TFO et l’ONF lancent un concours Roxy et Max s’animent

Inspirer la jeunesse

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les francophones en situation minoritaire qui s’intéressent à l’animation vont être comblés. Deux grandes institutions de la francophonie, l’office national du film et TFO joignent leurs forces pour proposer un concours ouvert aux jeunes de 14 à 21 ans. À travers une mini-série diffusée chaque semaine sur le site de TFO, les participants peuvent découvrir les techniques de l’animation. Chaque jeune inscrit sera verra offert un suivi de son projet par des professionnels.

La télé-série Roxy et Max s’animent met en scène deux comédiens en formation d’animation. Un épisode nouveau est mis en ligne chaque semaine et les internautes découvrent à travers leur parcours les techniques liées à l’animation et aussi, qu’une histoire d’amour naît entre les deux personnages.

«L’ONF a la responsabilité des capsules présentes sur le site internet, leur réalisation, à TFO on a fait le site pour la télé-série», explique Christine Larouche de TFO.

«On veut, à travers cette série, inspirer les jeunes à se lancer dans l’animation. En s’inscrivant, les gens obtiennent l’accès à un logiciel qui leur permet de faire un projet et de le soumettre. Ils ont jusqu’en mars pour s’inscrire.»

Les jeunes vont tout d’abord devoir écrire un scénario, puis des scénarimages, avant de se lancer dans la production de véritables animations. Le site lancé pour l’occasion recèle beaucoup de petits trucs et conseils, qui viennent s’ajouter à ceux que les jeunes peuvent voir dans la série.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le meilleur conseil reste d’apprendre la patience, comme le souligne Samantha Leriche-Gionet qui a réalisé les animations de la télé-série. «Il faut être très patient, au début c’est très long et répétitif, pas toujours beau mais en bout de ligne on a le sentiment de créer quelque chose, c’est ahurissant. Il faut passer cette étape difficile et ne pas se décourager.

Elle-même a dû apprendre à attendre. Formée en animation au Cégep du Vieux Montréal, elle poursuit ses études à Concordia, toujours dans le même domaine, pour développer de nouvelles techniques.

Si elle rêvait de faire ce métier depuis très jeune, elle n’a réalisé que tard que cela pouvait réellement être un métier. Lorsqu’elle rentre au Cégep, elle n’avait simplement «fait que quelques animations de rien du tout», se rappelle-t-elle. «Je partais de zéro, sauf que je savais dessiner».

Les jeunes qui s’inscriront pourront s’inspirer de son histoire, il faut commencer par le début et ne pas sauter d’étapes.

C’est long, mais le jeu en vaut la chandelle semblerait-il!
www1.tfo.org/roxymax/webserie.aspx

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur