Un Acadien à la tête du Centre de la francophonie des Amériques

L'édifice qui abrite le Centre de la francophonie des Amériques dans le Vieux Québec.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Qu’on soit à Caraquet, à Rouyn-Noranda ou à Port-au-Prince, on trouve des francophones et des francophiles dans l’ensemble des Amériques. Pour la première fois, un Acadien sera à la tête d’un organisme ayant pour mandat de créer des liens entre ces nombreuses communautés.

Sylvain Lavoie, originaire d’Edmundston et résident de Fredericton depuis plusieurs années, a été nommé directeur général du Centre de la francophonie des Amériques il y a quelques jours.

Sylvain Lavoie

Cet organisme, créé par le gouvernement du Québec, en 2008, a pour objectif de solidifier les liens entre les quelque 33 millions de personnes habitant dans les communautés francophones et francophiles de l’Amérique du Nord, des Antilles et de l’Amérique du Sud.

Parmi ses réussites figure la création de la Bibliothèque des Amériques, une collection de plusieurs milliers de livres numériques en français, disponibles gratuitement.

Créer davantage de liens

Au cours de sa carrière au ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, et plus tard avec l’Association des enseignantes et enseignants francophones du N.-B., Sylvain Lavoie, âgé de 41 ans, a été appelé à travailler sur plusieurs projets provinciaux et nationaux ayant pour but de promouvoir les deux langues officielles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«De par mes fonctions, j’ai eu l’occasion de suivre les activités du Centre. Je trouvais que les programmes offerts étaient intéressants. Le centre produit beaucoup de ressources qui servent aux enseignants, surtout à ceux qui enseignent en contexte minoritaire. C’est important pour une région comme le Nouveau-Brunswick, car nous avons un système scolaire francophone, mais qui vit dans un milieu minoritaire.»

Réseauter avec 33 millions de personnes

Le nouveau directeur général veut se servir de cette occasion pour multiplier la création de liens avec les différentes communautés.

«Pour moi, lorsqu’on parle de faire du réseautage avec un bassin potentiel de 33 millions de personnes, c’est énorme. Imaginons les possibilités. Quand on réussit à joindre ces gens et faire en sorte qu’ils créent des projets, c’est tout à fait exceptionnel. Par la suite, ces gens deviennent des personnes engagées dans leurs communautés qui font rayonner la langue et la culture.»

Une langue toujours pertinente

En Amérique, le français est parlé, bien entendu, au Québec, en Acadie et dans plusieurs communautés minoritaires établies ailleurs au Canada, mais aussi en Louisiane, en Nouvelle-Angleterre, dans le Midwest américain, plusieurs régions des Antilles et en Amérique du Sud (Guyane française).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’enseignement du français langue seconde est aussi répandu dans plusieurs pays de l’Amérique latine, dont le Costa Rica et le Brésil, fait savoir Michel Robitaille, président du Centre de la francophonie des Amériques.

Même si les francophones sont largement dépassés en nombre par les anglophones, hispanophones et lusophones des Amériques, la langue française demeure très pertinente, croit M. Lavoie.

PFJA
Jean-Michel Leprince, correspondant de Radio-Canada en Amérique latine, lors d’un événement du Centre de la francophonie des Amériques.

Histoire, langue et culture

«C’est l’histoire, c’est la langue, la culture, notre sentiment d’appartenance. C’est quand on sait d’où on vient qu’on est capable de bâtir et de développer nos communautés pour faire en sorte qu’on réalise pleinement ce qu’on veut.»

«J’ai tellement travaillé avec des gens de cultures différentes qui croient dans la langue et qui sont passionnées dans le développement de leurs communautés. La culture est au centre de leur identité, mais la langue réunit l’ensemble des intervenants.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur