Théâtre, poésie, slam: même combat

La Salon du livre fait place à l'oralité

Jean-Sébastien Bérubé, bédéiste, slameur
Partagez
Tweetez
Envoyez

«L’année dernière, j’étais au Salon pour dédicacer mon livre. Les gens s’arrêtaient, intrigués par la couverture rouge avec un gros revolver. Quand je leur disais que c’était du théâtre, ils s’en allaient.»

C’est ce qu’a raconté Mishka Lavigne, récompensée la semaine dernière du prix Quebec-Ontario pour sa pièce de théâtre Cinéma, lors de la «Grande soirée littéraire en trois temps trois mouvements» du Salon du livre de Toronto jeudi soir, à laquelle participaient l’autre lauréat de prix Québec-Ontario, Christophe Bernard, un gagnant du prix Trillium de l’Ontario, Jean Boisjoli, et le récipiendaire du prix Chjristine Dumitriu Van Saanen  2017, Claude Guilmain.

Mishka Lavigne a souligné l’importance de récompenser des pièces de théâtre par des prix littéraires. Son oeuvre est la deuxième pièce de théâtre a être récompensée récemment avec AmericanDream.ca de Claude Guilmain.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le chanteur et musicien torontois Kyris a quant à lui tenu à remercier le Salon de «donner sa place à l’oralité.»

Le jeune homme était présent aux côtés de Jean-Sébastien Bérubé, de Marie Beauschene et de Natasha Kanapé Fontaine pour clore la soirée en slamant, après des lectures de poésies par leurs auteurs et auteures Stéphane Despatie, Corinne Chevarier, Lise Gaboury-Diallo et Guy Gauthier.

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur