Sherif américain et tueur en série

Inspecteur québécois et enfant disparue

Roy Braverman
Roy Braverman, Hunter, roman, Paris, Éditions Hugo & Cie, 2018, 352 pages, 29,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Journaliste et romancier français, Patrick Manoukian signe presque tous ses livres sous des pseudonymes tels que Paul Eyghar, Jacques Haret et Ian Manook.

Son tout dernier polar intitulé Hunter a paru sous le pseudonyme Roy Braverman et montre comment un tueur en série peut en cacher un autre… peut-être même davantage.

Putain de bled

L’intrigue se développe dans «cette saloperie de neige dans cette foutue forêt de ce putain de bled» où le demi-sang indien Hunter a sauvagement exécuté cinq hommes et fait disparaître leurs femmes. Après douze ans de prison, «il est revenu et il recommence».

Les cinq hommes ont été cloués à un arbre par un carreau d’arbalète. Et voilà qu’une mort se produit selon le même scénario.

Mais l’évadé Hunter en est-il l’auteur…? Le shérif qui a un «don pour inventer des horreurs» en est persuadé, mais un ex-flic noir dont la fille a disparu douze ans plus tôt en doute.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Âmes sensibles s’abstenir

Braverman aime brouiller les pistes et multiplier les rebondissements autant que les excès de violence. Âmes sensibles, veuillez-vous abstenir. L’ex-flic n’ose imaginer ce que sa fille aurait pu endurer depuis douze ans. «Ce doute l’oxyde de l’intérieur et corrode sa volonté.»

Les 66 chapitres sont relativement courts et tous coiffés d’un titre de style rétro qui les résume avec doigté: Où la chance à le sourire de la mort, Où la vengeance l’emporte sur le chagrin, Où l’espoir sonne dans le vide. Le style est souvent coloré et colle à la réalité américaine; exemple: «aussi rare que l’honnêteté chez un sénateur».

Tout au long de ce polar complexe et compliqué, les mots de l’auteur sont une voix qui déchire les entrailles, une voix pire que les «pires nuits de terreur dans les pires cachots des pires prisons!»

Sylvie-Catherine de Vailly, L’esquive, Une enquête de l’inspecteur Jeanne Laberge, roman, Montréal, Éditions Recto-Verso, 2018, 224 pages 24,95 $.

Inspecteur québécois et enfant disparue

Sylvie-Catherine de Vailly a créé le personnage de Jeanne Laberge en 2014. Cet inspecteur du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal revient dans une nouvelle enquête, L’esquive, qui demeure peut-être la plus noire et la plus sanglante à ce jour.

L’éditeur annonce un polar centré sur l’enlèvement d’un bébé naissant, celui de l’inspecteur Laberge, quatre ans passés. Depuis, les recherches sont au point mort.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Son crisse de tabarnak de mari

Plus de cent pages du roman ne concernent pas l’enquête pour retrouver le coupable de l’enlèvement. Il est plus souvent question d’une femme battue qui tue son crisse de tabarnak de mari.

L’auteure semble se délecter à mélanger les sous-intrigues et les multiples digressions pour le simple plaisir de nous embrouiller la vue, de nous dérouter. Résultat : on perd le goût de connaître le dénouement.

Le seul point fort du roman réside dans ces petites réflexions que l’auteure glisse de temps à autre. En voici un bel exemple: «Quand on refuse l’évidence, on la déguise, on la travestit.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur