Surprises de la dégustation

fermentations (7 sur 10)

5 septembre 2018 à 11h03

Nous sommes un petit groupe de privilégiés invités par le monopole, un mois avant les livraisons Vintages, pour déguster les vins. Ainsi, selon les tombées, chaque chroniqueur sur le vin a une occasion de rejoindre ses lecteurs.

Les bouteilles sont ouvertes à neuf heures par les premiers arrivants; à quinze heures, c’est fini. L’échantillonnage compte en moyenne un peu plus de 90 vins.

Ce n’est pas de la rigolade! La tâche est ardue puisque l’alcool, l’acidité ou les tanins ne font pas toujours dans la symbiose. Techniquement bien faits, toutefois sans vice ni vertu, il n’en demeure pas moins que nous devons embrasser plusieurs grenouilles avant de trouver la princesse.

Variantes entre 10h et 14h

Au cours des six heures suivant l’ouverture de la bouteille, celle-ci sera manipulée 17 fois. Chaque personne versant 50 mm, pour sûr que l’impact de l’oxygène influera dans le temps.

Le vin dégusté à 10 heures et à 14 heures démontrera des variantes dues à l’aération, sans compter que la température des vins blancs atteint rapidement celle de la salle de dégustation.

Quantités aléatoires

Avant de recommander un vin, je vérifie toujours que les quantités disponibles à travers la province, mais surtout autour de Toronto, sont importantes.

Ainsi, la semaine dernière, j’allais recommander un vin rouge, un Minervois, un vin du Sud de la France. Sauf que les quantités allouées étaient déraisonnables avec une dizaine de magasins offrant moins de deux caisses du produit en question, alors qu’un autre magasin situé à Oakville détenait plus de 800 bouteilles (je vous épargne les détails).

Le temps de respirer

J’ai acheté quelques bouteilles à ce magasin et j’ai ouvert une bouteille pour le dîner.

Le vin était différent. Recroquevillé sur lui-même, peu bavard, sans grand éclat et plutôt quelconque, le vin différait de celui dégusté un mois auparavant. Je me rappelais alors que, lors de mes études, les professeurs insistaient sur la qualité de l’échantillon et la représentativité du lot. Que s’est-il passé ?

Je me suis souvenu que j’avais amorcé ma dégustation en fin de matinée. Le vin avait eu le temps de respirer pendant presque trois heures. À la maison, je goûtais le vin à l’instant même que j’ouvrais la bouteille. J’ai donc laissé le vin de côté, j’ai ouvert un autre vin et j’y suis revenu plus tard en soirée.

Alors là, bravo. Ouf ! J’ai reconnu le vin que j’ai aimé.

Dégustations marathons

Ceci explique en partie les différences entre les commentaires et les évaluations de dégustateurs aguerris.

Je pense ici à un collègue qui est la plupart du temps le premier arrivé et qui, à 10h30, rejoint le boulot au journal. Il est évident que, pour certains vins, ses commentaires de dégustation différeraient s’il avait l’occasion de déguster en après-midi.

Que faut-il alors penser des dégustations marathons, des salons des vins, des multiples guides d’achat de vins ou pire encore, ces dégustations dites «primeurs» alors que les vins goûtés sont des échantillons prélevés de la barrique en prime jeunesse du vin.

J’ai préparé des échantillons du Château Rauzan-Ségla 1995 pour les dégustations des primeurs du printemps. Semaine après semaine, je prélevais du vin des fûts qui se présentaient le mieux. Toutefois, rarement les mêmes tant elles sont nombreuses.

Échantillons de la cuve

Au Canada, en général, si l’échantillon d’un vin importé est prélevé parmi les bouteilles en magasins, celui-ci est fiable. Toutefois, le dégustateur professionnel se méfiera des échantillons prélevés de la cuve ou du fût dans les vignobles locaux comme ici en Ontario, en France ou ailleurs dans le monde.

Sans en faire une psychose, l’assurance que l’échantillon dégusté représente exactement le lot produit ou l’ensemble de la production demeure la priorité du dégustateur. Idem pour les mises récentes en bouteille alors que le vin est bousculé.

Ce choc de mise, connu dans l’industrie, demande environ trois mois pour se résorber. Cette situation est plus fréquente qu’on le pense.

Cuvées différentes

Il y a une vingtaine d’années, la presse spécialisée est conviée à un déjeuner à l’Hôtel Vogue, à Montréal, en compagnie d’un vigneron. Trois jours précédant la rencontre, chacun reçoit un échantillon du nouveau millésime.

Au cours de la dégustation, je signale à mon voisin que l’échantillon dégusté la veille n’est pas le même vin. Nous partageons ensuite nos présomptions avec l’agent promotionnel. Les bouteilles de la cuvée Réserve apportées par le producteur et servies pendant le repas n’avaient rien à voir avec la cuvée Tradition pour laquelle nous étions invités.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur