne doit pas faire oublier l’art de la paix, un idéal qu’il convient de célébrer sans réserve. Si la diplomatie a ses secrets, elle a aussi ses fastes.

Traités de paix

Pour la première fois, cet ouvrage présente une sélection spectaculaire de traités de paix, parmi les 25 000 signés par la France et précieusement conservés au sein des archives du ministère des Affaires étrangères. Ces documents emblématiques de l’histoire de France sont aussi de véritables objets d’art, dotés pour certains de sceaux remarquables et de portefeuilles ouvragés.

Mais les plus grands peintres ont également glorifié les traités mémorables et les alliances prestigieuses. L’ouvrage met en valeur ces magnifiques allégories et les représentations des cérémonies officielles, sans négliger pour autant les œuvres plus critiques – caricatures, affiches militantes et toiles manifestes – qui illustrent l’engagement des peuples.

Et que l’on ne se méprenne pas sur la portée de cette présentation. Les traités sigmas parla France avec d’autres pays, dont les illustrations parsèment les pages du livre, incitent à réfléchir sur la façon de construire la paix, de la maintenir, de s’en porter garant.

L’actualité nous montre malheureusement qu’il n’en est pas toujours ainsi. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces perspectives historiques, outre les pages d’histoire qu’elles ouvrent, suscitent réflexions et analyses utiles dans un mode où la paix semble toujours une situation fragile.

Diplomatie

L’ouvrage a pour sous-titre: Secrets et trésors de la diplomatie. Et loin d’une rigueur trop scientifique, cet ouvrage propose que peintures, sculptures, objets précieux ou archives, accompagnent la présentation de ces traités, afin de nourrir la réflexion du lecteur sur l’idéal de paix.

C’est ainsi que le Petit Palais présente sa publication dont effectivement les illustrations proposées fleurissent à chaque page.

L’Introduction de l’historienne réputée Hélène Carrère d’Encausse et de Richard Boidin se termine ainsi: «Plus que jamais la paix mérite d’être pensée et partagée par tous: à notre poque une paix durable n’a de sens que si elle est inclusive et ne rejette ni n’isole aucun acteur… la qualité des œuvres et la pédagogie proposée démontrent de manière éclatante que l’art de la paix reste encore de nos jours la grande question qui se pose à nous.»

Pédagogie de la paix

Cinq articles suivent qui traitent d’un sujet d’un grand intérêt historique ou actuel. Et chacun de ces articles est éclairé par des notices commentées qui, en plusieurs pages, présentent par ordre chronologique des documents ou des œuvres d’art de l’époque en reproduction couleur. Cette particularité pédagogique rend la lecture de l’ouvrage très agréable et très informative.

Voici les titres des quatre thèmes abordés par des spécialistes: La paix des princes, avec des notices commentées de la page 26 à la page 93, L’idéal de paix, notices commentées p. 102-121, La paix mode d’emploi, notices commentées p. 135-183, La chambre des trésors, notices commentées p. 196-225, Ordre et désordre international, notices commentées p. 238-327.

Il est impossible de donner une description des 250 illustrations présentées à chaque page des notices, tant sont variées les représentations: documents, traités avec leur sceau de cire, tableaux, costumes, personnages tapisseries, gravures, sculptures et autres objets.

Un livre annexe, La France et la paix, accompagne cet ouvrage, «En des temps où la frontière entre guerre et paix se fait de plus en plus floue, ce livre aide à penser le concept de paix, à connaître l’histoire qui l’a faite et à ainsi mieux comprendre la complexité et surtout la fragilité qui la fondent.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassestkaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

À millénial, millénial et demi

Le nouveau chef du NPD canadien, Jagmeet Singh.
Nos trois chefs politiques fédéraux sont «jeunes»
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h25

Maître Jesse Gutman

Maître Jesse Gutman
Agent de grief au Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h20

De plus en plus facile d’obtenir la citoyenneté canadienne

citoyennete
On n'a même plus besoin de vouloir résider au Canada.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h15

Francophonie des Amériques: des liens qui se multiplient

centre_franco_ameriques_logo
On est 33 millions dans le Nouveau Monde
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h10

Le lac Érié à nouveau envahi par les algues

L'ouest du Lac Érié, le 26 septembre. (Photo: NASA)
Au banc des accusés: les engrais utilisés par les fermiers.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur