Séchage du raisin: une méthode italienne pour les viticulteurs de Niagara

Du raisin séché.


12 septembre 2017 à 15h22

Un système de séchage du raisin est maintenant à la disposition des viticulteurs de la région de Niagara pour les aider à produire des bons vins malgré une saison de croissance plus courte.

Une méthode traditionnelle de déshydratation du raisin utilisée en Italie depuis plusieurs siècles, appelée «appassimento», a inspiré l’équipe du Vineland Research and Innovation Centre.

«Nous avons développé un système pour accroître l’évaporation en eau contenue dans le raisin et favoriser la déshydratation avant la fabrication du vin», explique Darren Ward, le gestionnaire en développement des affaires et commercialisation.

Rouges

Le prix unitaire d’une bouteille de mélange appassimento est d’environ 20 $ et s’élève à plus de 100 $ pour un vin de style appassimento pur. Bien que cette méthode convienne autant pour le séchage des raisins blancs et rouges, elle est davantage utilisée pour la production des Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon rouges.

Mis sur le marché en 2014, ce système constitué d’un caisson entièrement fermé s’adapte aux caves dont l’espace est restreint.

Plus tôt cette année, une nouvelle version modulaire du système de flux d’air vertical a été introduite pour les établissements vinicoles dont les installations existantes n’ont pas besoin du caisson, rendant la production de l’appassimento plus abordable.

Flux d’air

Les raisins sont vendangés directement dans les bacs qui reposent sur des palettes spéciales, puis sont emballés sous un film de plastique rétractable pour contrôler le flux d’air. Un flux d’air pressurisé circule à travers les raisins tout en étant aspiré verticalement vers le fond, créant un milieu favorable à un processus de séchage uniforme qui permet d’éviter la formation de moisissures.

«Le temps de séchage des raisins dépendra de la teneur en sucre, de la maturité, du type de raisin et des résultats souhaités par le producteur – ce qui peut varier de deux semaines à trois mois», ajoute M. Ward.

Plusieurs établissements vinicoles de la région de Niagara font déjà appel à la méthode appassimento, et M. Ward souhaite étendre la mise en marché du système à d’autres régions vinicoles de l’Ontario, ainsi qu’au Québec, dans les provinces maritimes, de même que dans la région des Finger Lakes et l’État de New York.

Le centre Vineland propose également un service pour sécher un volume d’une à deux tonnes de raisins, pour les producteurs désirant d’abord tester la méthode appassimento avant d’investir d’une manière plus importante dans cette technologie.

Un système appassimento chez Big Head Wines.
Un système appassimento chez Big Head Wines.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur