Deux réseaux francophones ont tiré les rois et les reines

Avec comme invités de marque Antoine Rauzi et Hosni Zouali

La galette des rois de France Alumni.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que la fin du mois de janvier arrive à grands pas, le réseau France Alumni et celui des professeurs francophones au sein des universités ontariennes se sont retrouvés autour de galettes des rois pour célébrer la nouvelle année.

Invités pour l’occasion, Antoine Rauzy, attaché de coopération scientifique et universitaire à l’ambassade de France à Ottawa, et Hosni Zaouali, représentant de la boîte de soutien scolaire Voilà Learning, se sont mêlés aux autres invités.

C’est au Brassaii, un bar-restaurant à l’angle King et Spadina, que se sont retrouvées une soixantaine de personnes pour déguster des galettes des rois, la tradition de début d’année. Une fève est cachée dans la pâtisserie et la personne qui l’a dans sa part est désignée roi ou reine.

Au-delà du côté tradition gastronomique, cette rencontre était surtout le moment pour des entrepreneurs ontariens, ayant tous faits une partie de leurs études en France, de se rencontrer et de discuter affaires: «Au Canada, on fonctionne beaucoup sur le réseautage», explique Antoine Rauzy. «Avec la rencontre de ce soir, on propose aux gens de faire partie d’un nouveau réseau en tant qu’ancien étudiant français. En permettant à ces personnes de se retrouver régulièrement, on espère mettre en contact des gens établis et des jeunes qui seront prêts à saisir des opportunités d’emplois.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Hosni Zouali de Voilà Learning.
Hosni Zouali de Voilà Learning.

Pour sa part, Hosni Zaouali a présenté Voilà Learning, qui propose aux jeunes d’apprendre les langues grâce à l’utilisation de la réalité virtuelle: «La technologie arrive et fait l’effet d’une bombe dans un système encore archaïque.» Selon lui, «l’éducation est restée au Moyen-Âge, alors que nous avons désormais les moyens de l’améliorer. Soit on s’adapte, soit on continue à se traîner des pieds.»

Pour lui, la ludification de l’enseignement est un complément essentiel: «Le rôle de l’enseignant, c’est d’aider les élèves à découvrir par eux-mêmes, car ils peuvent trouver toutes les connaissances sur Internet, mais le contact humain reste primordial.»

C’était une première pour cet événement commun entre les deux réseaux, que Peggy Harvey, chargée des échanges universitaires et correspondante CampusFrance, voudrait réitérer tous les semestres, afin de créer des réseaux et de favoriser les échanges. Chaque nouveau rassemblement serait aussi l’occasion de présenter un nouvel intervenant et de poursuivre cette volonté de rencontres et de débats.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur