Sucre et obésité intimement liés

Partagez
Tweetez
Envoyez

Sommes-nous assis sur une bombe à retardement? C’est ce que cherche à mettre en évidence le film Sugar Coated, présenté récemment au festival Hot Docs à Toronto.

La consommation excessive de sucre entraîne des maladies cardiaques et du foie, de l’hypertension, du diabète. Comme le souligne le pédiatre Robert Lusting dans le documentaire, «26% de l’obésité en Amérique est entièrement due au sucre. Quand est-ce que ce sera assez pour agir? Ce n’est pas un choix, mais une réelle nécessité.»

Pendant que la consommation de viande a chuté ces 30 dernières années, celle du sucre a augmenté de 46%. Le sucre est partout, à la maison, au travail. Que s’est-il passé pour que tout le monde, partout, soit touché par ce fléau?

Le coût est évidemment un des facteurs. «Les gens ne savent plus vraiment ce qu’ils mangent, il y a tellement de mots pour le sucre. La jeune génération ne se nourrit que de sodas, de frites, de fast food, le gras, le salé et le sucré n’appartiennent plus du tout à l’occasionnel», explique la réalisatrice Michèle Hozer.

Comparée à l’alcool ou à la cigarette, l’industrie peut continuer de promouvoir les aliments à haute teneur en sucre malgré les recherches qui attestent des effets néfastes pour la santé. Pendant 40 ans, «Big Sugar» a su détourner toutes les menaces qui planaient sur le sucre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pas seulement le poids

Michèle Hozer fait partie de ces femmes qui entreprennent de multiples régimes. «Ce n’est pas qu’une question de poids, il s’agit aussi de santé. On peut avoir un poids normal, mais développer des maladies à cause du sucre.»

«L’alimentation de ma famille est très importante pour moi. Malheureusement, il y a un lien direct entre le sucre et certaines maladies, je pense que notre corps n’est pas fait pour ingurgiter autant de sucre.»

«Il y a vraiment une histoire à raconter. En faisant ce documentaire, j’ai retrouvé des recherches qui datent des années 70, et ils pourraient tout à fait avoir été produits aujourd’hui.»

«Le sucre est comme un poison toxique qui revient à la charge», s’inquiète la réalisatrice. «Avec 600 millions d’obèses et de gros dans le monde, 347 millions sont atteints de diabète, certaines de ces personnes sont des enfants de 13 ou 14 ans. À partir du moment où les enfants sont touchés, je pense qu’il faut vraiment faire quelque chose.»

6 à 12 cuillères par jour

D’après elle, le gouvernement doit dire combien de sucre par jour est bon pour la santé. Cela donnerait une limite et éviterait les excès. Cela existe pour le sel et la graisse, fait-elle valoir, pourquoi pas pour le sucre?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Les gens changeraient leur alimentation, les compagnies alimentaires feraient plus attention. Chacun y mettrait du sien pour que les choses changent. Tout est question de modération, pour revenir aux 6 à 12 cuillères de sucre par jour, quand on atteint actuellement les 20 cuillères en Amérique et même les 40 chez les adolescents.»

Il n’est pas question d’éliminer le sucre, dit-elle; il fera toujours partie de notre société. Mais il s’agit de ne pas en abuser.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur