Témoignage d’une immigration à Toronto

Rencontre avec la jeune auteure Natacha Hounsou

Natacha Hounsou


8 octobre 2017 à 8h15

Publié en juillet dernier en France, le roman/guide Partir… Et pourquoi pas Toronto au Canada ?, se veut être à la fois un guide pratique, et le récit d’une aventure: une immigration à Toronto.

L’Express a rencontré l’auteure, Natacha Hounsou, dans un café au croisement des rues St.Clair et Yonge, un quartier où la jeune femme a habité et qu’elle affectionne particulièrement.

Pourquoi Toronto? Son arrivée ici s’est faite un peu par hasard. À la fin de ses études, trouvant une «carrière toute tracée» peu attractive, Natacha a opté pour un Permis Vacances Travail (PVT) d’un an. Comme pour de nombreux jeunes adultes en PVT, elle voulait avant tout une ville où elle pourrait améliorer son anglais.

C’est lors des fameuses étapes qu’exige une immigration à Toronto que la jeune femme a constaté que, si beaucoup d’informations et de conseils étaient disponibles sur Internet, il n’existait pas un seul médium rassemblant les conseils pratiques principaux.

Sept ans après son installation, alors que le nombre de francophones en PVT à Toronto explose, elle publie son livre, un condensé des conseils nécessaires qu’elle adresse à tous les francophones tentés par l’aventure canadienne.

«Survivre»

À son arrivée à Toronto, il a fallu survivre. Beaucoup de démarches administratives, les défis de la langue et de l’emploi… «Ce serait mentir de dire que tout a été rose», reconnaît la jeune femme.

Pourtant, elle s’est vite sentie bien, accueillie par une communauté francophone active, avec qui aujourd’hui encore elle garde des liens.

Natacha dédie la première partie de son livre, intitulée «Partir à l’aventure», à un récit fictif inspiré de son expérience personnelle, mais aussi des expériences de certaines de ses connaissances.

L’histoire, c’est celle de Victoria la narratrice, une jeune Française dont on suit l’aventure, de Paris à Toronto. Ses galères, ses découvertes, son installation… Le récit est teinté d’humour, et quand il ne fait pas sourire, il donne des frissons.

Y sont glissées quelques astuces, dans des échanges de courriels par exemple, mais l’auteure ne parle pas seulement de l’immigration de Victoria à Toronto, elle y parle aussi de sujets pouvant paraître plus légers – en réalité plus complexes – comme l’amour et l’amitié.

L’immigration, un voyage?

Natacha Hounsou se dit passionnée de voyages. Dans son immigration, elle en retrouve les codes: une langue étrangère, la découverte de nouvelles cultures, un climat nouveau, des rencontres humaines…

Mais plus que de découvrir, il faut s’adapter. Cette adaptation est facilitée par l’accueil réservé aux étrangers à Toronto, mais aussi par le fait que 50% de la population torontoise est immigrée.

La deuxième partie de Partir… s’intitule «Clés et astuces». L’auteur y a réuni des documents qu’elle considère comme indispensables en vue d’une immigration à Toronto. Tableaux et graphiques, cette série d’annexes appuie et illustre le récit de Victoria.

Quid de la culture torontoise?

«Chaque culture a le droit à sa représentation ici». Natacha Hounsou remarque la culture canadienne en ce qu’elle est différente de la culture française qu’elle connaît: «il y a un sens de l’ironie différent ici».

Mais ce qu’elle aime à Toronto, c’est le dynamisme de la ville. «C’est une ville jeune, qui convient autant à une personne seule qu’en couple, avec des amis ou en famille».

Selon Natacha, qui enseigne aujourd’hui le français à la Toronto French School, l’aventure du PVT est facilitée par beaucoup d’opportunités d’emplois et par l’importance du bilinguisme, un bon point pour les francophones.

«Tout est possible ici»

Natacha le dit sans concession, partir a été la meilleure décision qu’elle ait prise. Elle vit au présent, et ne se ferme aucune porte quant à l’avenir.

Son conseil numéro 1 à quelqu’un qui est tenté par l’expérience? Oser partir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur