MaRS, moteur de l’innovation au Canada


21 juillet 2009 à 14h50

Le district de la découverte de MaRS est un centre à but non lucratif pour l’innovation. Ses locaux sont situés au centre-ville de Toronto sur College et University, à proximité notamment des hôpitaux et de l’Université de Toronto. Cette organisation, qui abrite notamment des bureaux de la fondation Sick Kids et L’Institut de l’Ontario pour la recherche contre le cancer, a pour but d’aider au développement de certaines entreprises afin de maximiser l’impact économique et social de l’innovation au Canada.

Tout a commencé en 2000 avec l’initiative d’un groupe de leaders appartenant au milieu académique, au milieu des affaires et au gouvernement. Partant du constat que les débouchés commerciaux pour la recherche étaient assez pauvres, soucieux de l’importance d’encourager l’innovation au Canada, ils ont formé un comité ayant pour mandat de réfléchir à un moteur de commercialisation afin d’exploiter le potentiel de l’Ontario.

C’est en apprenant que le site de l’ancien Hôpital général de Toronto était en vente que leur est venue l’idée d’y établir un centre dont l’objectif serait de promouvoir l’innovation en connectant différentes entreprises officiant dans des domaines variés.

Usant de leur force de conviction ils ont pu rassembler les fonds nécessaires à l’achat et à la transformation du bâtiment. Ainsi, 60% du financement est venu du privé et 40% du public avec la participation des gouvernements fédéral, provincial, et municipal et de l’Université de Toronto.

Achevé en 2010

C’est en 2005 que les locaux de la phase I ont ouverts. Il s’agit de l’ancien bâtiment de l’hôpital, rénové, auquel a été ajouté un bâtiment sur l’aile Est et un bâtiment au Sud. La phase II est en cours de réalisation avec la construction d’un nouvel édifice sur l’aile Ouest qui devrait s’achever d’ici 2010.

Le nom MaRS provient de Medical and Related Science mais l’organisation ayant décidé de promouvoir plusieurs domaines de la science et de la technologie a abandonné cet acronyme mais a conservé le nom. Les services dispensés concernent les domaines de la protection des découvertes, dans la commercialisation, et dans l’aide à la mobilisation de fonds. Elle offre aussi, une fois par semaine durant l’année scolaire, un programme gratuit d’éducation à l’entreprenariat dont le nombre de places est limité. À la fin de ce programme le meilleur plan d’affaire obtient un prix.

Cependant, toutes les entreprises ne peuvent pas avoir recours aux services du centre. Un exemple: des études de marché sont offertes mais les entrepreneurs sont sélectionnés sur la base de l’étude de leur plan d’affaire. De même pour les nouvelles entreprises qui auront l’opportunité de louer des locaux au sein du centre. MaRS loue une partie de ses locaux à des entreprises «matures», c’est à dire qui ont déjà fait leurs preuves, mais les 18 places disponibles dans l’espace «MaRS incubator» sont destinées à des entreprises sélectionnées par MaRS selon la viabilité et le caractère innovateur de leur projet. Ces dernières ne peuvent être locataires au centre que pour une période maximale de deux ans afin de permettre à d’autres d’avoir cette opportunité.

Innovation et viabilité

«Les entreprises ont accès à des locaux situés dans un endroit stratégique pour un prix inférieur à celui du marché et sont en contact avec d’autres entreprises, ce qui favorise les échanges d’idées et la mise en place de partenariats» explique Linda Quattrin, directrice des communications pour MaRS.

À l’issue de cette période, ces entreprises doivent être assez solides pour pouvoir se développer en dehors du centre.

Le district de la découverte de MaRS travaille non seulement avec les entreprises installées dans ses locaux mais également avec une centaine de clients extérieurs qui, grâce à des intervenants travaillant à mi-temps dans différentes villes de la province, peuvent obtenir de l’aide à certaines étapes du développement de leurs projets.

Parmi les domaines d’activité des entreprises bénéficiant des services du centre, il s’agit à 45% du domaine des technologies de l’information et de la communication, à 25% des sciences de la vie et le reste est divisé entre les technologies de l’énergie et de l’environnement (14%) matériaux et confection de pointe (8%) et agriculture.

Jeunes diplômés

L’entreprise Pointerware, a mis en place une interface informatique simplifiée qui permet l’utilisation d’un ordinateur et de l’Internet pour des personnes âgées. Les deux jeunes créateurs, Stephen Beath et Raul Rupsingh, sont originaire de London, Ontario. Au départ, ces deux jeunes diplômés ont mis au point ce système uniquement pour rendre service à leurs grands parents et ont vite constaté l’intérêt que cela suscitait.

Ils occupent à présent des locaux dans l’enceinte du district de la découverte de MaRS depuis janvier 2009. «Depuis 2008 nous étions des clients de MaRS» explique Raul Rupsingh, «on avait nos locaux à London et on faisait des allers-retours. MaRS nous a fourni de nombreux conseils notamment en ce qui concerne les techniques de commercialisation, la mise en place des contrats, ainsi que des conseils financiers».

Actuellement les deux jeunes entrepreneurs sont entrain de travailler sur la mise en place de contrats, avec plusieurs maisons de retraite. «Ceci nous a permis d’avancer plus vite», ajoute le co-fondateur de l’entreprise.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les meilleures façons de tuer la francophonie ontarienne

Ne pas faire de la place aux jeunes, aux immigrants et aux francophiles est un bon moyen de ne pas intéresser les gens à...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 14h10

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur