Témoignage d’une immigration à Toronto

Rencontre avec la jeune auteure Natacha Hounsou

Natacha Hounsou

Natacha Hounsou


8 octobre 2017 à 8h15

Publié en juillet dernier en France, le roman/guide Partir… Et pourquoi pas Toronto au Canada ?, se veut être à la fois un guide pratique, et le récit d’une aventure: une immigration à Toronto.

L’Express a rencontré l’auteure, Natacha Hounsou, dans un café au croisement des rues St.Clair et Yonge, un quartier où la jeune femme a habité et qu’elle affectionne particulièrement.

Pourquoi Toronto? Son arrivée ici s’est faite un peu par hasard. À la fin de ses études, trouvant une «carrière toute tracée» peu attractive, Natacha a opté pour un Permis Vacances Travail (PVT) d’un an. Comme pour de nombreux jeunes adultes en PVT, elle voulait avant tout une ville où elle pourrait améliorer son anglais.

C’est lors des fameuses étapes qu’exige une immigration à Toronto que la jeune femme a constaté que, si beaucoup d’informations et de conseils étaient disponibles sur Internet, il n’existait pas un seul médium rassemblant les conseils pratiques principaux.

Sept ans après son installation, alors que le nombre de francophones en PVT à Toronto explose, elle publie son livre, un condensé des conseils nécessaires qu’elle adresse à tous les francophones tentés par l’aventure canadienne.

«Survivre»

À son arrivée à Toronto, il a fallu survivre. Beaucoup de démarches administratives, les défis de la langue et de l’emploi… «Ce serait mentir de dire que tout a été rose», reconnaît la jeune femme.

Pourtant, elle s’est vite sentie bien, accueillie par une communauté francophone active, avec qui aujourd’hui encore elle garde des liens.

Natacha dédie la première partie de son livre, intitulée «Partir à l’aventure», à un récit fictif inspiré de son expérience personnelle, mais aussi des expériences de certaines de ses connaissances.

L’histoire, c’est celle de Victoria la narratrice, une jeune Française dont on suit l’aventure, de Paris à Toronto. Ses galères, ses découvertes, son installation… Le récit est teinté d’humour, et quand il ne fait pas sourire, il donne des frissons.

Y sont glissées quelques astuces, dans des échanges de courriels par exemple, mais l’auteure ne parle pas seulement de l’immigration de Victoria à Toronto, elle y parle aussi de sujets pouvant paraître plus légers – en réalité plus complexes – comme l’amour et l’amitié.

L’immigration, un voyage?

Natacha Hounsou se dit passionnée de voyages. Dans son immigration, elle en retrouve les codes: une langue étrangère, la découverte de nouvelles cultures, un climat nouveau, des rencontres humaines…

Mais plus que de découvrir, il faut s’adapter. Cette adaptation est facilitée par l’accueil réservé aux étrangers à Toronto, mais aussi par le fait que 50% de la population torontoise est immigrée.

La deuxième partie de Partir… s’intitule «Clés et astuces». L’auteur y a réuni des documents qu’elle considère comme indispensables en vue d’une immigration à Toronto. Tableaux et graphiques, cette série d’annexes appuie et illustre le récit de Victoria.

Quid de la culture torontoise?

«Chaque culture a le droit à sa représentation ici». Natacha Hounsou remarque la culture canadienne en ce qu’elle est différente de la culture française qu’elle connaît: «il y a un sens de l’ironie différent ici».

Mais ce qu’elle aime à Toronto, c’est le dynamisme de la ville. «C’est une ville jeune, qui convient autant à une personne seule qu’en couple, avec des amis ou en famille».

Selon Natacha, qui enseigne aujourd’hui le français à la Toronto French School, l’aventure du PVT est facilitée par beaucoup d’opportunités d’emplois et par l’importance du bilinguisme, un bon point pour les francophones.

«Tout est possible ici»

Natacha le dit sans concession, partir a été la meilleure décision qu’elle ait prise. Elle vit au présent, et ne se ferme aucune porte quant à l’avenir.

Son conseil numéro 1 à quelqu’un qui est tenté par l’expérience? Oser partir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Charismatiques mais en voie de disparition

Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar. (Photo: Pixabay)
Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar
En lire plus...

9 décembre 2017 à 10h00

L’évolution continue en ville

Pinson de Phoenix, Haemorhous mexicanus. (Photo: Daderot — Wikimedia Commons)
De nouvelles espèces urbaines
En lire plus...

9 décembre 2017 à 8h30

Les premiers Russes en Alaska

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)
Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand
En lire plus...

9 décembre 2017 à 7h00

Des lumières d’hiver et une patinoire à la Place de l’Ontario

La patinoire synthétique de la Place de l'Ontario. (Photo: ministère du Tourisme)
Un feu de camp les fins de semaine
En lire plus...

8 décembre 2017 à 14h00

Raymond Théberge clarifie sa position et obtiendra la nomination

Raymond Théberge. (Photo: L'Acadie Nouvelle)
Le prochain commissaire aux langues officielles a clarifié sa position sur le bilinguisme à la Cour suprême, mais son ambivalence initiale a fait tiquer...
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h44

Engouement pour Montessori à London

La pédagogie Montessori mise beaucoup sur l'expérience sensorielle, le travail manuel et l'esthétique.
L'enseignement alternatif se porte bien en Ontario
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h30

Des algues pour nettoyer l’eau des fermes à crevettes

Micro-algae-growing-in-the-lab-web-2583d4f397199d3d844bf90e8eb8caa72cf74eaf
Et traiter d'autres eaux industrielles?
En lire plus...

8 décembre 2017 à 11h00

150 ans, 150 nouvelles, 150 mots

Collectif sous la direction de Charles Leblanc, Bref, nouvelles, Saint-Boniface, Éditions du Blé, 2017, 122 pages, 19,95 $.
Lancement à la Librairie Mosaïque de Toronto
En lire plus...

8 décembre 2017 à 10h00

Le tiers des radios communautaires en péril

Un jeune bénévole de la radio CKRP, fondée en 1996 par l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. (Photo: CKRP)
Les médias francos n’ont reçu aucune indication leur permettant de compter sur le prochain Plan d’action fédéral.
En lire plus...

8 décembre 2017 à 9h00

La concentration continue de se développer jusqu’à 25 ans

La capacité à se concentrer ne serait pas encore pleinement développée chez les ados. (Photo: Mike Poresky - Flickr)
Cela expliquerait le déficit d'attention chez bien des ados
En lire plus...

8 décembre 2017 à 7h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur