Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut

La troupe de la pièce de théâtre Kiviuq Returns! (Photo: Donald Lee)


17 février 2018 à 13h00

«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut qui travaille à fonder à Iqaluit un grand centre des arts de la scène.

Le bâtiment est appelé à devenir le pôle central pour la présentation et la production d’œuvres locales et d’ailleurs, ainsi que pour la formation des artistes, techniciens et autres professionnels du spectacle au Nunavut.

Le nom de l’organisme sans but lucratif provient du mot qaggiq, qui désigne en inuktitut un iglou géant construit pour les grandes occasions. Qaggiavuut ! est l’appel à entrer dans le qaggiq au début des célébrations.

Conjoncture favorable

Le projet du groupe Qaggiavuut est en gestation depuis 10 ans, mais l’année dernière a marqué un moment décisif qui permet d’envisager la réalisation de ce grand rêve dans un avenir proche.

«En ce moment au Canada, la conjoncture politique est au rendez-vous. Le gouvernement fédéral est prêt à soutenir financièrement des projets d’infrastructure culturelle à partir du nouveau fond Canada créatif», souligne Maxine Carroll, membre du conseil d’administration du groupe depuis l’automne 2016.

«La ministre Mélanie Joly connait le projet. Il ne manque que l’appui officiel du gouvernement du Nunavut pour aller de l’avant.» Beaucoup d’énergies sont dépensées actuellement à obtenir cet appui officiel du gouvernement territorial.

Qaggiavuut se sent si prêt du but qu’il rêve d’ouvrir le centre en 2019, à temps pour le 20e anniversaire de la création du Nunavut.

Le plan de l’édifice prévoit une salle de spectacle de 350 places, une salle de répétition, et des espaces de programmations et d’enregistrements. Plusieurs lieux sont envisagés pour l’édification du Centre, mais aucun n’est encore confirmé.

Iqaluit Nunavut
Une partie d’Iqaluit, la capitale du Nunavut. (Photo: Joamie Hill)

Plus qu’un édifice 

Qaggiavuut ! c’est avant tout un collectif d’artistes provenant des trois grandes régions du Nunavut. C’est aussi un réseau unique et très vaste de personnes œuvrant dans tous les domaines des arts de la scène.

Le Nunavut compterait d’ailleurs le plus grand nombre de personnes par habitant qui participent à la production d’artisanat et à l’industrie des arts que partout ailleurs dans le monde (Nunavut Tourism, 2013).

Qaggiavuut a pour mission de renforcer, promouvoir, défendre et créer un espace pour les arts de la scène du Nunavut, pour tous, mais en mettant l’accent sur les Inuits. Quatre grands principes directeurs guident leurs actions: la décolonisation; la guérison et le bienêtre; la culture et la langue inuite; ainsi que la diversité et l’inclusion.

Arts découragés

«À une période, les arts de performance ont été bannis ou fortement découragés», rappelle Ellen Hamilton, directrice générale de Qaggiavuut. «Mais certains ainés ont résisté. Ils se rappellent encore aujourd’hui les histoires, les danses et les chansons malgré l’interdiction. Grâce à eux, nous avons aujourd’hui un point de départ, un noyau pour reconstruire. Nous sommes extrêmement reconnaissants de leurs luttes, de leur savoir.»

«En créant des modèles de succès forts et inspirants, nous savons aussi que nous avons un impact positif important sur la santé mentale de la jeunesse, sur la prévention du suicide», souligne Maxine Carroll.

En 2015, Qaggiavuut a été l’un des trois groupes qui ont remporté le Prix Inspiration Arctique. Le groupe a reçu 600 000 $ pour des projets visant à relier les artistes circumpolaires en créant des collaborations et des occasions d’enseignement.

Le groupe a également reçu des fonds du Conseil des arts du Canada et du gouvernement du Nunavut, ce qui porte le total à 1 million $ au cours des prochaines années. Aucune portion de cet argent n’ira à l’édification physique du Centre des arts.

«C’est extrêmement touchant de voir qu’une organisation prestigieuse comme le Prix Inspiration Arctique reconnaît que des artistes peuvent transformer profondément des communautés», dit Mme Hamilton.

Nunavut

Répertorier, former, développer

Les priorités qui animent Qaggiavuut sont triples: confirmer le financement pour la construction du centre d’arts; répertorier les nombreux artistes du territoire; organiser des formations pour soutenir ces artistes à la fois dans leur démarche personnelle et dans un effort de renforcer le tissu social qui assurera la pérennité et l’essor de la culture et de la langue inuite.

Le groupe produit aussi des œuvres originales comme Kiviuq Returns, une pièce de théâtre qui fait la tournée du territoire en ce moment.

«Il s’agit vraiment de développer un créneau d’excellence pour l’ensemble du territoire, de Kugluktuq à Iqaluit», précise Maxine Carroll.

Rattrapage

Toutes ces initiatives ne manqueront pas de créer des emplois et des débouchés économiques pour cette industrie. Le collectif envisage un centre d’arts inclusif et multifonctionnel, accueillant autant les partenariats locaux que les collaborations nationales, circumpolaires et au-delà.

Le Nunavut est le seul territoire ou province au Canada qui ne possède pas de centre d’arts, et Iqaluit est la seule capitale en Amérique du Nord à ne pas avoir d’espace dédié à la présentation des arts de la scène. «Chez nous, les arts ont été sous-utilisés depuis trop longtemps», souligne Vinnie Karetak, artiste reconnu d’Iqaluit.

Nunavut
Le territoire du Nunavut fêtera son 20e anniversaire en 2019.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

High Park, un espace de verdure au cœur de la ville

High Park
Toronto est une ville bruyante et animée. Mais ne la jugez pas trop vite. Il est possible d’y trouver de vrai trou de verdure...
En lire plus...

15 juin 2018 à 17h00

Un pavillon des saveurs francophones à la FrancoFEST de Hamilton

FrancoFEST Hamilton
Le Couleur, Céleste Lévis, Jacobus, Claude Bégin, Jamie Adkins...
En lire plus...

15 juin 2018 à 15h00

ANIMATRICE, ANIMATEUR CULTUREL

Mon Avenir - AFFICHAGE INTERNE ET EXTERNE ANIMATRICE, ANIMATEUR CULTUREL École secondaire catholique Jean-Vanier, Welland Poste syndiqué permanent à temps plein (1,0) – 10 mois par année CONCOURS 19-AC-01 Le Conseil scolaire...
En lire plus...

Services dans le quartier de Malton

Acces employment - The Learning in Our Neighbourhood (LION) program, focuses on strengthening families by connecting neighbours to each other and their community. By knowing their neighbours and their neighbourhood, children and...
En lire plus...

Une pièce touchante autour de la pole dance

Sara
Sara, de Magalie Bazinet, au Red Sandcastle du 20 au 23 juin
En lire plus...

15 juin 2018 à 9h00

Faire le ménage, aussi dangereux que de fumer

nettoyeurs
L'équivalent d'un paquet par jour pendant 20 ans chez les femmes de ménage
En lire plus...

Détox : faut-il interdire le mot dans la publicité ?

En Grande-Bretagne, l’organisme en charge de réglementer la publicité a décrété en mai qu’une compagnie n’avait pas le droit d’utiliser le mot « détox...
En lire plus...

15 juin 2018 à 7h00

L’équipe de nouvelles #ONFR perd trois de six journalistes

Suppression postes tfo
Dans une 3e ronde de compressions depuis 2016, le Groupe Média TFO aurait éliminé 37 postes au sein de ses services phares : le magazine 24.7, le...
En lire plus...

14 juin 2018 à 17h40

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur