Un appétit pour le dialogue Québec-Canada

Pourquoi pas tous les universitaires canadiens bilingues d'ici 10 ans?

Le ministre québécois Jean-Marc Fournier au Club canadien de Toronto

Le ministre québécois Jean-Marc Fournier.


18 janvier 2018 à 14h41

En matière de traitement de sa minorité linguistique, «le Québec peut apprendre de l’Ontario».

En effet, ce n’est que l’an dernier que le gouvernement québécois s’est doté d’un Secrétariat aux Relations avec les Québécois d’expression anglaise (sous la responsabilité de la ministre Kathleen Weil), alors que le gouvernement de l’Ontario possède depuis trois décennies un Office des Affaires francophones, devenu l’an dernier un vrai ministère sous Marie-France Lalonde.

C’est ce qu’a mentionné le 16 janvier le ministre québécois des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, devant un parterre de gens d’affaires et de hauts fonctionnaires à la tribune du Club canadien de Toronto.

Venu discuter de sa Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes, comme il le fait à travers le pays depuis l’été dernier (comme en octobre au Collège Glendon de l’Université York), M. Fournier a souligné qu’il est tout de même «drôle» que ce soit le Québec qui ait produit le seul document politique sur l’avenir du Canada à l’occasion du 150e anniversaire de la fédération.

Se connaître avant de reconnaître

Intitulé Québécois : notre façon d’être Canadiens, le texte de 150 pages est avant tout un appel au «dialogue» entre le Québec et les autres composantes du pays, pas un nouveau projet de réforme constitutionnelle… du moins pas dans l’immédiat.

Car «avant de penser à faire évoluer le texte constitutionnel, il nous faut d’abord commencer par se parler, partager, se rapprocher, créer des liens solides, et réciproquement mieux nous connaître.»

«Et pour ça, il y a un appétit», notamment dans les milieux universitaires, remarque-t-il au cours de son pèlerinage.

Le gouvernement libéral veut convaincre les Canadiens des autres provinces que la promotion du caractère francophone distinct du Québec ne menace pas la cohésion de la société canadienne, «au contraire». En 2006, dit-il, le Parlement canadien a «reconnu» que le Québec constituait une «nation» au sein du Canada… mais ça n’a jamais vraiment été «accepté»…

Piliers et diversité

Dans la vision de M. Fournier, le Canada est et a toujours été un État «plurinational».

L’idée fait son chemin, assure-t-il, citant le plus récent livre de Peter Russell, de l’Université de Toronto, Canada’s Odyssey – A country based on incomplete conquests, qui présente le Canada comme étant constitué de trois piliers: canadien, québécois et autochtone.

«Il nous dit que l’ADN du Canada, c’est sa diversité… Je ne saurais dire s’il est un écho à notre Politique, ou si notre Politique fait écho à ses propos.»

Remarquant que le nombre de personnes bilingues au Canada n’a jamais cessé de croître depuis les années 1960 (de 12% à 18%), il estime que «nous devons poursuivre sur cette lancée, notamment en favorisant l’apprentissage du français au pays: pourquoi ne pas se donner l’objectif que, d’ici 10 ans, tous les étudiants universitaires du Canada soient bilingues au terme de leur formation?»

«Le monde va dans cette direction», fait-il valoir: «plus de 50% des citoyens des états membres de l’Union européenne parlent au moins une autre langue étrangère en plus de leur langue maternelle. Le  président Emmanuel Macron, récemment, dans un discours à la Sorbonne, a fixé l’objectif que d’ici 2024 chaque étudiant français parle deux langues européennes.»

«Le présent siècle sera multinational et multilingue. Le Canada sera-t-il à la traîne des autres ou devant les autres?»

Élections le 1er octobre

Sa démarche veut aussi contrer «l’isolationnisme et le repli identitaire», «rapprocher les appartenances plurielles plutôt que de les opposer», «face aux défis mondiaux que posent la croissance du phénomène migratoire, la délocalisation économique et la montée des inégalités».

Le Québec aussi est une nation «inclusive et plurielle», dit-il, composée d’une majorité francophone, d’une communauté d’expression anglaise, de onze nations autochtones, et de ses immigrants. Surtout, les Libéraux québécois n’ont jamais voulu avoir à choisir entre être Québécois ou être Canadiens. «Nous sommes les deux. Nous voulons être les deux.»

Cette vision sera encore une fois soumise au test électoral, le 1er octobre prochain. Or, pour la première fois depuis près de 50 ans, selon les sondages, le principal adversaire du Parti libéral ne sera pas le Parti québécois souverainiste, dont les appuis fondent au profit de la Coalition Avenir Québec nationaliste sur sa droite et du parti communiste-féministe Québec solidaire sur sa gauche.

Jean-Marc Fournier lui-même serait «en réflexion» sur son avenir politique. Une des trois ou quatre grosses pointures du gouvernement de Philippe Couillard et député d’une circonscription rouge foncé, il pourrait ne pas se représenter.

Solidarités économiques

S’adressant, au Club canadien de Toronto, à un auditoire conquis d’avance, le ministre québécois a aussi vanté les «solidarités économiques» entre le Canada et les autres provinces canadiennes, dont les échanges atteignent presque le niveau de son commerce avec les États-Unis dont la population est dix fois plus nombreuse.

Et «nous échangeons plus de biens chaque année avec le Nouveau-Brunswick (750 000 personnes) qu’avec la France (66 millions)». Idem pour les échanges économiques entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador (530 000), «plus importants que ceux entre le Québec et l’Italie» (60 millions). «Avec l’Ontario, nous échangeons plus de biens chaque année qu’avec les 28 pays de l’Union européenne entière… et trois fois plus qu’avec la Chine.»

Nous avons tous avantage à collaborer davantage, dit-il, en regard du «péril» protectionniste américain et considérant que «les économies combinées du Québec et de l’Ontario représentent la quatrième économie de l’Amérique du Nord après celles de la Californie, du Texas et de New York».

«Jamais nos deux provinces n’ont été aussi proches», a-t-il conclu, amenant quelques membres de l’auditoire à prévoir que Patrick Brown et François Legault s’entendront aussi bien ensemble que Kathleen Wynne et Philippe Couillard.

Le Club canadien a rempli la salle de bal du Royal York, mardi midi, pour la causerie du ministre québécois Jean-Marc Fournier.
Le Club canadien a rempli la salle de bal du Royal York, mardi midi, pour la causerie du ministre québécois Jean-Marc Fournier.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Thomas Gallezot souhaite «remettre le système scolaire à l’endroit»

Thomas Gallezot
Thomas Gallezot, candidat au Conseil scolaire du district de Toronto (TDSB) pour les élections du 22 octobre dans la circonscription Eglinton Lawrence, nous a présenté les...
En lire plus...

15 octobre 2018 à 17h00

Simon Jalbert: une idée à la minute

À 28 ans, Simon Jalbert a déjà cinq entreprises à son actif. Le fondateur de Traction House, spécialisée dans le marketing ciblé, fait le...
En lire plus...

15 octobre 2018 à 14h30

Élections scolaires: nos candidates et candidats

élections municipales et scolaires
Voici la liste des candidates et candidats aux élections scolaires du 22 octobre 2018 dans chacune des circonscriptions, ou régions, de nos deux conseils...
En lire plus...

15 octobre 2018 à 11h00

Gilles Archambault a tenu un journal intime de citations

En toute reconnaissance
Depuis une cinquantaine d’années, Gilles Archambault a inscrit des phrases (citations) dans un carnet bleu, sur des thèmes qui lui sont chers.
En lire plus...

15 octobre 2018 à 8h00

Wanda Plus TV: promouvoir la culture africaine

Wanda Plus TV
Créée à l'initiative de José Ndzeno, Wanda Plus TV est la nouvelle chaîne torontoise dédiée à la promotion de la culture africaine.
En lire plus...

14 octobre 2018 à 15h30

Luc de Larochellière de retour sur scène avec son groupe original

Luc de Larochellière
En 1988, le chanteur Luc de Larochellière sortait Amère America, qui allait devenir disque d’or. Luc de Larochellière en célèbre le 30e anniversaire en...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 13h00

Littérature de la confrontation

Qui a tué mon père
Qui a tué mon père. Édouard Louis ne pose pas une question, il accuse. À 25 ans, l'auteur a publié trois romans autobiographiques traduits...
En lire plus...

14 octobre 2018 à 9h00

Quiz: 1968, année inoubliable

quiz
1968 est une année riche en événements. Vous rappelez vous de tout ?
En lire plus...

14 octobre 2018 à 7h00

Le « cohousing » en marche à Winnipeg

habitat groupé
Le « cohousing » regroupe des familles, des couples ou des personnes seules autour d’une «maison commune», où ils partagent des services d’usage courant....
En lire plus...

13 octobre 2018 à 15h30

Les producteurs laitiers canadiens sacrifiés ?

Johnny Gallant
Les producteurs laitiers du Canada n’ont pas mis longtemps à réagir aux modalités de l’accord avec les États-Unis et le Mexique qui, s’il est...
En lire plus...

13 octobre 2018 à 12h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur