TIFF: 40 ans de tapis rouges

Partagez
Tweetez
Envoyez

Nous sommes en été 1975 à Toronto, William Marshall, Henk van der Kolk and Dusty Cohl, trois compères cinéphiles et un peu excentriques, créent un petit festival de cinéma dont le but est d’apporter un peu de culture cinématographique dans «la bonne ville», en réunissant les meilleurs films découverts dans d’autres festivals plus prestigieux autour du monde, avec des projections au Cinesphere de la Place de l’Ontario au tarif de 2$.

Dès 1976, le premier «Festivals des Festivals» attire l’attention, des stars (Henry Winkler, le «Fonzy» de Happy Days, est crédité de la première participation d’une vedette), et prend de plus en plus d’ampleur, affichant chaque année un nombre grandissant de films, de participants et d’anecdotes croustillantes.

Très apprécié des critiques, dont le célèbre Roger Ebert, qui y assistera chaque année jusqu’à son décès en 2013, des professionnels et du public, le petit festival change de nom pour devenir officiellement «Le Festival international du film de Toronto» en 1994.

Piers Handling, l’actuel directeur, en prend la tête, contribuant à le faire nommer «le plus important festival de cinéma du monde après Cannes» par le célèbre magazine professionnel hollywoodien Variety en 1998.

Les années 2000 sont celles de l’expansion exponentielle avec notamment la construction du siège flambant neuf du festival, la prestigieuse TIFF Bell Lightbox, au coin des rues King et John, et des chiffres mirobolants atteignant les 450 000 participants et plus de 400 films projetés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Aujourd’hui, le festival à lui seul est un évènement annuel à ne pas manquer pour les cinéphiles durs et les professionnels, une manne financière générant plus de 250 millions $ de retombées financières pour la ville, et une grande fête célébrant le cinéma, le glamour et la culture pour le public en général.

Disons 400 films

Avec 399 films présentés, des dizaines de séminaires professionnels, d’évènements publics lors d’un festival de rue de quatre jours ainsi que, bien entendu, une foule innombrable de fêtes officielles ou non, données par les compagnies participantes au festival ou surfant dans le sillage de celui-ci, les équipes organisatrices ont décidé de fêter en grande pompe les 40 bougies du TIFF du 10 au 20 septembre prochains.

Vous pourrez acheter les billets encore invendus au Box office du festival (225 Rue King Ouest), ou directement dans les salles à la dernière minute, et assister aux projections dans les lieux habituels de ces dernières années: TIFF Bell Lightbox, Cinéma Scotiabank, Cinéma Hotdocs, Hall Roy Thompson, Théâtre Visa Elgin, Ryerson et Elisabeth Bader…

Bien entendu, les tapis rouges seront déroulés devant certaines salles où auront lieu les grandes premières auxquelles les innombrables stars présentes assisteront, parmi lesquelles on citera:
Demolition, le film d’ouverture du festival, du réalisateur canadien Jean-Marc Vallée, avec Jake Gyllenhaal;
Beeba Boys, de la réalisatrice canadienne Deepa Metha;
Forsaken, de Jon Cassar avec les Sutherlands père et fils;
Legend, de Brian Helgeland, avec Tom Hardy, Hyena Road, de, et avec, Paul Gross;
The Martian, le nouveau Ridley Scott avec Matt Damon;
le dernier opus d’Atom Egoyan, Remember;
Dheepan, de Jacques Audiard;
ou encore Belles Familles du français Jean-Paul Rappeneau.

Village du festival

Vous ne manquerez pas non plus le «village du festival», qui fermera la rue King depuis la rue Peter jusqu’à l’avenue de l’Université du 10 au 13 septembre inclus pour une série d’animations et de spectacles de tous genres incluant magiciens de rue, concerts, jeux, activités artistiques pour tous, restaurants ambulants, et, bien entendu, projections multiples et gratuites!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour les chasseurs de stars, de glamour et d’autographes, il faudra se poster devant les salles de prestige autour des tapis rouges, attendre devant les entrées des grands hôtels du quartier (L’Intercontinental, le Trump Hotel, le Ritz-Carlton, le Hyatt-Regency, le Delta, ou le plus éloigné Four Seasons sont d’excellents candidats), ou patienter devant les clubs et restaurants de King Ouest où se tiendront les nombreuses réceptions mentionnées plus haut.

Soyez attentifs dans les rues, car il est toujours possible de croiser quelques célébrités passant incognito!

Attention toutefois aux opportunistes qui n’hésiteront pas à profiter de la réputation du festival pour essayer de vendre toutes sortes de faux produits dérivés, de billets à prix prohibitifs pour des «soirées exclusives» prétendant la présence de stars internationales ou même de faux billets pour des séances prestigieuses, mais complètes depuis des semaines!

Bon TIFF à toutes et à tous!

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Un nombre record de films francophones au TIFF
Lumière sur l’Ontario au TIFF
Karlo William démoniaque
Guillermo Del Toro nous gâte
Le dernier film de Jean-Marc Vallée ouvrira le 40e TIFF

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur