Transformer l’huile à moteur usagée en diesel

Une entreprise familiale du Manitoba a perfectionné une technique originale de recyclage

Manitoba

Todd Habicht et son fils Tyler, qui est ingénieur spécialisé en technologie motrice. (Photo : Daniel Bahuaud, La Liberté)


31 juillet 2018 à 7h00

En Amérique du Nord, seulement 17% des lubrifiants de voitures usagées sont recyclés. Au Canada, cela représente 800 millions de litres. Des chiffres que l’entreprise HD Petroleum, de Saint-Boniface, veut faire évoluer.

Établie sur l’autoroute numéro 14 aux abords de Letellier et Saint-Joseph, la microraffinerie de HD Petroleum est maintenant en mesure de transformer industriellement de l’huile à moteur usagée en diesel, après neuf ans de recherche et d’expérimentation.

Todd Habicht, le fondateur et PDG de l’entreprise manitobaine, est heureux d’avoir atteint la phase de production. «Notre objectif était de prouver qu’une petite raffinerie, établie sur 300 mètres carrés, peut transformer plusieurs milliers de litres d’huile à moteur en diesel en l’espace d’une heure.»

«Après des hauts et des bas, et une période intense de quatre mois de contrôles, d’inspections et de mise en service en 2017, on a réussi. Et à très bas coût, puisque notre équipement nous a coûté que 8,3 millions $ US. Maintenant, on est convaincu qu’on pourra rouler 24 h par jour, sept jours par semaine. En 48 heures, pendant la longue fin de semaine de la fête du Canada, on a produit 45 000 litres de diesel.»

Grand-père inventeur

Pour chaque litre de lubrifiant usagé, HD Petroleum produit 0,85 litre de diesel. La partie qui n’est pas recyclée sert de carburant à la microraffinerie. Ainsi, toute l’huile est utilisée.

«C’est l’avantage de notre technologie qui redistille les molécules hydrocarbonées de l’huile usagée en diesel.»

«L’idée remonte déjà à plusieurs décennies. Mon grand-père Bernard Habicht avait déjà développé les grands principes, mais il n’avait pas réussi à dépasser le stade artisanal. C’est dire si son esprit est très présent dans notre microraffinerie. C’est pour moi une source de grande fierté.»

Barney, comme tout le monde l’appelait, était un grand inventeur. Par exemple, c’est lui l’inventeur de la moissonneuse-batteuse, qui a transformé l’agriculture!

Potentiel écologique énorme

Todd Habicht espère-t-il à son tour transformer l’industrie pétrolière?

«C’est possible. On est convaincu qu’on pourra imposer notre technologie, au Manitoba pour commencer. Au Canada, la collecte de lubrifiants usagés est très bien organisée, à près de 70%. C’est la transformation de l’huile qui laisse encore énormément à désirer.»

«Une microraffinerie peut non seulement desservir une population de 700 000 personnes, mais surtout elle n’exige pas des investissements en centaines de millions de dollars comme c’est le cas pour une raffinerie conventionnelle. En une année, elle peut recycler jusqu’à 15 millions de litres.»

«Le potentiel écologique est énorme. Et les marges de profit se situent à environ 37%. C’est dire que le recyclage peut être très profitable. On a déjà des investisseurs au Canada, aux Antilles et à Guam qui attendent juste qu’on fasse nos preuves au Manitoba pour acheter notre savoir-faire.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur