Sophie La Rosière, artiste inconnue… ou fictive?

Étrange exposition à l’Université York

Une scène de l'installation «The Sophie La Rosière Project» à l'AGYU.

Une scène de l'installation «The Sophie La Rosière Project» à l'AGYU.


3 novembre 2016 à 13h11

C’est dans le dédale des bâtiments modernes tous semblables de l’Université York qu’on trouve l’exposition d’Iris Häussler, The Sophie La Rosière Project, inspirée d’une artiste-peintre française inconnue de la fin du 19e siècle.

Cette galerie (AGYU), cachée sur ce campus universitaire loin du centre-ville, était-elle le meilleur endroit pour une telle exposition? Peut-être, s’il s’agissait de mettre le visiteur dans le bon état d’esprit pour apprécier l’expérience. Car il s’agit d’une expérience.

En entrant dans le premier espace d’exposition, une chronologie donne quelques dates clés sur Sophie La Rosière, dont on dit qu’elle est morte en 1948 à l’âge de 81 ans. Du moins c’est ce que l’exposition prétend, mais il faut comprendre que cette artiste française a été inventée et intériorisée par Iris Häussler, une artiste torontoise d’origine allemande, sculptrice devenue peintre.

Un étrange film montre une progression dans un bâtiment d’archives, entre livres, cartons et paquets, zones d’ombres et poussière. Et on commence à comprendre que l’on est invité à une quête, une sorte de jeu de piste, à travers le temps, la géographie, le réel et la fiction.

    Iris Häussler dans son studio du Projet Sophie La Rosière à la AGYU. (Photo: courtoisie de Nick Kozak)
Iris Häussler dans son studio du Projet Sophie La Rosière à la AGYU. (Photo: courtoisie de Nick Kozak)

Un couloir nous emmène regarder un objet exposé dans une vitrine, empaqueté, comme pour signifier qu’il faudra chercher derrière les apparences, et qu’on laisse le visiteur imaginer lui-même le contenu du paquet.

De l’autre côté du couloir, à travers des carreaux fendus et empoussiérés, on distingue vaguement un atelier et un salon, comme si l’on était incité à en espionner les habitants. Une porte ouverte nous invite à entrer dans l’intimité de ce logement.

C’est alors une plongée hypnotisante dans une autre époque, un autre milieu, dans un lieu de vie comme à l’instant abandonné par ses habitant(e)s. Le décor est précis, cohérent, évocateur, réel. Même l’odeur des lieux nous transporte.

On découvre la vie des artistes de la Belle Époque sous un jour très différent des clichés habituels. Là, c’est concret, brut, humain, touchant. On peut perdre toute notion du temps si on se prête à l’expérience, si l’on s’attache aux détails de cet appartement qui est comme une machine à voyager dans le temps.

Par touches évocatrices le visiteur est amené à recomposer une histoire, et à y mêler ses propres réflexions.

Les salles suivantes permettent de prolonger la rêverie d’une façon astucieuse et contrastée, d’abord bien rangée comme dans un musée, puis d’une façon plus intuitive, par associations d’idées.

Iris Häussler semble littéralement hantée par le personnage de Sophie La Rosière, retrouvant son histoire dans chaque objet d’époque ou dans des situations similaires. Dans cette exposition, elle parvient avec brio à offrir au visiteur une expérience à la fois semblable, et pourtant personnelle.

Pour ceux qui seront séduits et qui voudront en savoir davantage sur le personnage de Sophie La Rosière, une suite est organisée simultanément à la galerie Scrap Metal:  des peintures «redécouvertes» de Sophie la Rosière, ainsi que des videos d’interventions de spécialistes (scientifiques, psychanalystes, historiens) qui commentent le cas Sophie la Rosière et jouent le jeu de son existence. 


Projet Sophie La Rosière, développé par l’artiste Iris Häussler en collaboration avec Catherine Sicot (Elegoa Cultural Productions): Partie 1, présentée jusqu’au 11 décembre par Philipp Monk à l’AGYU (116 édifice Accolade East sur le campus); Partie 2, présentée jusqu’au 17 décembre par Rui Mateus Amaral à la galerie Scrap Metal, (11 rue Dublin, unité E, dans le quartier Brockton). 

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur