Le rêve américain est un mythe

Americandream.ca de Claude Guilmain


25 juin 2013 à 11h25

Il y a quinze jours, on se demandait si l’écrivain Claude Guilmain parviendrait à brasser la cage avec sa nouvelle œuvre AmericanDream.ca, création du Théâtre la Tangente mise en scène au Théâtre Glendon. Nous voulions savoir si ne serait-ce qu’un soupçon d’attention, qu’une once de réflexion, ou au mieux une large introspection naîtraient chez les spectateurs. Enfin présentée au Théâtre Glendon, la semaine passée, Americandream.ca a levé tous ces doutes, a répondu aux attentes et la cage a, semble-t-il, réellement brassé.

Un propos clair et pertinent

AmericanDream.ca nous raconte l’histoire d’une famille canadienne des années 2000, composée de quatre baby-boomers, Alain, son épouse Pat, Claude et Maude, et de deux enfants probablement nés dans les années 80, Brigitte et Emilie.

Ces six personnages se voient tous confrontés à un drame personnel, si terrible qu’ils se croient contraints de dissimuler ce lourd secret à leur famille, de peur de semer panique et sinistrose. Seul le public est conscient de ces problèmes. Seul le public fait face à ce déclin certain. Mais, outre cette histoire réaliste et bien construite, AmericanDream.ca est une pièce avant tout placée sous le signe de la subversion.

Claude Guilmain cherche, constamment, à désacraliser la notion de rêve américain dans son œuvre, pure illusion, simple mythe aux répercussions contemporaines ravageuses selon lui. Cette chimère est le parfait symbole d’un égocentrisme latent et d’une arrogance unanime des Américains. Par exemple, par le biais du personnage de Brigitte, lors d’un monologue, à la fin de la pièce, Claude Guilmain jette un regard dédaigneux sur la politique étrangère américaine.

Il blâme entre autres les interventions militaires trop nombreuses (au Guatemala, à Cuba, en Afghanistan), parfaits exemples d’une volonté des États-Unis d’avoir la mainmise sur tout. Il va même jusqu’à suggérer que les attentats du 11 septembre sont le résultat d’une longue provocation américaine. «Pour les États-Unis, la guerre est un business», s’indignait Claude Guilmain, lors d’une séance de questions-réponses improvisée à la suite de la première représentation. Globalement, c’est donc d’abord grâce au message clair et pertinent véhiculé par l’auteur, qu’AmericanDream.ca a répondu aux attentes.

Une bonne distribution

Mais c’est aussi et surtout à la troupe de comédiens que nous devons tirer un grand coup de chapeau. Alliant expérience et jeunesse, la distribution d’AmericanDream.ca est parfaitement adaptée à l’œuvre de Claude Guilmain. Bernard Meney, dans son rôle de Claude, quinquagénaire qui voit sa vie basculer lorsqu’il gagne à la loterie, représente l’expérience dans cette distribution, lui qui a par exemple déjà collaboré de nombreuses fois avec le Théâtre la Tangente.

Gisèle Rousseau, comédienne incontournable du Théâtre français de Toronto, se range aussi dans cette catégorie, elle qui s’amuse subtilement de la personnalité fade et effrontée du personnage anglophone qu’elle interprète: Pat. Geneviève Dufour représente quant à elle la jeunesse, la relève. Jeune perle du théâtre québécois, elle joue brillamment, avec insouciance et innocence le rôle d’Emilie, militaire en route pour l’Afghanistan. Ensemble, tous ces comédiens permettent à la pièce de passer le test d’authenticité et de réalisme, avec brio.

Une scénographie au service de la pièce

De longs et hauts panneaux noirs au recto, blancs au verso, souvent en rotation (grâce au travail de Duncan Appleton) ainsi que six chaises en bois sombre, composent à eux seuls le décor d’AmericanDream.ca.

Épurée donc, volontairement minimaliste, sombre ou claire dépendamment du contexte, la scénographie se prête parfaitement au jeu des acteurs et au texte de Claude Guilmain.

Elle reflète la crainte parfois, la joie passagère d’autres fois, la tristesse et l’apathie souvent. L’univers musical de Claude Naubert, ponctué de roulements de tambour et de battements de cœur, met aussi en relief ce monde en suspension, ce monde encore silencieux, prêt à entrer en ébullition. Premier chapitre d’une trilogie, AmericanDream.ca a donc su relever tous les défis liés aux aléas de la création. Dans notre cage, on attend désormais qu’à être de nouveau secoué.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Toronto ne fait pas assez d’efforts pour rencontrer ses obligations linguistiques

Depuis la fin du siècle dernier, j’ai sur mon réfrigérateur un aimant promotionnel du Comité français de la ville de Toronto qui indique que,...
En lire plus...

22 janvier 2018 à 7h00

Avec Millet, la vie rurale sort de l’ombre

Peintre célèbre... oublié
En lire plus...

21 janvier 2018 à 10h00

Soif de drame et de passion

Un tueur en série qui cible les erreurs de la nature
En lire plus...

21 janvier 2018 à 8h00

Quiz : Sigles et acronymes

1. Le sigle UNESCO vient d’un nom en… a) français b) anglais c) espagnol   2. SNCF désigne une compagnie de… a) transport b)...
En lire plus...

21 janvier 2018 à 7h00

Défendez-vous les droits humains?

Avec Amnistie internationale, c'est à la portée de tous
En lire plus...

20 janvier 2018 à 12h00

GPS galactique

Des pulsars peuvent servir de «phares» pour les vaisseaux spatiaux
En lire plus...

20 janvier 2018 à 10h00

Les feuilles de chou efficaces pour soulager la montée de lait?

Plutôt vrai
En lire plus...

20 janvier 2018 à 8h00

Financement pour l’agrandissement de l’école Sainte-Trinité

5,3 millions $
En lire plus...

19 janvier 2018 à 16h43

La luminothérapie efficace pour la dépression hivernale

C’est l’effet de la lumière sur l'oeil qui fonctionne
En lire plus...

19 janvier 2018 à 11h11

Le tonneau de vin et le tonneau de merde

Donald Trump est à la Maison-Blanche depuis un an (seulement)
En lire plus...

19 janvier 2018 à 1h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur