Témoignage d’une immigration à Toronto

Rencontre avec la jeune auteure Natacha Hounsou

Natacha Hounsou


8 octobre 2017 à 8h15

Publié en juillet dernier en France, le roman/guide Partir… Et pourquoi pas Toronto au Canada ?, se veut être à la fois un guide pratique, et le récit d’une aventure: une immigration à Toronto.

L’Express a rencontré l’auteure, Natacha Hounsou, dans un café au croisement des rues St.Clair et Yonge, un quartier où la jeune femme a habité et qu’elle affectionne particulièrement.

Pourquoi Toronto? Son arrivée ici s’est faite un peu par hasard. À la fin de ses études, trouvant une «carrière toute tracée» peu attractive, Natacha a opté pour un Permis Vacances Travail (PVT) d’un an. Comme pour de nombreux jeunes adultes en PVT, elle voulait avant tout une ville où elle pourrait améliorer son anglais.

C’est lors des fameuses étapes qu’exige une immigration à Toronto que la jeune femme a constaté que, si beaucoup d’informations et de conseils étaient disponibles sur Internet, il n’existait pas un seul médium rassemblant les conseils pratiques principaux.

Sept ans après son installation, alors que le nombre de francophones en PVT à Toronto explose, elle publie son livre, un condensé des conseils nécessaires qu’elle adresse à tous les francophones tentés par l’aventure canadienne.

«Survivre»

À son arrivée à Toronto, il a fallu survivre. Beaucoup de démarches administratives, les défis de la langue et de l’emploi… «Ce serait mentir de dire que tout a été rose», reconnaît la jeune femme.

Pourtant, elle s’est vite sentie bien, accueillie par une communauté francophone active, avec qui aujourd’hui encore elle garde des liens.

Natacha dédie la première partie de son livre, intitulée «Partir à l’aventure», à un récit fictif inspiré de son expérience personnelle, mais aussi des expériences de certaines de ses connaissances.

L’histoire, c’est celle de Victoria la narratrice, une jeune Française dont on suit l’aventure, de Paris à Toronto. Ses galères, ses découvertes, son installation… Le récit est teinté d’humour, et quand il ne fait pas sourire, il donne des frissons.

Y sont glissées quelques astuces, dans des échanges de courriels par exemple, mais l’auteure ne parle pas seulement de l’immigration de Victoria à Toronto, elle y parle aussi de sujets pouvant paraître plus légers – en réalité plus complexes – comme l’amour et l’amitié.

L’immigration, un voyage?

Natacha Hounsou se dit passionnée de voyages. Dans son immigration, elle en retrouve les codes: une langue étrangère, la découverte de nouvelles cultures, un climat nouveau, des rencontres humaines…

Mais plus que de découvrir, il faut s’adapter. Cette adaptation est facilitée par l’accueil réservé aux étrangers à Toronto, mais aussi par le fait que 50% de la population torontoise est immigrée.

La deuxième partie de Partir… s’intitule «Clés et astuces». L’auteur y a réuni des documents qu’elle considère comme indispensables en vue d’une immigration à Toronto. Tableaux et graphiques, cette série d’annexes appuie et illustre le récit de Victoria.

Quid de la culture torontoise?

«Chaque culture a le droit à sa représentation ici». Natacha Hounsou remarque la culture canadienne en ce qu’elle est différente de la culture française qu’elle connaît: «il y a un sens de l’ironie différent ici».

Mais ce qu’elle aime à Toronto, c’est le dynamisme de la ville. «C’est une ville jeune, qui convient autant à une personne seule qu’en couple, avec des amis ou en famille».

Selon Natacha, qui enseigne aujourd’hui le français à la Toronto French School, l’aventure du PVT est facilitée par beaucoup d’opportunités d’emplois et par l’importance du bilinguisme, un bon point pour les francophones.

«Tout est possible ici»

Natacha le dit sans concession, partir a été la meilleure décision qu’elle ait prise. Elle vit au présent, et ne se ferme aucune porte quant à l’avenir.

Son conseil numéro 1 à quelqu’un qui est tenté par l’expérience? Oser partir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Prix Jeanne Sabourin à Claude Guilmain

Prix Jeanne Sabourin
9e Gala Reconnaissance de Théâtre Action
En lire plus...

18 juin 2018 à 15h59

Accueil «par et pour» les francophones à l’aéroport Pearson

Une initiative à répéter dans d’autres aéroports au pays
En lire plus...

18 juin 2018 à 14h59

Marche gastronomique dans Chinatown

Dix plats dans six restos en deux heures et demie
En lire plus...

18 juin 2018 à 10h00

Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite. En Europe, dans le passé,...
En lire plus...

17 juin 2018 à 11h00

Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ». Est-ce une...
En lire plus...

17 juin 2018 à 9h00

Quiz : Le lundi de la matraque

quiz
Ça brassait au Québec dans les années 60-70: le Lundi de la matraque en est un épisode mémorable.
En lire plus...

17 juin 2018 à 7h00

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

High Park, un espace de verdure au cœur de la ville

High Park
Visites Express
En lire plus...

15 juin 2018 à 17h00

Un pavillon des saveurs francophones à la FrancoFEST de Hamilton

FrancoFEST Hamilton
Le Couleur, Céleste Lévis, Jacobus, Claude Bégin, Jamie Adkins...
En lire plus...

15 juin 2018 à 15h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur