Se familiariser avec l’univers des jeunes

Le projet de Katia Café-Fébrissy

Partagez
Tweetez
Envoyez

Se familiariser avec l’univers des jeunes, c’est l’objectif de Mes réseaux sociaux et moi, le premier projet de documentaire professionnel de Katia Café-Fébrissy, basée à Toronto, une des lauréates de la huitième édition du concours Tremplin 2014, organisé par l’Office national du film du Canada (ONF).

Arrivée à Toronto en 2012, Katia Café-Fébrissy ne pensait pas qu’un jour elle réaliserait un documentaire. À l’époque, elle travaillait en tant que consultante dans le domaine des ressources humaines.

Retour à l’écriture

Et puis l’année dernière, elle décide de retourner à son premier amour: l’écriture. Après tout, elle possède une maîtrise en langue et en lettres, et elle a été traductrice et interprète pendant plusieurs années.

Elle s’attelle d’abord à la rédaction d’un roman, grâce à une bourse du Conseil des Arts de l’Ontario. Puis, friande de travail, elle se lance dans l’écriture d’un scénario pour un court-métrage, dans le cadre du concours Tremplin organisé par l’ONF.

C’est un exercice de style pas si différent, selon la réalisatrice, car «c’est diversifié mais le travail de fond est le même, il faut faire des recherches».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le défi est réalisé avec brio puisque la «linguiste» fait partie des lauréates, qui obtiennent les ressources et l’appui technique leur permettant de réaliser leur film.

Pour son documentaire, elle a choisi de se concentrer sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter ou encore Myspace constituent un phénomène de société que la Française, en résidence permanente au Canada depuis plusieurs années, connaît bien.

Si au départ, Katia Café-Fébrissy a rejeté ces moyens de communication, ne les comprenant pas très bien, très vite, elle a dû s’y intéresser. «J’ai moi-même un ado», explique-t-elle, «et j’avais envie d’en savoir plus, comment cela transforme notre façon d’interagir.»

Prise de conscience

Que font les adolescents sur Internet? Pourquoi accordent-ils tant d’attrait aux réseaux sociaux? Pour le savoir, elle a rencontré différents jeunes.

Ils lui ont expliqué leurs rapports à ces nouveaux moyens de communication, la possibilité de tisser des liens avec des gens que l’on connaît plus ou moins, de façon quasi instantanée. «J’ai découvert tout un monde, tout un univers», note la réalisatrice.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle dénonce aussi la tendance de la société à «beaucoup stigmatiser les jeunes, à leur mettre une étiquette sur la tête» et n’élude pas non plus la question de l’intimidation sur les réseaux sociaux.

À travers son documentaire, Katia Café-Fébrissy souhaite «faire prendre conscience au public du comportement que l’on peut avoir en ligne». Elle pointe du doigt par exemple les recruteurs qui utilisent les moteurs de recherche comme moyen d’obtenir des informations sur les candidats, «sans leur donner une chance».

Selon la réalisatrice, les jeunes y sont confrontés alors qu’«ils ont le droit à l’erreur». Pour elle, «l’empreinte numérique ne doit pas constituer un boulet».

Repérages, recherches des protagonistes, réunions de production, Katia Café-Fébrissy a plongé dans le monde du cinéma et ne risque pas de le quitter de sitôt. «C’est le début d’une nouvelle carrière pour moi», lance-t-elle, alors que son tournage devrait débuter ce mois-ci, si tout se passe bien.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur