Roman hors-norme

V. S. Goela, Gaucher.ère contrarié.e, roman, Ottawa, Éditions L’Interligne, coll. Vertiges, 2019, 158 pages, 22,95 $. Les éditions L'Interligne nous dise que « l'auteur.e ne souhaite pas que son identité soit connue, donc il ne nous est pas possible de diffuser sa photo.»
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’auteur.e V. S. Goela est inconnue, son premier ouvrage s’intitule Gaucher.ère contrarié.e et il défie les conventions du roman même atypique. Trente-trois consonnes et treize voyelles font quarante-six caractères en sanscrit. Ce roman hors-norme comprend donc trente-trois chapitres et treize personnages.

Parmi ces personnages, on trouve un ou une chef transgenre, un écrivain exhibitionniste, un sommelier qui ne boit pas d’alcool, un danseur à la retraite qui anime une téléréalité au Nunavut, une agente de bord adepte de tir et un guide touristique en Islande.

Des scènes à Toronto

Plusieurs scènes se déroulent à Toronto, des références étant faites à l’île Ward, au Musée Gardiner, au Don Valley Parkway, à un café indien sur Gerrard et au quartier The Annex. Qu’est-ce qui différencie Toronto de Montréal? «Montréal a sa montagne. Toronto a son lac.»

Deux Torontois participent à un concours international d’art culinaire, en Inde. Les références à la bouffe sont nombreuses et je suis bien d’accord lorsque je lis que «l’asperge est un légume branché. Si tu ne cuisines pas avec des asperges, tu es nul. Tu n’es pas gourmet.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Bouchées littéraires succulentes

Soma est chef(fe) transgenre et dit: «Je suis né(e) gaucher(ère), élevé(e) droitier(ère), devenu(e) gaucher(ère) contrarié(e)», d’où le titre de ce roman qui nous sert toute une fourchette d’émotions, une série de bouchées littéraires succulentes.

Il est sans doute vrai que «tout le monde est trop occupé pour demander une rencontre en personne, préférant se tourner vers Skype, Viber, FaceTime…» Ridicule et dommage à mon avis, car on y perd l’essence d’un tête-à-tête.

Homos et gauchers créatifs

Il est rafraîchissant de lire des commentaires hors de l’hétérosexualité traditionnelle. En voici un petit exemple: «Pourquoi le symbole pour les wc de femmes est-il une personne en robe ? Je ne porte jamais de robe et je n’aime pas le maquillage. (…) Why must I gender conform?»

Comme les gais et lesbiennes, les gauchers formerait environ dix pour cent de la population. Et ils seraient plus créatifs que les droitiers. V. S. Goela est plus créative que moi, un droitier.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur