Trouvée dans nos crottes : la solution aux pénuries de sang

transfusion

(Photo: torange.biz)


20 septembre 2018 à 7h00

En analysant nos selles, des chercheurs ont trouvé une enzyme capable de transformer tous les groupes sanguins en groupe O, le «donneur universel».

Les pénuries de sang ne seront-elles un jour qu’un mauvais souvenir? C’est en tout cas ce que font miroiter Steve Withers et son équipe de l’Université de Colombie-Britannique.

Attaquer la surface des globules rouges

Leur solution, les chercheurs l’ont trouvée dans nos crottes. Quel rapport avec les groupes sanguins? Notre intestin est tapissé d’un type particulier de glucides dont se nourrissent nos bactéries intestinales. Pour les ingérer, les bactéries produisent des enzymes capables de les découper.

Or, il s’avère que ces enzymes peuvent aussi hacher menu les glucides (ou antigènes) qui se trouvent à la surface de nos globules rouges, et qui servent à définir notre groupe sanguin.

Autrement dit, le sang de groupe A possède l’antigène A, le groupe B l’antigène B, le groupe AB les antigènes A et B.

Pas de rejet

Le groupe O est l’exception: il n’en a aucun, ce qui lui donne ce statut de donneur universel. L’absence de ces antigènes a en effet pour résultat que lorsqu’on donne du sang du groupe O, il ne peut pas déclencher de réactions de rejet chez le receveur.

Faisant fi de l’odeur, Withers et son équipe ont donc fouillé dans les selles, à la recherche de la portion d’ADN bactérien qui les intéressait. Ils ont ensuite inséré ce morceau d’ADN chez Escherichia coli, une bactérie qui, en laboratoire, joue le rôle d’usine à enzymes.

Les chercheurs ont pu ainsi récolter les enzymes dévoreuses d’antigènes et les ont mélangées à des échantillons de sang de différents groupes. En éliminant les antigènes de type A ou B, les enzymes ont ainsi changé n’importe quel groupe sanguin en groupe O.

Trop simple?

Si, sur le papier, cette méthode semble d’une grande simplicité, elle est en réalité le fruit de décennies de travail.

L’utilisation d’enzymes pour retirer les antigènes des globules rouges est connue depuis le début des années 1990. Mais le processus, en plus d’être beaucoup plus lent, n’était pas assez efficace. Comme l’explique Steve Withers dans une interview pour Mashable, «il fallait beaucoup trop d’enzymes et elles ne fonctionnaient pas avec le groupe sanguin A».

La récente découverte permet de produire du sang de groupe O à partir de tous les groupes sanguin, plus efficacement que les méthodes utilisées jusqu’alors. Un avantage lorsqu’on manque de temps pour déterminer le groupe sanguin de blessés, par exemple lors d’accidents de la route ou de catastrophes naturelles.

Effets indésirables?

Mais dans leur communiqué, les scientifiques font une mise en garde: les résultats, bien que prometteurs, restent préliminaires. Il est encore nécessaire d’effectuer des tests afin de déterminer d’éventuels effets indésirables liés à la transfusion de ce sang.

Une altération imprévue des globules rouges n’est pas à exclure. «Nous espérons qu’un jour, nous pourrons éventuellement rendre n’importe quel type de sang, de tissus ou d’organes donnés, sans danger pour quiconque, quel que soit son groupe sanguin d’origine», rêve Steve Withers dans une entrevue au Globe and Mail.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur