Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Les toiles imitant celles des Indes sont appelées des «indiennes». (p. 191)


17 juin 2018 à 11h00

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite.

En Europe, dans le passé, c’étaient essentiellement les ressources locales qui constituaient la richesse d’un pays et offraient à ses habitantes ce dont ils pouvaient avoir besoin pour vivre, matériaux de construction, aliments pour se nourrir, tissu pour se vêtir, par exemple.

Mais l’exploration d’autres parties du monde a commencé. La période historique qui va du début du XVe siècle jusqu’à celui du XVIIe siècle est celle des «Grandes découvertes».

L’Inde, que l’on peut alors atteindre en faisant le tour de l’Afrique, suscite un grand intérêt, en France en particulier. Colbert, un important ministre du roi Louis XIV, crée en 1664 la Compagnie française pour le commerce des Indes orientales, qui y établit en 1668 un premier comptoir, un emplacement commercial.

C’est à partir de cette date que les premières «toiles peintes» – pour utiliser une expression de l’époque – sont importées en France par les bateaux de la Compagnie des Indes. «C’était de véritables toiles peintes, entièrement exécutées à la main. Ces étoffes, d’un prix élevé, n’étaient achetées que par les gens de la Cour de Louis XIV ou la grande aristocratie.»

Caraco à la française, p. 41.

Les indiennes

Ces tissus connaissent rapidement un grand succès, ils sont plus légers que ceux que l’on trouve alors et sont agréablement décorés.

Devant l’engouement pour ces tissus et leur prix élevé, les fabricants qui ne savent comment ils sont coloriés, cherchèrent à les imiter en utilisant des toiles de coton importées de I’Inde. Ces toiles imitant celles des Indes sont alors appelées des « indiennes », commerce oblige.

Jusqu’alors, l’habillement était confectionné avec de la laine ou, plus richement, de la soie, que l’on trouvait sur place. Avec ces nouveaux tissus, le coton fait son apparition et crée une concurrence avec les fabricants de lainages et de soieries qui, de ce fait, accusent les toiles peintes de leurs difficultés et demandent l’interdiction de ces nouveaux tissus.

Un décret de Louvois (1641-1691), secrétaire d’État et ministre d’État de Louis XIV, du 26 octobre 1686, ordonne à toutes les manufactures du royaume de cesser la fabrication des toiles et de détruire tous les moules d’impression. Cette interdiction va durer 73 ans, jusqu’en 1759, mais elle est à l’origine d’une fraude, d’une contrebande et d’une production clandestine.

Le ballon de Blanchard, p. 147.

Liberté d’entreprise

Mais devant l’hostilité du public à la prohibition et les pressions des manufacturiers, un arrêt de l’autorité gouvernementale proclame la liberté d’imprimer et d’importer les étoffes.

Des Marseillais se mettent à produire eux-mêmes ces tissus qui arrivent dans leur port et ensuite d’autres manufacturiers en font autant en France pour se propager en Suisse, et finalement gagner toute l’Europe.

Les indienneries passent de 20 établissements de production en 1799, avec 400 à 500 ouvriers, à 27 en 1806 avec 600 à 800 ouvriers selon la saison. La production s’accroît de 106 000 à 129 000 pièces de 25 aunes (1 aune = 118,84 cm env.) et propose une gamme diversifiée comme des: toiles traditionnelle, des tissus pour des robes ou d’autres vêtements, des décorations à fleurs ou des indiennes à personnages, etc.

Palempore aux ambassadeurs, p. 44.

Livre d’art

On pourra se rendre compte de la richesse de ces productions grâce au livre d’art Les Indiennes. Un tissu révolutionne le monde!, que nous propose la Bibliothèque des Arts (Suisse). En effet, cet ouvrage compte plus d’illustrations que de pages et ces reproductions sont toutes d’une grande qualité artistique.

Cet ouvrage accompagne une exposition qui se tient au Château de Prangins en Suisse, entre Lausanne et Genève, jusqu’au 14 octobre 2018. Des spécialistes expliquent dans ce livre la collection et proposent «une incroyable plongée dans l’histoire du premier produit mondialisé, consommé sur l’ensemble des continents.»

Ce «petit évènement», aussi bien l’exposition que ce livre-catalogue, révèle les richesses de la collection privée d’un expert en étoffes anciennes, que le Musée national suisse a acquise récemment. On peut donc voir dans cet ouvrage, si l’on n’a pas l’occasion de visiter Prangins au bord du lac Léman, des toiles aux motifs dessinés par des artistes talentueux.

Indiennes. Un tissu révolutionne le monde. Bibliothèque des Arts, 2018, relié, 28×24 cm, environ 280 illustrations, 232 pages.

Histoire illustrée

On peut admirer une grande variété de productions: motifs floraux et bucoliques, allégories diverses, fables de La Fontaine ou thèmes musicaux, des paysages, des sujets d’actualité: le premier vol en montgolfière, la prise de la Bastille, le commerce du bois d’ébène, et bien d’autres. Il n’est que de tourner les pages. Ces illustrations sont reproduites presque toujours dans la couleur sépia d’origine.

On assiste ainsi, au fil des pages et des modèles reproduits, aux résultats de cette découverte que fut celle de ces toiles en coton des Indes. Une surprenante et agréable découverte historique dont nous bénéficions encore.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur