Rita Baga, la reine francophone de Canada’s Drag Race

En spectacle à Toronto du 2 au 4 octobre

Rita Baga, de son vrai nom Jean-Francois Guévremont, s'est rendue en finale.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La première saison de l’adaptation canadienne de Rupaul’s Drag Race, Canada’s Drag Race, vient de prendre fin sur Crave TV et nous avons eu l’occasion d’en parler avec la finaliste montréalaise Rita Baga.

Canada’s Drag Race

Suite au succès retentissant de l’édition américaine depuis plus de 10 ans, une adaptation canadienne a finalement vu le jour. Animée par Brooke Lynn Hytes, Torontoise et seule concurrente canadienne à ce jour à avoir été candidate à Rupaul’s Drag Race, ainsi que par la mannequin Stacey McKenzie et l’acteur Jeffrey Bowyer-Chapman, Canada’s Drag Race a immédiatement conquis le coeur des amateurs de drag.

Ls trois juges de Canada’s Drag Race: Jeffrey Bowyer-Chapman, Brooke Lynn Hytes et Stacey McKenzie

Représentation francophone

Figure de proue au Québec depuis 13 ans, c’est sans grande surprise que la reine de Montréal Rita Baga a été annoncée comme participante pour cette première saison de Canada’s Drag Race.

«Il y a eu une annonce générale pour le casting et après plusieurs étapes, il y a ultimement eu un choix de 12 personnes finales. J’avais appliqué trois fois pour Rupaul’s et eu deux appels, mais ça n’allait pas plus loin. Ça a été très rapide cette fois-ci entre l’annonce de la saison et le moment où nous sommes entrés en tournage.»

Rita Baga

L’esprit de compétition

Qui dit Drag Race dit compétition féroce. Rita Baga a l’habitude d’animer des compétitions depuis des années. Mais cette fois-ci, elle se retrouvait dans la course pour remporter la couronne et le grand prix de 100 000 $.

«Je suis plus habituée d’animer des compétitions que d’en faire. Je pense que c’est une question de mindset en général. J’étais vraiment bien préparé mentalement. J’ai toujours eu beaucoup de projets en même temps donc là de pouvoir focuser que sur le drag, j’avais une bonne attitude et ça m’a aidé à garder mon sang froid. J’avais les yeux rivés sur le prix.»

«Il y avait que deux concurrentes que je ne connaissais pas. De me retrouver sur la même compétition que Tynomi Banks par exemple… on a tellement travaillé ensemble souvent. C’était différent.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Les candidates de la première saison de Canada’s Drag Race.

«Je n’ai pas senti de compétition envers les autres nécessairement. On dirait que, vu que c’était la première saison, on était toutes en compétition et on voulait toutes se rendre à la fin. On n’avait pas d’attentes, par vraiment de références parce qu’on ne savait pas comment serait la version canadienne, donc on a toutes explorer ça ensemble.»

La francophonie au premier plan

Que ce soit en arborant les looks Eurovision et Incognito de Céline Dion, en personnifiant Édith Piaf avec brio ou en s’adressant en français à la caméra et aux juges à plusieurs reprises tout au long de la saison, Rita Baga a mis ses racines francophones à l’avant-plan.

«Je pense que quand ils m’ont sélectionnée, ils savaient très bien que j’étais francophone et que je ne parlerais pas juste anglais tout le long. Ça m’a motivée . Je me suis dis qu’il fallait que le fait que je sois francophone soit ma force, que je fasse des trucs et profiter de cet accent-là et de cette richesse-là francophones à travers la compétition.»

Rita Baga dans la peau d’Édith Piaf.

Fierté

Même si elle n’a pas remporté la compétition, la Québécoise n’a aucun regret et est très fière de son parcours.

«Je suis fière de m’être rendue jusqu’à la fin. Ce n’était pas gagné d’avance même si c’est moi qui avais gagné le plus de challenges. J’avais une chance sur trois, et on sait ce qui est arrivé. Je n’ai pas gagné, mais je suis vraiment fière de m’être rendue jusqu’à la fin et d’avoir amené une représentation francophone jusqu’à la fin.»

Ciné-parcs

Produit par Voss Events, les trois finalistes, ainsi que Brooke Lynn Hytes et certaines candidates de la saison, sillonnent actuellement le pays et présentent des spectacles dans les ciné-parcs. La tournée s’arrêtera d’ailleurs à Toronto du 2 au 4 octobre.

«C’est très excitant! Depuis le début de l’aventure, on rêve de tourner ensemble et on se disait qu’avec la pandémie ça ne serait pas possible. Donc, c’est vraiment une belle adaptation pour qu’on soit capable de faire quelque chose. Les gens vont regarder le spectacle dans leurs voitures et nous serons sur une scène sous l’écran où les films sont diffusés normalement et il y a des écrans sur les côtés pour que les gens puissent voir tout ça dans le confort de leurs voitures.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Les trois finalistes en compagnie de Brooke Lynn Hytes

Famille

Rita Baga a fait mention à quelques reprises de Haus of Baga durant son passage à Canada’s Drag Race. C’est qu’en plus d’une soirée du même nom au célèbre Cabaret Mado de Montréal, elle est la matriarche d’une famille de drag.

«Quand j’ai choisi de vivre ma vie dans la diversité, je n’étais pas très proche de ma famille biologique et je me suis un peu trouvé une autre famille. Des gens, des amis où c’était plus facile de se confier et qui comprenaient surtout c’était quoi cette nouvelle réalité-là.»

«Avec le temps, je suis devenu mère de famille dans le monde de la drag, et j’ai adopté des enfants drag. C’est un système de famille et de mentorat. C’est l’fun de savoir qu’on a toujours quelqu’un sur qui on peut compter et vice versa.»

Rita Baga sur le plateau principal de l’émission

Projets

Suite au tourbillon Drag Race, le calendrier de Rita Baga est bien garni pour les mois à venir.

«J’ai beaucoup de spectacles et quelques apparitions télé très surprenantes! Comme j’ai plusieurs cordes à mon arc et que je joue aussi, je vais aussi avoir des apparitions jouées dans des séries qui s’en viennent.»

D’ici là, vous pourrez voir Rita Baga en compagnie de Priyanka, Scarlett Bobo et les autres, du 2 au 4 octobre au ciné-parc CityView, situé sur la rue Polson dans le Port de Toronto.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur