Réécrire l’Histoire en pleine campagne électorale

Référendum revu et corrigé

roman

Normand Cazelais, Et si le Québec avait dit oui, roman, Montréal, Éditions Fides, 200 pages, 24,95 $.


27 septembre 2018 à 11h00

Au moment où le Québec entre dans le dernier droit d’une campagne électorale, le géographe et ancien journaliste Normand Cazelais se permet de réécrire l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Cela s’appelle de l’uchronie.

Cazelais propose un roman uchronique ou forme d’utopie réaliste qu’il intitule Et si le Québec avait dit oui. Ici, le 30 octobre 1995, le oui l’emporte par 56 000 voix de majorité, «une petite marge de moins de 2%».

Mike Harris et Stephen Harper

Les personnages principaux sont, bien entendu, Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, le premier étant souvent appelé tout simplement «Monsieur». Bouchard, qui est chef du Bloc Québécois et de l’Opposition officielle à Ottawa, et Mario Dumont, qui est chef de l’Action démocratique du Québec, sont les deux principaux négociateurs avec le reste du Canada.

Jean Chrétien, lui, nomme Mike Harris (premier ministre de l’Ontario) et Stephen Harper (député réformiste de Calgary-Ouest) comme ses représentants à la table des négociations. «Les éliminatoires de la coupe Stanley à côté de ça, c’est de la petite bière.»

Jean Chrétien démissionne

Au cours de la ronde des pourparlers, qui s’étire sur plus d’un an, Chrétien se trouve dans une position intenable. «Être dans la parade sans être celui qui donne le pas, ce n’est pas du Jean Chrétien.» Il démissionne en faveur de Paul Martin!

L’auteur glisse souvent des pages d’histoire peu connues, comme le fait que le Québec a été le premier gouvernement de la Confédération à avoir eu recours au financement américain. «C’était en 1878, pour financer le prolongement du train de Montréal jusqu’à Québec, à une hauteur de deux millions de dollars. […] premier financement à l’international de Wall Street.»

Chantal Hébert

Plusieurs reportages de la presse écrite et électronique étayent ce roman, dont ceux de Chantal Hébert, qui est ici chroniqueuse au Ottawa Citizen. Cazelais note qu’elle est «particulièrement bien renseignée» et que «son esprit d’analyse est remarquable». C’est toujours le cas.

Comme l’auteur est d’abord un universitaire, le roman tourne souvent à l’essai et cela alourdit le rythme de l’intrigue ou du dénouement. La référence à un congrès de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, entre autres, est un bel exemple d’une longueur inutile.

Pas d’attentats terroristes

Des personnages entièrement fictifs permettent au romancier d’aborder le ressentiment très isolé d’un Anglo-Québécois du Pontiac, et les relations adultères de deux femmes qui trompent leur mari… ensemble. Tiens, tiens!

Dans ce roman, le Québec franchit un cap déterminant le 30 octobre 1995. J’ai été surpris de lire qu’un souverainiste convaincu «n’ose penser à ce qui serait arrivé si [le Québec] avait raté ce rendez-vous avec l’Histoire». C’est pourtant ce qui est arrivé dans la réalité, sans ressac dans le genre d’une vague d’attentats terroristes des «Vigiles de la Patrie».

Norman Cazelais a profité d’un mélange plus ou moins réussi de fiction et de réalité pour raviver des souvenirs aussi riches en espoirs qu’en déceptions. Aucune influence sur le vote du 1er octobre.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’intelligence artificielle au service des ressources humaines

L'intelligence artificielle est en train de devenir un assistant intelligent qui aidera les ressources humaines à travailler plus intelligemment.
En lire plus...

19 novembre 2018 à 9h00

La moitié des Canadiens diminueraient leur consommation de viande

Les Canadiens seraient de plus en plus disposés à délaisser la viande pour se tourner vers des repas aux alternatives végétales.
En lire plus...

19 novembre 2018 à 7h00

L’écriture est toujours une aventure

roman
«Le plus dangereux, c’est pas les cerveaux fêlés qui nous écrivent. C’est ceux qui veulent nous faire taire.»
En lire plus...

18 novembre 2018 à 9h00

Quiz : L’Europe de l’Est

quiz
Ce qu'on appelle l'Europe de l'Est comprend surtout des pays de culture slave.
En lire plus...

18 novembre 2018 à 7h00

Formation en agriculture : le Collège Boréal présent en Haïti

Haïti
Le Collège Boréal est partenaire avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie dans un projet pour une socio-économie durable en Haïti.
En lire plus...

17 novembre 2018 à 11h00

Il y a 100 ans, la grippe espagnole frappait la planète

pandemie, épidémie
Saviez-vous que l’on doit la création du ministère fédéral de la Santé à la grippe espagnole?
En lire plus...

17 novembre 2018 à 9h00

Téléphone cellulaire et cancer : pas pire que le hasard

cancer
Une étude aurait apporté «certaines preuves» d’un lien entre le téléphone cellulaire et l’apparition de tumeurs. Mais on n'a pas fait mieux – ou...
En lire plus...

17 novembre 2018 à 7h00

Les Leafs s’en sortent face aux Ducks après un match très serré (2-1)

Les Leafs l'emportent dans la difficulté ce soir face aux Ducks d'Anaheim (2-1). 
En lire plus...

17 novembre 2018 à 0h48

Marché de Noël : trois raisons de s’y rendre!

Alors que les premiers flocons e neige tombaient sur Toronto, le traditionnel Marché de Noel du quartier de la Distillerie ouvrait ses portes avec...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 16h30

Le Beaujolais Nouveau est arrivé au Ricarda’s

Ricarda's
La Fédération Tricolore a réuni une centaine de Français, francophones et francophiles autour d'un cassoulet ce jeudi soir au Ricarda's (angle Peter et Front)...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 15h36

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur