S’initier à l’art de l’Arctique

Partagez
Tweetez
Envoyez

Bien que l’art inuit n’ait jamais fait vibrer une corde sensible chez moi, je me suis présenté au Musée national des beaux-arts du Québec pour voir les expositions L’art de la miniature et Interrelations. Bonne décision: l’une et l’autre m’ont artistiquement initié à un art qui unit l’homme et la nature dans l’Arctique.

En 2005, le Musée national des beaux-arts du Québec a fait l’acquisition de la collection d’art inuit de Raymond Brousseau. Elle comprend 2 635 pièces, dont une infime partie est mise en valeur dans ces deux expositions.

L’art de la miniature place les œuvres d’art à hauteur d’enfant. À travers trois thèmes captivants – Le peuple inuit, Les animaux du Nord et Le jeu –, jeunes et moins jeunes peuvent apprécier la richesse d’une culture séculaire. On y découvre rapidement le lien profond qui a toujours uni les Inuits à la nature et à leur univers spirituel.

L’exposition repose sur une approche ludique qui nous permet de tomber sous le charme des chants de gorge inuits, de construire un inukshuk ou encore de découvrir des jeux pratiqués depuis la nuit des temps par ce peuple du Nord: dominos, ficelles et bilboquets.

Dans la langue inuktitut, le mot «Inuit» signifie «humain» ou «personne». De génération en génération, les Inuits ont sculpté de toutes petites pièces non seulement dans la pierre, mais aussi dans d’autres matériaux comme l’os ou l’ivoire de morse. Ils pouvaient aisément transporter ces pièces d’un campement à l’autre et s’en servir comme talismans, amulettes ou jeux éducatifs.

Au fil des ans, les sculptures de gris-gris sont devenues monnaie d’échange, puis symboles culturels/naturels. Aujourd’hui, ce ne sont plus de simples répliques à petite échelle, mais bien des œuvres à part entière, qui témoignent d’un mode de vie traditionnel au sein du monde moderne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Interrelations

L’exposition Interrelations présente 22 pièces de la collection Raymond Brousseau dans la rotonde du pavillon Gérard-Morisset. Provenant de toutes les régions du Nunavut et du Nunavik, elles illustrent les relations étroites qui, depuis des milliers d’années, unissent l’homme et la nature dans l’Arctique.

Pour bien apprécier les œuvres en montre, il faut savoir que les artistes inuits ont toujours eu une connaissance intime du territoire et un respect des animaux de la mer, du ciel et de la toundra nordiques. Cette connaissance et ce respect leur ont permis de capter l’esprit des animaux dans la pierre, l’ivoire, l’os de baleine, le crâne de morse et le bois de caribou.

La baleine, le phoque, le caribou et d’autres espèces sauvages ont nourri les Inuits depuis des millénaires. Ces animaux leur ont aussi fourni l’huile pour leurs lampes et les peaux pour leurs vêtements imperméables au froid et à l’eau. L’Arctique s’est évidemment modernisé, mais les Inuits s’appuient encore sur les savoirs traditionnels, transmis au fil des générations, pour observer attentivement les migrations animales, la vie de l’océan et même le climat.

Comme son nom l’explique, l’exposition est axée sur cette interrelation entre les animaux, les poissions, les oiseaux et les hommes. La pierre peut paraître morte, mais chaque sculpture est ciselée pour faire écho à la notion équilibrée d’un écosystème.

L’exposition L’art de la miniature est présentée jusqu’au 15 novembre 2015. Interrelations, pour sa part, est en montre jusqu’au 14 juin prochain. Le Musée national des beaux-arts du Québec est situé dans le Parc des Champs-de-Bataille, devant les Plaines d’Abraham, à Québec.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur