Pour un véritable bilinguisme officiel

Plus de 90% des traductions au Canada se font vers le français

Partagez
Tweetez
Envoyez

«Le véritable progrès du bilinguisme ne doit pas être mesuré par le pourcentage de ceux capables de commander une poutine dans l’une ou l’autre des langues officielles, mais par l’équilibre des flux de traduction. À plus de 90% vers le français, c’est l’indice d’un pays où tout est conçu, dirigé et administré en anglais, la traduction française n’étant souvent qu’une façon de se donner bonne conscience.»

C’est la conclusion à laquelle arrive le professeur Charles Le Blanc, dans la communication intitulée Traduction et droits linguistiques qu’il a présentée le 16 mai, dans le cadre d’un évènement spécial tenu à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa, sous le thème «Mérites et limites de la traduction automatique».

«La question est de savoir, dans la mesure où 91,8% des traductions au Canada se font vers le français – en augmentation constante depuis plus de 20 ans – si l’utilisation des outils de traduction automatisée ne met pas en cause les droits linguistiques des francophones.»

Selon le professeur Le Blanc, toute langue vers laquelle on traduit est conditionnée – et, d’une certaine manière, soumise – par la langue originale. Quand il y a un déséquilibre aussi important dans les flux de traductions comme celui auquel on assiste au Canada, cela s’effectue toujours au détriment de la langue vers laquelle on traduit, qui s’appauvrit peu à peu d’une traduction à l’autre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les autres conférenciers qui ont participé à cette réunion d’experts sont Michel Simard, agent de recherche au Conseil national de recherches Canada, Lynne Bowker, professeure à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa et Donald Barabé, membre du Conseil d’administration de l’Association de l’industrie de la langue.

* * *

Texte du professeur Charles Le Blanc

Lettre collective en faveur d’un Secrétariat général de la traduction

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur