Sixième enquête de Roméo Dubuc

Le pire vampire, nouveau polar de Claude Forand

Claude Forand, Le pire vampire, roman, Ottawa, Éditions David, coll. 14/18, 2019, 216 pages, 14,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le détective Roméo Dubuc, son collègue Lucien Langlois et la journaliste Manon Pouliot sont de retour dans Le pire vampire, nouveau polar de Claude Forand. On y apprend que le vampirisme se loge à diverses enseignes; il peut être social, classique ou clinique.

L’action du roman nous ramène dans la tranquille bourgade de Chesterville, en Estrie. En pleine nuit, au vieux cimetière des Anglais, une fille de 17 ans est retrouvée morte, dans sa robe blanche, avec une morsure à la gorge. On dirait qu’elle a été vidée de son sang… par un coyote ou un renard par exemple.

Récit saccadé et percutant

Claude Forand excelle dans l’art des rebondissements qui rendent son récit plus saccadé, plus percutant. Ainsi, quand un prof à l’École secondaire La Sapinière crée la Société de Dracula pour explorer l’histoire gothique, voire le vampirisme social, et qu’il exclut un étudiant underground à la recherche d’émotions plus fortes, il ne sait pas qu’il vient de signer son arrêt de mort.

Si, pour un ami de la jeune victime, «jouer au vampire était comme mettre un costume d’Halloween, juste pour le fun», il y a d’autres jeunes pour qui les habits gothiques sont un prélude à des gestes sanguinaires.

Sans compter qu’un personnage croit dur comme fer à la «Nuit du Sang», un rituel barbare connu depuis le Moyen Âge et célébré par un acte criminel. Dubuc va-t-il devoir enquêter sur une troisième mort…?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La réincarnation du vampire Verango

Pour ajouter du piquant à son polar, Claude Forand met en scène un jeune marginal fier et hautain qui prétend être la réincarnation du grand vampire sanguinaire Verango, un prince héritier de Hongrie mort il y a 117 ans.

L’auteur ne joue pas à Donjons et Dragons, il fait reposer son intrigue sur des recherches sociologiques, psychologiques et scientifiques. N’empêche qu’un vampire pur et dur pourrait peut-être contester un certain dire ou un certain agir dans ce roman.

Roméo Dubuc

Le personnage de Roméo Dubuc apparaît dans Le cri du chat (1999), le tout premier roman de Claude Forand. Il devient rapidement un personnage clé de son œuvre.

Déjà popularisé par Ainsi parle le Saigneur (2006), il réapparaît dans Un moine trop bavard (2011), puis dans Un député décapité (2014), Cadavres à la sauce chinoise (2016) et maintenant Le pire vampire (2019).

Je parie ma dernière chemise qu’une prochaine enquête Dubuc fourmille déjà dans la tête de mon collègue et ami Claude.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur