Slimane Zeghidour n’a vécu que dans la guerre

Reporter de guerre et rédacteur en chef à TV5 Monde

reporter de guerre

C'est grâce aux reporters de guerre que les dictateurs peuvent plus difficilement mentir et se cacher.


6 novembre 2018 à 15h30

«Je n’ai vécu que dans la guerre». Cette phrase résume la vie d’un homme qui n’a cessé d’évoluer dans l’univers des conflits: Slimane Zeghidour, grand reporter de guerre et rédacteur en chef à TV5 Monde, de passage lundi soir à l’Alliance française de Toronto.

La guerre pendant son enfance, passée dans un camp de regroupement contrôlé par l’armée française, ou pendant sa carrière de reporter sur le terrain.

Né en Kabylie en 1953, ce journaliste et écrivain a grandi dans un camp de regroupement, en pleine guerre d’Algérie. En 1974, il pose ses valises à Paris et commence sa carrière en tant qu’illustrateur.

Il deviendra ensuite reporter de guerre pendant 25 ans pour Le Monde, Le Nouvel Observateur, Géo ou encore El Pais, publiant régulièrement des ouvrages inspirés de son expérience des conflits mondiaux.

reporter de guerre
Le reporter Slimane Zeghidour avec la directrice culturelle de l’AFT Laetitia Delemarre.

La guerre, une horreur

«La guerre est une horreur inutile, mais sans elle, je n’aurais certainement pas connu l’école», explique-t-il. La même institution qui organisait son enfermement lui permettait aussi d’accéder à l’éducation, la médecine, le progrès.

Son attrait pour le voyage, il l’a cultivé dès l’adolescence auprès d’intellectuels réfugiés argentins et brésiliens qu’il côtoyait lors d’un stage de dessinateur en Algérie.

Pendant toutes ces années sur le terrain, Slimane Zeghidour s’est intéressé à quinze conflits en Amérique du Sud, à de nombreuses guerres civiles ainsi qu’à plusieurs différends au Moyen-Orient, en Afrique ou encore en Asie centrale.

En 2000, il décide d’arrêter le terrain après une scène qui le marquera à vie devant un barrage militaire en Israël: en faisant connaissance avec le soldat qui le menaçait de son arme, il a réalisé qu’il avait aussi peur que lui.

reporter de guerre
Slimane Zeghidour, reporter de guerre et rédacteur en chef à TV5 Monde.

Le métier a changé

Aussi étrange que cela puisse paraître, Slimane Zeghidour découvre à peine le Canada. Et ce, dans le cadre de cette tournée de conférences dans les Alliances françaises.

Depuis ses débuts en tant que journaliste, dit-il, la nature des conflits et la manière d’exercer ce métier ont changé. Les fronts sont devenus de plus en plus urbains et fluctuants, la production journalistique est désormais concurrencée par l’immédiateté d’internet et des réseaux sociaux.

Dans les années 1990, les protagonistes percevaient le champ médiatique comme un champ de bataille, lui octroyait une grande importance. Aujourd’hui, les reporters sont confrontés à une violence accrue et se transforment parfois en boucs émissaires très rentables pour les ravisseurs.

Sans oublier que, désormais, les pays développés mettent en place un «plan média». Des communicants présentent la guerre sous un angle technique: «missile intelligent», «frappes chirurgicales», etc.

Journalisme plus que nécessaire

«La présence du journaliste, du témoin, reste fondamentale pour l’humanisation des rapports entre les gens. C’est une nécessité indispensable pour comprendre», nuance tout de même Slimane Zeghidour.

La relation entre la presse et la guerre est déterminante. Les médias permettent de montrer l’horreur de la guerre, de renforcer le droit (de la guerre, humanitaire, international), et de concerner l’opinion publique.

Face à la désinformation de plus en plus présente sur la toile, le métier de journaliste «restera une nécessité pour filtrer et authentifier les images recueillies», soutient-il fermement.

reporter de guerre
Slimane Zeghidour

Acteur d’un conflit

S’il fallait répondre au thème de la conférence – Reporter de guerre: témoin ou acteur? – Slimane Zeghidour pencherait pour ce second rôle. «Le journaliste est acteur dans un conflit: ses images ont un impact sur l’opinion publique et ainsi une probable incidence sur le conflit.»

La qualité première pour un reporter est son honnêteté, quitte à utiliser le conditionnel lorsqu’il n’est pas certain.

Sur le terrain, il faut en permanence prendre garde à ne favoriser aucun des protagonistes. «J’avais l’habitude de prendre ma chambre d’hôtel côté israélien lorsque je passais ma journée à travailler en territoires palestiniens», précise-t-il avec humour.

Aujourd’hui, grâce à la presse, «les dictateurs sont honteux de torturer, ils doivent mentir car ils ont peur de la lumière», conclut ce grand journaliste.

reporter de guerre
Slimane Zeghidour lors de sa conférence à l’Alliance française de Toronto.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Un vent du Nord nous atteint

contes et légendes Finlande
Un vent d'hiver nous arrive tout droit de Finlande, avec des Légendes des pays du Nord, un superbe ouvrage artistique publié à l'occasion...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 11h00

L’étau sociolinguistique de la Conquête

roman
L’homme au regard de lion, le tout dernier roman du prolifique Pierre Chatillon, couvre une demi-douzaine d’années dans la vie de son héros Yvon...
En lire plus...

13 janvier 2019 à 9h00

Quiz: Janvier

janvier - 13 janvier
Le mois de janvier est nommé en l’honneur du dieu romain... et d'autres curiosités sur le premier mois de l'année.
En lire plus...

13 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur