Red Brick: le message d’amour de Marie-Josée Chartier


14 septembre 2010 à 13h02

Quel est le plus beau cadeau qu’on peut faire à un amour défunt? Simplement ne pas l’oublier et le faire vivre à travers ce qu’il était, en l’occurrence la musique.

Marie–Josée Chartier a souhaité souligner les dix ans du décès de son mari Michael J .Baker en montant un spectacle autour de l’œuvre immense qu’il a léguée. Des amis, danseurs, musiciens, chorégraphes, artistes visuels, tous de renommée internationale ou nationale se sont joints à elle pour mettre sur pied Red Brick, qui reprend le nom d’une composition de Michael J. Baker.

L’idée a germé dans la tête de Marie-Josée Chartier il y a de ça deux ans: «Il fallait que Array music (dont il fut le directeur artistique) puisse jouer en direct. J’ai décidé ce que je voulais entendre de Michael, parce qu’il a beaucoup écrit pour la danse. Après j’ai fait toutes les démarches pour que cela soit dans les dates autour de son décès (il est décédé le 16 septembre 2000 d’une leucémie).»

Parmi toutes les compositions écrites par son défunt mari, Marie-Josée Chartier en a donc choisi huit pour le spectacle Red Brick. Co-produit avec Array Music et en partenariat avec Harbourfront, dont le spectacle ouvrira la saison culturelle, Red Brick veut être le vecteur de la découverte de la musique de Michael J. Baker pour un public qui ne serait pas familier avec le compositeur.

«C’est très grand public. C’est une belle manière de découvrir une musique contemporaine très accessible, jumelée avec de la danse et des chorégraphies envoûtantes»,  explique Marie-Josée Chartier.

Par le fait, elle rechignerait presque à qualifier la musique de contemporaine. «On va penser que c’est un truc minimaliste, alors qu’il ne faut pas oublier que Michael était trompettiste et percussionniste, il a travaillé avec des groupes de Rythm and Blues, et était influencé par l’écriture classique. Il y a beaucoup d’énergie dans sa musique, beaucoup de funk!», précise-t-elle, angoissée de ce que les gens puissent penser.

Marie-Josée va redanser pour la première fois depuis un bon moment spécialement pour le spectacle et s’est entourée de professionnels de haut rang, des amis pour la plupart, ou des gens qui avaient travaillé avec Michael J. Baker.

La troupe de danse Coleman et Lemieux participe au projet, James Kudelka, longtemps directeur artistique du Ballet national du Canada est aussi de la partie, le percussionniste Rick Sacks viendra jouer un solo de Marimba spécialement écrit pour lui par Michael J. Baker et l’ancien directeur artistique de Toronto’s Dancemakers Serge Bennathan a élaboré une nouvelle chorégraphie sur commande de Marie-Josée Chartier pour ce spectacle.

«En un spectacle, les gens peuvent voir ce qui se fait au pays, ce qui se fait de mieux, avec des artistes de réputation nationale et internationale», appuie Marie-Josée Chartier.

Une vingtaine de personnes participent au spectacle, dont neuf musiciens et des danseurs avec qui Marie-Josée n’avait pas dansé depuis 13 ans! Plus qu’un hommage, c’est une célébration de la musique de Michael J.Baker que propose Red Brick.

Si l’homme n’est plus, son œuvre continue d’être jouée, adaptée, chorégraphiée et Red Brick rassemble tout cela en un spectacle joué trois soirs de suite à Harbourfront les 17, 18, 19 septembre prochains.
michaeljbaker.org/site

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur