Reconnaissance et réconciliation avec les Premières Nations au solstice d’été

Cérémonie matinale à l'Hôtel de Ville et festival au Fort York

Cérémonie du solstice d'été en face de l'Hôtel de Ville le 21 juin.

Cérémonie du solstice d'été en face de l'Hôtel de Ville le 21 juin.


22 juin 2017 à 10h00

Des représentants des Premières Nations ont célébré le matin du 21 juin la levée du soleil du jour le plus long de l’année, le solstice d’été, à la place Nathan Phillips en face de l’hôtel de ville de Toronto, en présence du maire John Tory et de quelques centaines de citoyens.

Le 21 juin est aussi la Journée nationale des Autochtones, qui donne le coup d’envoi des festivités de Canada en fête incluant la Saint-Jean-Baptiste (24 juin), la Journée canadienne du multiculturalisme (27 juin) et la fête du Canada (le 1er juillet).

La cérémonie de l’Hôtel de Ville, qui lançait un weekend de concerts et d’activités autochtone au Fort York, se voulait une occasion spéciale de souligner le patrimoine unique dans laquelle tous les Canadiens peuvent puiser une inspiration.

Nouveaux drapeaux à la place Nathan Phillips.
Nouveaux drapeaux à la place Nathan Phillips.

Cinq drapeaux

C’était aussi l’occasion d’observer les réalisations remarquables des Premières Nations et d’ajouter une pierre à l’édifice de la réconciliation.

«Je ne voudrais pas qu’on oublie la voix des Autochtones pendant le 150e, le fait d’avoir planté nos drapeaux ici et le fait qu’ils resteront à cette place de façon permanente est un début», a déclaré le chef Stacey Laforme de la première nation des Mississaugas de New Credit.

En effet, cinq nouveaux drapeaux flottent au-dessus de la place Nathan Phillips, ceux des premières nations des Mississaugas de New Credit, Six Nations, Hurons-Wendat, Métis, et Inuit Tapiriit Kanatmi.

Le maire John Tory a reconnu qu’«il faut rectifier les erreurs du passé, et cela commence par l’éducation et les programmes scolaires. Ces cinq nouveaux drapeaux vont nous rappeler qu’il y a encore des choses à réaliser et des choses à terminer.»

Pour le maître de cérémonie Steve Teekens, directeur général de Na-Me-Res, un refuge pour les hommes aborigènes sans-abri de Toronto, la foule de ce 21 juin 2017 est la plus importante depuis que cette tradition a été inaugurée il y a quatre ans.

Le maire John Tory et des chefs autochtones.
Le maire John Tory et des chefs autochtones.

Au Fort York

C’est ensuite au Fort York que cette Journée des autochtones s’est déroulée. En marge des concerts et des spectacles de danse traditionnelle du festival des arts autochtones, on y trouvait de nombreux stands à visée éducative, ainsi que des ateliers de médiation.

Beaucoup d’élèves d’écoles de la région ont participé au pow-wow.

Pour Larry Ostola, directeur des services des musées et du patrimoine de Toronto: «il y a au Canada toute une richesse en termes de patrimoine et d’histoire qui n’est pas tellement connue. Aujourd’hui est une façon de reconnaître ces richesses culturelles et une façon d’exposer le grand public à ces traditions.»

«Nous avons misé sur la présence des groupes scolaires pour les introduire à notre histoire. Les représentants de plusieurs Premières Nations ont aussi l’occasion de vivre cette expérience, et nous travaillons de concert avec eux pour réaliser cette programmation», nous explique-t-il.

«Il y a peut-être 30 à 40 000 autochtones à Toronto, il ne faut pas les oublier.»

autochtones

Réconciliation

En plus de ce festival, la province a commandité le Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN) afin qu’il puisse couvrir les événements autochtones dans huit villes.

Toronto est situé sur des territoires ayant une histoire très ancienne. Même si, pendant plus d’un siècle, les objectifs de la politique canadienne étaient d’ignorer les droits des Autochtones et parfois même de pratiquer un «génocide culturel», c’est aujourd’hui les mots reconnaissance et réconciliation qui sont sur toutes les lèvres.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Charismatiques mais en voie de disparition

Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar. (Photo: Pixabay)
Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar
En lire plus...

9 décembre 2017 à 10h00

L’évolution continue en ville

Pinson de Phoenix, Haemorhous mexicanus. (Photo: Daderot — Wikimedia Commons)
De nouvelles espèces urbaines
En lire plus...

9 décembre 2017 à 8h30

Les premiers Russes en Alaska

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)
Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand
En lire plus...

9 décembre 2017 à 7h00

Des lumières d’hiver et une patinoire à la Place de l’Ontario

La patinoire synthétique de la Place de l'Ontario. (Photo: ministère du Tourisme)
Un feu de camp les fins de semaine
En lire plus...

8 décembre 2017 à 14h00

Raymond Théberge clarifie sa position et obtiendra la nomination

Raymond Théberge. (Photo: L'Acadie Nouvelle)
Le prochain commissaire aux langues officielles a clarifié sa position sur le bilinguisme à la Cour suprême, mais son ambivalence initiale a fait tiquer...
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h44

Engouement pour Montessori à London

La pédagogie Montessori mise beaucoup sur l'expérience sensorielle, le travail manuel et l'esthétique.
L'enseignement alternatif se porte bien en Ontario
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h30

Des algues pour nettoyer l’eau des fermes à crevettes

Micro-algae-growing-in-the-lab-web-2583d4f397199d3d844bf90e8eb8caa72cf74eaf
Et traiter d'autres eaux industrielles?
En lire plus...

8 décembre 2017 à 11h00

150 ans, 150 nouvelles, 150 mots

Collectif sous la direction de Charles Leblanc, Bref, nouvelles, Saint-Boniface, Éditions du Blé, 2017, 122 pages, 19,95 $.
Lancement à la Librairie Mosaïque de Toronto
En lire plus...

8 décembre 2017 à 10h00

Le tiers des radios communautaires en péril

Un jeune bénévole de la radio CKRP, fondée en 1996 par l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. (Photo: CKRP)
Les médias francos n’ont reçu aucune indication leur permettant de compter sur le prochain Plan d’action fédéral.
En lire plus...

8 décembre 2017 à 9h00

La concentration continue de se développer jusqu’à 25 ans

La capacité à se concentrer ne serait pas encore pleinement développée chez les ados. (Photo: Mike Poresky - Flickr)
Cela expliquerait le déficit d'attention chez bien des ados
En lire plus...

8 décembre 2017 à 7h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur