Qu’arrivera-t-il quand on coupera l’eau à 4 millions de personnes?

Cape Town, métropole de l'Afrique du Sud.


30 janvier 2018 à 10h53

Une métropole moderne peut-elle tomber en panne d’eau? C’est la première mondiale qu’est apparemment en train d’expérimenter Le Cap, en Afrique du Sud: si la tendance se maintient, à la mi-avril, ses 4 millions d’habitants devront faire la queue pour avoir leur ration d’eau quotidienne.

Depuis le début de l’année, les résidents sont «encouragés» à limiter leur consommation quotidienne à 87 litres, et à partir du 1er février, à 50 litres. À moins qu’un miracle météorologique ne fasse remonter le niveau de la nappe phréatique d’ici là, les réservoirs seront à sec à la mi-avril.

À titre de comparaison, un Américain moyen utilise plus de 300 litres d’eau par jour. Un Britannique, 150 litres.

La cause immédiate: le manque de pluie. Depuis trois ans, Le Cap a reçu des précipitations inférieures à la normale, asséchant les terres environnantes et empêchant le renouvellement de la nappe phréatique.

La cause plus profonde: le développement urbain accéléré de la métropole depuis une vingtaine d’années a conduit à puiser davantage d’eau dans cette nappe que ce qu’elle est capable de fournir — un phénomène courant dans plusieurs autres endroits de la planète, notamment le Sud-Ouest des États-Unis.

São Paulo au Brésil est venue tout près de devoir couper l’eau il y a trois ans: les restrictions imposées à ses 20 millions d’habitants ont permis d’éviter la crise, mais la mégalopole reste dans la liste des villes «à risque».

Un projet d’usine de désalinisation — transformer l’eau de mer, salée, en eau potable — est en cours près du Cap, mais ne sera pas terminé avant cet automne.

En attendant, une partie de la population du Cap vit encore dans le déni: selon ce que rapportaient les médias sud-africains la semaine dernière, seulement 39% des citoyens se seraient conformés aux directives de rationnement de l’eau pendant la première quinzaine de janvier.

Cette attitiude a conduit les autorités à devancer la journée fatidique du 21 au 12 avril — c’est-à-dire le «jour zéro», celui où l’alimentation en eau sera coupée dans tous les robinets des résidences, des bureaux et des commerces, à l’exception des hôpitaux. Quatre millions de personnes devront alors aller chercher leurs 25 litres quotidiens dans l’un des 200 centres de distribution de l’État, une situation qui pourrait mal tourner, craignent à présent plusieurs résidents.

La plupart des villes du monde qui voient approcher de telles crises refusent elles aussi d’imposer aux citoyens des réductions d’eau, préférant s’en tenir à des mesures volontaires — avec des résultats plus ou moins heureux. «Ceci devrait être un signal d’alarme pour les autorités municipales et nationales à travers le monde», écrit le Financial Times.

D’autres grandes villes utilisent de plus en plus d’eau. (Photo: Ceyhun (Jay) Isik / Flickr)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Défi Toronto : une cause… à effet sur nos aînés francophones

Course Défi Toronto
Appuyez CAH, Bendale Acres et la Fondation Lavoie
En lire plus...

23 mai 2018 à 11h33

Secrétaire

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne qui agira à titre de secrétaire à terme à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, à...
En lire plus...

Le Canada à l’honneur aux Imaginales d’Épinal

science-fiction, fantastique
Le fantastique et la science-fiction de Patrick Senécal, Élisabeth Vonarburg et Jean-Louis Trudel
En lire plus...

23 mai 2018 à 11h11

Rīga et Tallinn : patrimoine historique et architectural exceptionnel

Riga
Influences allemande et russe... et une révolution chantante
En lire plus...

23 mai 2018 à 10h00

Bilingue de projet intégration

Taibu, centre de santé communautaire - Full-time Contract Position June 2018 to June 2019, with possibility of extension   The mission of the TAIBU Community Health Centre (CHC) is to contribute to the maintenance and...
En lire plus...

Quand la culture populaire nous replonge en enfance

JUST FOR FUN!
Rihanna, Mickey, Black Panther et autres héros Marvel tapissent les murs de la galerie Thompson Landry du quartier de la Distillerie à l’occasion de...
En lire plus...

22 mai 2018 à 15h38

Coordinateur/trice de projet

Taibu : Centre de santé communautaire - Poste Contractuel, temps plein Mai 2018 à Mai 2019, avec possibilité de prolongation Lieu de travail: Toronto et ses environs Le  Centre  de  santé  communautaire  (CSC)  TAIBU  a  pour ...
En lire plus...

Des satellites pour mesurer les réserves mondiales d’eau

Grace-satellite-eau
Quatorze années de données satellites révèlent qu’à travers le monde, sur 34 régions-clefs pour l’approvisionnement en eau potable, les tendances à la baisse peuvent...
En lire plus...

22 mai 2018 à 14h30

Plus de la moitié de nos gènes auraient 650 millions d’années

génétique
Il y a 650 millions d’années vivait dans les océans une petite bestiole qui fut peut-être l’ancêtre de tous les animaux d’aujourd’hui, nous y...
En lire plus...

22 mai 2018 à 7h00

La grande aventure en Sarthe

Il est un endroit en France où adrénaline et vieilles pierres cohabitent dans un écrin naturel étonnant. La Sarthe permet aux passionnés de voitures, de...
En lire plus...

21 mai 2018 à 10h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur