Roméo et Juliette joués en acrobaties par le DynamO théâtre

Du 10 au 19 octobre au Young People's Theatre

acteurs

Les acteurs Marc-André Poliquin, Marie Fannie Guay, Dominic St-Laurent et Catherine Saint-Martin dans la pièce de Jackie Gosselin: Et si Roméo et Juliette... (Photo: Guy-Carl Dubé).


5 octobre 2018 à 11h00

La pièce de Shakespeare, ça fait 25 ans qu’elle l’a vue pour la première fois et qu’elle en est restée bouchée bée. Aujourd’hui, Jackie Gosselin a décidé de se lancer.

Du 10 au 19 octobre prochain, la metteuse en scène du DynamO Théâtre présentera sa pièce acrobatique, Et si Roméo et Juliette…, adaptation personnelle de l’œuvre mythique, au Young People’s Theatre de Toronto.

Un Shakespeare remastérisé

Jackie Gosselin
Jackie Gosselin, l’auteure et la metteuse en scène de la pièce Et si Roméo et Juliette…

Les pièces de Shakespeare sont connues pour la beauté de leur texte.

Alors, forcément, au départ, la metteuse en scène de pièces acrobatiques s’est censurée. Jackie Gosselin pensait que son type de théâtre n’était pas adapté à un tel monument.

Toutefois, l’urgence du temps l’a fait changer d’avis. «Je me suis dit que si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferai jamais», nous avoue-t-elle. «Et puis je voulais permettre à des enfants de 8 ans d’accéder plus facilement à Shakespeare».

Ainsi, si l’intrigue reste la même, les mots se font rares. «J’ai tenu à garder certaines répliques, car elles étaient magnifiques, mais la majeure partie de la pièce est muette. L’espace est notre page blanche et les mouvements sont nos mots», nous explique-t-elle.

La scénographie, elle aussi, est très originale. En effet, les deux familles, les Capulets et les Montaigu, sont représentées par deux escaliers autour desquels les personnages gravitent.

Une fin inattendue

Si l’intrigue reste la même, Jackie Gosselin n’a gardé que cinq scènes sur l’entièreté de la pièce. Tout le reste est issu de son invention.

D’ailleurs, la grande originalité de cette nouvelle version est la fin de l’histoire. «Cette pièce, je l’ai écrite pour des enfants de 8 ans. Je ne voulais donc pas qu’il y ait de suicide, je préférais une fin qui donne de l’espoir!»

La metteuse en scène a voulu les faire se questionner sur la résolution des conflits. «L’idée était de les amener à réfléchir sur le fait que face à un conflit, on peut toujours faire le choix de ne pas envenimer les choses. On peut déposer les armes.»

acteurs
Marc-André Poliquin, acteur de la pièce Et si Roméo et Juliette… (Photo: Guy-Carl Dubé).

Création de la scénographie

Pour réaliser cette scénographie très visuelle, Jackie Gosselin a suivi la méthode de création Repère (Ressources, Partitions, Évaluation et Représentation) importée par la danse et l’architecture.

Deux œuvres d’art l’ont également inspirée et lui ont insufflé des idées.

La peinture intitulée La promenade de Marc Chagall est l’une d’elles. Les deux personnages représentés volent dans les airs comme si l’amour pouvait faire voler.

La seconde est la fable L’amour et la folie de Jean de la Fontaine dans laquelle le poète montre que l’amour rend aveugle.

acteurs
Catherine Saint-Martin, Marie Fannie Guay, Dominic St-Laurent et Marc-André Poliquin autour des deux escaliers. (Photo: Guy-Carl Dubé).

Des comédiens qui jouent tous les rôles

Lorsque les comédiens sont arrivés le premier jour, Jackie Gosselin a décidé que chacun jouerait tous les rôles dans la pièce.

«L’amour n’appartient pas qu’aux femmes, et la colère n’est pas réservée aux hommes. J’ai donc décidé de monter des scènes de colère entre deux femmes, mais également de faire jouer deux garçons dans les rôles de Roméo et Juliette», nous explique-t-elle.

«Si jamais un des jeunes dans le public se sent homosexuel, je veux qu’en regardant cette pièce il se dise qu’il n’y a pas de problème, qu’il a le droit», affirme la metteuse en scène.

Elle veut permettre une ouverture d’esprit des plus jeunes, sans faire de la pédagogie.

«J’ai remarqué que plusieurs parents et professeurs viennent me voir à la fin des pièces pour me demander de leur expliquer certains détails qu’ils n’ont pas saisis. Ils veulent que leurs enfants comprennent tout. Mais on n’a pas l’obligation de tout comprendre! On peut être interpellé par l’art, mais on peut aussi ne pas l’être, et ce n’est pas grave. L’art ne parle pas à tous de la même façon et il faut le respecter».

affiche

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur