Prenez le temps de rire avec le Théâtre Étienne Brûlé

Panique au Plazza le 3 mai: un vaudeville joué par des jeunes dans un décor professionnel

Les jeunes comédiens en herbe présenteront Panique au Plazza.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Quiproquos, jeux de mots et divertissement seront au programme de Panique au Plazza, la nouvelle pièce présentée par le Théâtre Étienne-Brûlé, le vendredi 3 mai prochain à 19h30.

Depuis 24 ans maintenant, Luc Bernier, professeur de théâtre passionné à cette école secondaire de Viamonde de North York, met en scène une pièce avec des élèves de son cours.

Luc Bernier

Une comédie burlesque

Panique au Plazza, une pièce de l’auteur britannique Ray Cooney, place l’intrigue dans un hôtel. Louis, vice-président d’un syndicat, mais qui aspire à sa présidence, y retrouve Catherine, secrétaire du président actuel, afin qu’elle l’aide à assurer sa victoire.

Les choses se compliquent quand Louis découvre un cadavre dans sa chambre.

Nostalgie

Cette pièce, Luc Bernier l’a déjà mise en scène 20 ans auparavant. La farce britannique avait remporté un franc succès. Le professeur de théâtre trouvait cela amusant de la rejouer aujourd’hui.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«J’avais toujours gardé un élément de décor qui avait servi il y a 20 ans pour la pièce, juste au cas où: une fenêtre défectueuse très importante pour l’intrigue. Cette année, je l’ai ressortie pour la pièce! Je trouvais cela amusant de renouer avec des éléments du décor.»

Luc Bernier ajoute que deux des comédiens qui avaient joué à l’époque sont désormais devenus acteurs professionnels. «Ils ont trouvé dans le théâtre leur vocation. C’est fantastique de voir comment la vie permet de petites étincelles.»

Une scène de Panique au Plazza, en répétition à l’école Étienne-Brûlé.

Des comédiens en herbe

Cette année, Luc Bernier a choisi huit jeunes comédiens, des élèves de la 10e à la 12e année.

«D’habitude, en théâtre, on part du texte pour ensuite trouver les comédiens. Personnellement, je préfère choisir d’abord les comédiens. Je les sélectionne en fonction de leur intérêt pour le théâtre, de leur investissement, de leur disponibilité également. Puis je choisis la pièce en fonction d’eux, des rôles qui leur conviendront.»

En effet, de nombreux facteurs sont à prendre en compte. Choisir la pièce lui semble être la phase la plus compliquée. «Cela demande beaucoup d’énergie: il faut beaucoup lire, penser, réfléchir…»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La distribution est composée de quatre anciens – des comédiens qui sont déjà montés sur les planches l’an dernier – et de quatre novices. Luc Bernier les connaissait déjà tous pour leur avoir enseigné le théâtre. Il les sentait déjà passionnés et capables de fournir des efforts et du temps après l’école.

Une scène de Panique au Plazza, en répétition à l’école Étienne-Brûlé.

Un travail acharné

Les jeunes comédiens répètent depuis le mois d’octobre. Les dernières semaines ont été particulièrement intenses.

«Depuis maintenant plus d’un mois, les élèves maîtrisent le texte. Désormais ils vivent leurs personnages, s’accaparent le langage et parviennent à être spontanés et naturels.» C’est cette qualité-là que Luc Bernier recherche avant tout.

Il ajoute que jouer cette pièce requiert physiquement beaucoup de travail. «C’est une pièce qui bouge beaucoup, la mise en scène est prévue pour que le spectateur ne s’ennuie pas.»

Une scène de Panique au Plazza, en répétition à l’école Étienne-Brûlé.

Un moment privilégié

En plus de la représentation grand public donnée le 3 mai, des matinées étudiantes seront proposées deux fois par jour, du 29 au 3 mai. La pièce sera jouée devant des élèves d’écoles françaises de Toronto ainsi que des écoles d’immersion.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«En tout, mes comédiens se produiront devant près de 2200 étudiants. C’est un moment privilégié pour eux de pouvoir jouer devant autant de public. Je suis jaloux d’eux!», plaisante Luc Bernier qui projette d’une certaine façon l’expérience que lui-même aurait voulu vivre quand il était étudiant.

«Les décors sont grandioses et de qualité.»

 

Comme ces dernières années, le prof de théâtre a engagé un professionnel pour construire ses décors. «L’entrepreneur Charles Sanders nous a beaucoup aidés: nous avons désormais une vraie suite du Plazza, très réaliste, avec de nombreux détails et finitions. C’est un luxe pour mes élèves de jouer dans un tel décor.»

Une scène de Panique au Plazza, en répétition à l’école Étienne-Brûlé.

 

De plus, l’enseignante d’arts visuels de l’école Étienne-Brûlé, Julie-Nadia Rancourt, s’occupe de la scénographie et du côté artistique des décors. «Elle m’assiste également en tant que directrice de production. Elle fournit un travail incroyable.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Infos

Entrées: adulte 15$, étudiants 8$. Les billets seront en vente à la porte. On peut aussi réserver en appelant à l’école: 416 397-2085.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur